Afin de vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts, nous utilisons des cookies.En continuant de naviguer sur le site, vous déclarez accepter leur utilisation. En savoir plus

Travailler assis en bonne santé : un défi pour tous !

travailler assis, l'assise assis debout

Si vous consultez régulièrement votre ostéopathe, vous connaissez probablement la chanson : restez actif, faites du sport, des assouplissements, gainez-vous et évitez de rester dans la même position statique trop longtemps. 

C'est bon pour la santé, le coeur, les articulations, les muscles, la digestion, notre circulation sanguine. C'est bon aussi pour la concentration au travail ! Mais voilà, comment appliquer ces conseils lorsque l'on reste 8h par jour assis sans bouger ?

Avant de s'asseoir, regardons un peu en arrière...

Votre thérapeute ne cherche pas à vous transformer en athlète. Il cherche simplement à vous faire comprendre que notre corps humain n'est pas adapté aux habitudes de travail que nous lui imposons. Pour comprendre cela, revenons un petit moment à notre évolution. 

L'Homo Sapiens s'est construit depuis des milliers d'années autour de nos besoins. La chasse, la cueillette, l'agriculture, la fuite, le nomadisme...

Notre organisme s'est adapté à l'ensemble de ces besoins : notre squelette, nos muscles, notre colonne vertébrale, notre métabolisme... Darwin vous le confirmera, nous sommes le résultat de plusieurs millénaires d'évolution. Notre anatomie recèle ainsi de merveilles d'adaptation à notre environnement : des disques intervertébraux, des muscles posturaux, une colonne qui permet une grande mobilité mais aussi une protection de nos organes vitaux, des surfaces articulaires vertébrales parfaitement adaptées à notre bipèdie...

Depuis 50 ans, subitement, nous imposons à notre organisme un mode de vie radicalement différent. Notre modèle social nous invite à rester clouer à notre siège 8 heures par jour. 

Notre organisme, conçu avant tout pour la mobilité depuis 200 000 ans, doit s'adapter du jour au lendemain à une posture sédentarisée à l'extrême

Des pathologies liées à la posture assise prolongée

Il n'y a rien de naturel pour l'Homo Sapiens à rester en position assise prolongée. Notre organisme met en place de nombreuses stratégies pour pallier à cette sédentarité non physiologique, notamment grâce aux muscles posturaux. Mais inexorablement, notre ceinture pelvienne (le bassin) a tendance à se "fixer", perturbant notre équilibre général. 

Voici dans un premier temps les conséquences sur notre organisme de la position assise dans la région du bassin :

  • Les disques entre les vertèbres se déshydratent (à la manière d'une éponge, ils ont "besoin" d'être en mouvement pour se remplir d'eau). Ces disques peuvent alors se comprimer et provoquer des protusions, hernies lombaires et sciatiques...
  • Les cartilages et nos articulations subissent également ce manque d'activité, provoquant de possibles arthroses précoces.

Mais votre organisme est en réalité impacté dans son ensemble :

  • Le système digestif et gynécologique fonctionne au ralenti (constipation, ballonnements, douleurs de règles, hémorroïdes...).
  • Notre circulation sanguine est perturbée par la compression au niveau de l'aine (problèmes de varices, jambes lourdes, fourmillements...).
  • Notre posture générale est modifiée engendrant par exemple des tensions cervicales, une compression au niveau de notre cage thoracique, et de possibles gènes respiratoires (précordialgie...).
  • Notre concentration est également affectée par cette posture statique prolongée.

Quelle alternative à cette posture assise statique ? 


Travailler en marchant ? Une excellente initiative, mais malheureusement pas toujours pratique à mettre en place, sans parler de son coût.

Nous orientons nos patients vers la diversification de leurs postures pour tenter de s'éloigner de la posture statique. 

En bref :

- Travaillez en position assise, semi-debout, debout, variez les plaisir ! 

- Privilégiez une assise dynamique, permettant de conserver une posture "active" 

L' assise idéale serait donc à la fois mobile et adaptable à plusieurs configurations de travail (debout, semi-assis, assis).

