Afin de vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts, nous utilisons des cookies.En continuant de naviguer sur le site, vous déclarez accepter leur utilisation. En savoir plus

Grossesse et mal de dos : l'alimentation et l'ostéopathie comme solutions !

l'alimentation et l'ostéopathie pour mon mal de dos pendant la grossesse

Grossesse et mal de dos : Optez pour une alimentation anti-oxydante afin d’apporter à votre corps des substances anti-inflammatoires naturelles 

Vous êtes enceinte et vous demandez comment traiter votre mal de dos efficacement ? L'ostéopathie apporte une réponse efficace et non médicamenteuse ; et si l'alimentation pouvait également apporter son grain de sel ? Marie RAYBAUD, Ostéopathe à Saint Tropez, vous explique les vertus de l'alimentation pour votre mal de dos, en complémentarité de l'ostéopathie. 


Prescription d’AINS et grossesse 

Pendant la grossesse, une femme peut avoir besoin d’un traitement médicamenteux, que ce soit pour une affection aiguë ou chronique, notamment pour des douleurs de dos. En règle générale, toute prescription chez une femme enceinte doit être limitée car la femme enceinte et le futur nouveau-né sont solidaires sur les plans physiologique et métabolique : à l'exception de certaines molécules trop grosses, un médicament administré à la mère passe par le placenta et peut avoir des répercussions sur l'embryon, le fœtus et le nouveau-né. Ainsi, il faut éviter tout risque, à savoir bannir les médicaments possédant des substances pouvant être toxiques pour le fœtus. 

Un traitement doit être prescrit seulement s’il est nécessaire après évaluation du rapport bénéfice/risque. En revanche, si le pronostic vital de la mère est engagé, cette dernière est prioritaire et doit donc bénéficier du traitement approprié même s’il peut avoir des effets néfastes pour le fœtus. 

Les anti-inflammatoires, plus précisément les AINS (Anti-Inflammatoires Non Stéroïdiens), font partie des médicaments toxiques pour le futur bébé et sont donc formellement contre-indiqués chez la femme enceinte à partir du 6ème mois de grossesse, et largement déconseillés tout au long de la grossesse, dès le début. 

Leur mécanisme d’inhibition de synthèse des prostaglandines entraine une toxicité fœtale importante qui peut engendrer de graves malformations au niveau cardiaque et/ou rénal lors d’une prise au-delà du 6e mois. Ces malformations peuvent aller jusqu’à la mort du bébé avant ou après la naissance. 

Mal de dos chez la femme enceinte : Quelles sont les causes ?

Les douleurs du dos les plus fréquentes chez la femme enceinte se situent au niveau lombaire (lombalgie aigue et chronique) et trouvent leur origine dans l’apparition de 2 facteurs : le premier, le facteur hormonal, est une sécrétion d’œstrogènes et de relaxine, qui favorise un relâchement des ligaments, des muscles et des tendons au niveau du bassin, afin de faciliter sa mobilité lors de l'accouchement. Ce phénomène affaiblit la tonicité de la ceinture lombo-pelvienne.

Le second est le facteur mécanique : le poids de l'utérus et du fœtus déporte la ligne de gravité de la femme vers l’avant, ce qui l’oblige à accentuer sa cambrure lombaire (hyperlordose) pour maintenir sa posture. 

Ces 2 processus provoquent des douleurs lombaires, sacrées, coccygiennes, pubiennes et des douleurs au niveau de l’aine, sans oublier la « sciatique » de la femme enceinte. Ces douleurs sont parfois très invalidantes et selon le mois de grossesse, la prise d’AINS est totalement contre-indiquée. 

Il existe plusieurs thérapeutiques complémentaires telles que l’ostéopathie, la kinésithérapie, l’acupuncture, etc… 

Une solution dans la nutrition : l’alimentation anti-oxydante aux propriétés anti-inflammatoires 

Le stress oxydatif que provoque certains aliments est souvent impliqué dans le processus de l’inflammation. Une alimentation dite anti-oxydante est basée sur l’équilibre oxydatif notamment régulé par la teneur de l’alimentation en acides gras omégas 3 et omégas 6. Les omégas 6 possèdent des propriétés pro-inflammatoires alors que les omégas 3 sont des anti-inflammatoires naturels. Les omégas 6 sont synthétisés et donnent en majorité des prostaglandines PG2 pro-inflammatoires. Les PG3 eux, sont issues des omégas 3 et sont des anti-inflammatoires naturels. Les antioxydants présents dans les aliments riches en omégas 3 sont anti-inflammatoires, de plus, les omégas 3 produisent des résolvines, qui participent volontiers à la résolution de l’inflammation. 

