Afin de vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts, nous utilisons des cookies.En continuant de naviguer sur le site, vous déclarez accepter leur utilisation. En savoir plus

Fibrome et ostéopathie : comment l’ostéopathie peut vous aider à traiter votre fibrome utérin

fibrome et traitement naturel avec l'ostéopathe

Les fibromes sont des tumeurs bénignes de la paroi de l’utérus, qui sont le plus souvent asymptomatiques. Mais lorsqu’ils se manifestent, ils peuvent alors devenir très incommodants.

Qu’est-ce qu’un fibrome ? Quels en sont les symptômes ? Comment peuvent-ils être soulagés ? On vous dit tout.

Qu’est-ce qu’un fibrome ?

Les fibromes sont des tumeurs bénignes, c’est-à-dire non cancéreuses, qui se trouvent à l’intérieur de l’utérus. Ils sont aussi appelés myomes, méiomyomes ou encore fibromyomes utérins.

La taille des fibromes varie, elle peut se situer entre la taille d’un poids et celle d’un pamplemousse. Les fibromes peuvent être seuls au niveau de la paroi utérine, ou en groupe.

Les fibromes utérins touchent en général les femmes de plus de 30 ans. C’est la tumeur bénigne la plus fréquente chez la femme non ménopausée.

Quelles sont les causes d’un fibrome ?

Les causes des fibromes sont assez méconnues, on suppose que c’est un ensemble de facteurs hormonaux, génétiques et environnementaux.

Il existe cependant des facteurs de risque bien connus qui sont :

  • Les origines : les femmes ayant des origines africaines ont plus de risques de développer un fibrome que les femmes caucasiennes.
  • L’hérédité : une femme dont la mère a eu un fibrome aura plus de chance d’en développer un à son tour.
  • Être une femme nullipare : le fait de ne pas avoir d’enfant peut être un facteur favorisant au développement d’un fibrome.
  • Le surpoids et l’obésité sont des facteurs de risque de développer un fibrome.
  • L’alcool, notamment la bière, est un facteur favorisant le développement d’un fibrome utérin. Attention à ne pas boire plus de 2 verres d’alcool par jour.

Les types de fibrome :

Il existe 3 types de fibromes différents :

  • Les fibromes interstitiels ou intra-muraux : ce sont les fibromes les plus communs, ils représentent 70% de l’ensemble des fibromes. Ils sont situés dans la paroi musculaire de l’utérus.
  • Les fibromes sous-séreux : c’est un type de fibrome qui croit vers l’extérieur de l’utérus et y est parfois rattaché par un pédicule.
  • Les fibromes sous-muqueux ou endocavitaires : ils se forment sous la muqueuse de l’utérus et occupent beaucoup d’espace à l’intérieur de ce dernier. Ils sont plus rares, mais entraînent souvent d’importants saignements.

Quels sont les symptômes d’un fibrome ?

La majorité des fibromes utérins n’entrainent pas de symptômes, seuls 30% d’entre eux peuvent se manifester. Les symptômes et leur intensité varient selon le type du fibrome, sa taille et sa localisation.

Les fibromes entrainent des symptômes variés :

  • Des saignements abondants et prolongés au moment des règles, qu’on appelle ménorragies.
  • Des saignements en dehors des règles, qu’on nomme métrorragies.
  • Des pertes vaginales un peu aqueuses : des hydrorrhées.
  • Si le fibrome appuie sur la vessie, il peut engendrer une envie fréquente d’uriner.
  • Un gonflement du bas-ventre.
  • Des douleurs lors des relations sexuelles.
  • Une infertilité ou des fausses couches à répétition.
  • Si le fibrome comprime le colon ou le rectum, il peut entrainer une constipation.
  • Des problèmes au moment de l’accouchement.

Sans traitement, on peut voir apparaitre des complications comme une anémie suite aux saignements abondants, des compressions nerveuses ou des hémorroïdes.

Le traitement médical du fibrome

Le traitement du fibrome est différent selon les patientes. Il dépend de leur âge, de l’importance des symptômes, de leur désir de grossesse ou non.