Nous avons testé pour vous le "MOOVE", l'assise dynamique assis/debout

assise-dynamique-unilux

Le Moove répond sur le papier à un bon compromis entre travail au bureau, mobilité et adaptabilité :

- une base mobile 

- une structure modulable en hauteur

Nous l'avons donc testé pendant plusieurs semaines afin d'analyser sa pertinence pour un travail sédentaire. 

Prise en main 

Un fois déballé, l'objet en lui-même est séduisant par son design, un peu moins par son poids (environ 10kg). Déplacez-le en le faisant rouler, car vous pourriez vous faire mal au dos avant mal de l'essayer, ce serait dommage !  Ce poids est le prix à payer pour une bonne stabilité de la structure dynamique. 

La première utilisation est une aventure sensorielle... On se laisse glisser à droite, à gauche, en arrière... Tout va bien, on ne tombe pas ! On réajuste la hauteur du siège (les yeux doivent se retrouver au même niveau ou légèrement plus haut que l'ordinateur. 

Les pieds à plat au sol, les avant bras appuyés sur la table, je peux commencer à me concentrer sur mon travail.


Devenir "actif" de sa posture

La posture active, à l'inverse d'une posture "avachie dans sa chaise", réagit à une multitude de micro mouvements que nous percevons à peine en se concentrant bien.

Nous n'avons pas l'habitude d'être actif dans sa posture, et cela peut être un peu déstabilisant au départ. Si recréer des conditions d'instabilité posturale est excellent pour notre santé et notre dos, il faut toutefois signaler que, par définition, un dos actif sollicite davantage nos muscles vertébraux. 

Des petites courbatures peuvent ainsi apparaitre les premiers jours, c'est tout à fait normal ! Pour les limiter, pensez à bien vous hydrater et à commencer par 2-3 heures d'assise dynamique la première semaine, puis augmenter sa durée d'utilisation progressivement.

Les muscles de la ceinture abdominale vont également être sollicités. Mais ne comptez pas dessus pour retrouver des tablettes de chocolat en une semaine ! Les bénéfices de ce travail de gainage seront observables dans la durée, et permettront de protéger votre colonne lombaire.

L'alternance des positions assises et debout

Si vous avez deux bureaux de taille différente (ce qui est mon cas), ne laissez pas l'occasion de naviguer de l'un à l'autre en ajustant la hauteur du siège. Si vous avez un bureau réglable en hauteur, alternez toutes les 2 à 3 heures. 

Cela permet de solliciter des muscles différents, et c'est toujours bon de changer d'environnement de travail.


Quel bilan pour cette assise dynamique ?

L'assise s'adapte à nos postes de travail bien au delà de nos espérances. 

Si l'aspect ergonomique et postural en fait une valeur sûre, d'autres aspects rendent cette assise intéressante. 

  • L'assise est ludique ; faites des petits ronds avec le bassin dans un sens, puis l'autre... Ça relaxe, ça étire... Essayer aussi de vous focaliser sur la pression de vos pieds sur le sol en fonction de l'inclinaison de l'assise... Bref, soyez pleinement conscients de votre posture !
  • L'assise est particulièrement pratique pour évoluer autour de son environnement de travail. Là où les assises statiques traditionnelles obligent à se lever ou à se "tordre" pour accéder à la photocopieuse juste à côté de vous, l'assise dynamique est bien pratique pour effectuer ces rotations répétées ; vos lombaires et disques intervertébraux vont très vite vous remercier...
  • L'assise est bonne pour la circulation en ouvrant le bassin et libérant les vaisseaux irriguant les jambes.

En savoir plus sur le MOOVE 

position assis debout

Concilier mobilité et sédentarité devient un enjeu de société lorsque l'on considère les coûts que représentent la prise en charge des maladies chroniques et inflammatoires directement ou indirectement liées à notre mode de vie.  

Si l'assise dynamique présentée offre une alternative intéressante à nos habitudes posturales et présente un vrai interêt pour notre santé, cet article interroge plus généralement sur notre adaptation à notre environnement. Ne le subissons pas, évoluons avec lui !

Article écrit par Simon PLINET, Ostéopathe DO

Votre navigateur est obsolète!

Mettez à jour votre navigateur pour afficher correctement ce site Web. Mettre à jour maintenant

×