Par exemple, en cas de polyarthrite rhumatoïde, l’effet d’une supplémentation en Omega 3 (prise pendant 3 à 4 mois) est une diminution de l’intensité de la douleur ainsi que de la durée de la raideur matinale, un nombre moins important d’articulations douloureuses et une baisse de prise d’AINS. 

Quels sont les aliments contenant des omégas 3 à privilégier dans le régime alimentaire ?

Légumes verts, graines de lin, huile de lin, huile de colza, huile de noix, pourpier, cameline, noix, poissons notamment poissons gras, certaines viandes notamment la volaille bleu-blanc-cœur, certains produits laitiers (éviter le lait de vache), œufs bio ou bleu-blanc cœur.

Les Poissons gras : sardine, hareng, maquereau, saumon, thon, flétan, anchois

Il conviendra de privilégier un apport important en omégas 3 et de diminuer les omégas 6 : huiles végétales (maïs, tournesol, etc…), huiles hydrogénées, viande, produits laitiers, œuf non bio, … 

Les omégas 3 interviennent dans la modulation de la réponse inflammatoire et de son intensité. Ils sont en faveur de la bonne santé du myocarde, de l’endothélium vasculaire, de la rétine, du cerveau, des articulations, et des adipocytes (graisse). 

Complémentation alimentaire anti-oxydante :

En plus de l’adaptation alimentaire, une complémentation est nécessaire et de toute façon communément préconisée à la femme enceinte par son médecin, d’autant plus que les besoins en micronutriments de la femme enceinte sont augmentés par rapport à un adulte normal.  

Quelques antioxydants essentiels : 

  • Vitamine C, E
  • Sélénium (fruits de mer, poissons, céréales complètes, champignon, ail)
  • Zinc
  • Polyphénols (quercétine, catéchines : thé vert)
  • NAC, glutathion
  • Magnésium, 
  • Vitamine B

Les antioxydants sont des agents anti-inflammatoires naturels et peuvent donc agir en faveur de la réduction de l’inflammation et notamment au niveau des douleurs de dos de la femme enceinte. 

Quels sont les aliments anti-inflammatoires à connaitre lorsqu’on est enceinte ?

  • Les protéines végétales (noix, graines et fruits oléagineux, champignons, légumineuses) 
  • Les herbes et épices (thym, curcuma, gingembre, poivre noir, thé vert)
  • Les aliments riches en oméga 3 (vu précédemment) 
  • Les céréales complètes et les fruits et légumes secs
  • Les fruits et légumes (fruits rouges, pommes, oignons, ananas, chou, brocoli, avocat, poivrons, etc…) 
  • Les produits laitiers non écrémés
  • Le chocolat noir
  • L'eau

En plus de changer son alimentation, la femme enceinte peut se complémenter en micronutriments. On retrouve, en plus de la complémentation en antioxydants vu précédemment :

. L’Harpagophytum, efficace contre les douleurs inflammatoires et articulaires

. Le Réservatrol, que l’on peut aussi trouver dans certains aliments (Vin rouge, raisins secs, chocolat noir, canneberge, rhubarbe, mûre, grenade, raisin)

-  Le Ginkgo Biloba, qui a une action antioxydante et anti-inflammatoire

- L’acide lipoÏque, avec également un effet antioxydant et anti-inflammatoire

- Le curcuma est un puissant anti-inflammatoire naturel qui peut être notamment utilisé en cas de lombalgies aigues. 


ZOOM SUR VOTRE PSOAS...

Le psoas se situe au niveau du caecum (lieu où le chyme se déverse dans le gros intestin). C’est un muscle poubelle : lorsque l’on mange de façon inadaptée, le surplus de toxines va engorger les intestins et en amont le muscle psoas, ce qui va le rentre contracturé et raccourci.  

Le muscle psoas va donc tirer en permanence sur les vertèbres lombaires, d’où une cambrure lombaire exagérée et une réaction des autres muscles qui se défendent en se contractant. Ce phénomène peut provoquer des douleurs au niveau du dos, notamment chez la femme enceinte car le muscle psoas est un muscle de la posture lombo-pelvienne et cette dernière est perturbée chez la femme enceinte. Ainsi, une alimentation correcte, antioxydante et anti-inflammatoire, en plus d’apporter les micronutriments nécessaires, va permettre d’éviter ce processus d’inflammation du psoas, pouvant intervenir dans les douleurs du dos chez la femme enceinte. 

L’ostéopathie, en complément d’un régime tel que nous l’avons décrit, est une thérapeutique très intéressante dans la prise en charge des douleurs du dos chez la femme enceinte. 




Cet article est proposé par Marie RAYBAUD, Ostéopathe autour de Saint-Tropez

Votre navigateur est obsolète!

Mettez à jour votre navigateur pour afficher correctement ce site Web. Mettre à jour maintenant

×