Plusieurs types de traitements sont envisageables :

  • L’abstention : si le fibrome n’entraine aucun symptôme, il est préférable de s’abstenir de tout traitement.
  • Les médicaments : il est possible d’utiliser plusieurs types de médicaments dans le cadre du traitement d’un fibrome
  • Des progestatifs qui vont diminuer les saignements pendant et entre les menstruations. Ils peuvent être prescrits par voie orale ou sous forme de dispositif intra-utérin.
  • Des analogues de la GnRH peuvent être prescrits notamment lorsque le fibrome est volumineux ou à l’origine d’une anémie. Ils peuvent également être utilisés comme traitement pré-chirurgical.
  • L’ulipristal, utilisé seulement par cycles de 3 mois maximum, est prescrit chez les femmes ayant des symptômes plutôt sévères. Il peut aussi être prescrit en traitement pré-opératoire.
  • Certains médicaments qui peuvent diminuer les saignements, comme l’acide tranexamique
  • Des antalgiques, dans les cas où le fibrome est douloureux
  • La chirurgie devient nécessaire lorsque le fibrome engendre des hémorragies, des douleurs importantes, une infertilité ou alors lorsqu’il est trop volumineux. Deux techniques existent : la myomectomie et l’hystérectomie. La première consiste à retirer seulement les fibromes tandis que la deuxième consiste à retirer l’utérus.
  • L’embolisation ne peut être pratiquée que lorsque la femme n’a pas de désir de grossesse. Il s’agit d’obstruer les vaisseaux qui alimentent le fibrome afin que celui-ci, coupé de son alimentation, régresse progressivement, ce qui atténue les symptômes.

Cependant, avant tout traitement invasif, privilegiez dans la mesure du possible les traitements naturels pour traiter votre fibrome uterin. 

L’ostéopathie, un traitement naturel pour le fibrome utérin

Il a été prouvé par une étude allemande qu’un traitement ostéopathique peut influer sur un fibrome et les symptômes qu’il engendre.

Comment l’ostéopathie agit-elle sur un fibrome ?

L’ostéopathie agit de 2 façons différentes sur un fibrome :

  • Sur la taille et la croissance du fibrome
  • Sur les symptômes que ce dernier entraîne

fibrome uterin et traitement naturel avec l'ostéopathie

Concrètement, que fait l’ostéopathe ?

Le traitement ostéopathique du fibrome n’est pas nécessairement le même pour tout le monde. Votre ostéopathe vous posera donc d’abord quelques questions afin d’identifier certaines causes probables de votre fibrome et de mieux comprendre le fonctionnement de votre corps. Il posera ensuite ses mains afin d’effectuer quelques tests pour confirmer son hypothèse.

Le traitement du fibrome utérin en ostéopathie est, comme tout traitement ostéopathique, global, puisque tout est lié. Dans le cadre d’un fibrome utérin l’ostéopathe ira donc voir :

  • Le bassin et le petit bassin, en commençant par l’utérus qui par manque de mobilité peut entraîner des dysfonctionnements de la sphère uro-génitale et du bassin osseux. Tout cela engendre un phénomène de congestion pelvienne qui va favoriser le développement d’un fibrome. La vascularisation du bassin et du petit bassin est également quelque chose de très important à aller voir pour l’ostéopathe dans le cadre du traitement d’un fibrome.
  • La colonne lombaire, liée au bassin par le sacrum et aux organes du petit bassin par leurs attaches, est inévitablement à traiter lors du traitement ostéopathique d’un fibrome utérin.
  • Le crâne peut être intéressant à traiter en ostéopathie dans les cas de fibrome, d’un point de vue hormonal. En effet, le traitement crânien permet de rééquilibrer la sécrétion des hormones, notamment par l’hypophyse, qui influencent les fibromes utérins.
  • Les cavités pelvienne, abdominale et thoracique sont à aller voir afin de pouvoir réguler les pressions entre les caissons et permettre aux fluides, et donc aux hormones, de circuler plus librement.
  • La sphère viscérale est un axe de traitement intéressant pour un fibrome utérin dans les cas où les organes abdominaux exercent une pression anormale sur l’utérus.
  • L’ensemble du corps en fonction des douleurs dont peut se plaindre la patiente, puisqu’en ostéopathie tout est lié. Les fibromes peuvent entraîner des douleurs musculo-squelettiques qui peuvent être traitées en ostéopathie.

Les fibromes sont donc très récurrents, notamment chez les femmes de plus de 30/35 ans, et même s’ils sont majoritairement asymptomatiques, lorsque ceux-ci se manifestent, cela peut être très incommodant pour les patientes.

N’hésitez donc pas à consulter votre ostéopathe pour réduire les symptômes engendrés par votre fibrome. Mais attention, les fibromes, bien que bénins, sont des afflictions qui nécessitent l’avis d’un gynécologue auparavant.

Bibliographie

Votre navigateur est obsolète!

Mettez à jour votre navigateur pour afficher correctement ce site Web. Mettre à jour maintenant

×