Afin de vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts, nous utilisons des cookies.En continuant de naviguer sur le site, vous déclarez accepter leur utilisation. En savoir plus

L’ostéopathie et les jeux vidéo

éviter de se faire mal aux jeux video grâce à l'ostéopathie

De nos jours, les jeux vidéos font partie de notre quotidien, et nos habitudes posturales évoluent à grande vitesse, sans forcément avoir le recul nécessaire pour anticiper d'éventuelles pathologies liées à cette activité. L'ostéopathie permet une approche préventive et curative.

Les jeux vidéos sont partout que ce soit sur console de salon, ordinateur portable ou (de plus en plus) sur téléphone portable. On estime à 68% de la population française jouant à au moins un jeu vidéo.

 Les jeux vidéos, par la posture du joueur, provoquent différentes atteintes au niveau de notre organisme. Si ces douleurs sont étroitement liées aux troubles de la sédentarité, l'activité du "gamer" relève cependant de certaines pathologies bien spécifiques. 

Les différents supports des jeux vidéo

Les supports jeux vidéo ont évolué avec le temps et s’utilisent dans différentes manières, voici les plus courantes :

  • Les consoles de salon/ordinateurs
  • Les consoles portables/téléphones portables

Ces supports accueillent différents types de jeux vidéo pouvant aller du jeu traditionnel de plateforme à la réalité virtuelle en passant par la case « sport » entraînant des atteintes plus ou moins différentes suivant leur mode d’utilisation.

Un jeu vidéo sur console de salon se fait principalement dans le salon assis sur un canapée ou un fauteuil, de la même manière qu’une personne regardant la télévision.

Un jeu vidéo sur ordinateur se fait principalement sur une chaise, de la même manière qu’une personne travaillant dans un bureau.

Un jeu vidéo sur console portable ou sur téléphone, peut se jouer n’importe où et pas forcément de la meilleure des positions (transports en commun etc).

Il existe un autre type de jeu vidéo qui avec un casque de « réalité virtuelle ». Il n’existe cependant pas encore d’étude approfondie sur de potentiels effets au niveau du corps car il n’y a pas encore assez de recul.

Les différents types de joueurs

Il faut définir trois types de joueurs :

  • Le joueur occasionnel, jouant une à deux fois par semaine
  • Le joueur régulier, jouant tous les jours (un tiers de la population joue tous les jours)
  • Le joueur professionnel, jouant plusieurs heures par jour tel un sportif de haut niveau

Un joueur occasionnel n’est pas forcément impacté sur son corps lorsqu’il joue à un jeu vidéo, d’autres activités pouvant l’affecter autrement.

Un joueur régulier, suivant son mode de jeu aura, quant à lui, des troubles de postures et de membres sur la durée.

Un joueur professionnel est un joueur de haut niveau pratiquant une nouvelle discipline appelée « eSport », qui, comme le sportif, lui demande de s’entraîner intensivement. Il se retrouve ainsi avec tous les soucis liés à sa discipline (un jeu de combat est différent d’un jeu de tir) ainsi qu’à la machine qu’il utilisera (une console aura différentes atteintes de celles d’un ordinateur).

Les troubles rencontrés chez les "gamers"

On retrouve une correspondance sur certaines douleurs en relation principalement au membre supérieur (épaules/bras/avant-bras/main) liées à sa sursollicitation ainsi que des lombalgies liées à une position assise prolongée.

Les épaules sont atteintes par une posture vers l’avant refermant les épaules de la même manière qu’une personne travaillant dans un bureau. Cela ne facilite pas le relâchement de muscles antérieurs de l’épaule ce qui a pour effet de contracter une partie des muscles postérieurs pour rééquilibrer le corps, créant ainsi des douleurs.

Le bras n’est pas exempté car les muscles biceps et brachial (principal muscle fléchisseur du coude) restent contractés ce qui empêche, à long terme, leur détente. Cela a pour effet un changement de posture avec des épaules projetés vers l’avant et une légère flexion du coude en station debout entraînant sur le long terme des douleurs au niveau des omoplates. Il en va de même avec une difficulté d’extension du coude et de supination (main tournée vers soi).

Les avant-bras contiennent tous les muscles permettant la flexion et l’extension de la main et des doigts. Il s’agit d’une zone très importante par la présence d’une membrane interosseuse contenant tout le paquet vasculo-nerveux (artère/veine/nerf/système lymphatique) en direction et en provenance de la main. L’utilisation trop fréquence des mains aura un effet sur les muscles provoquant des contractions prolongées et à long terme des tendinopathies sur les mains et les doigts. Il y a cependant une autre zone plus importante, il s’agit de la tension de la membrane interosseuse. Lorsque ce lieu est tendu, la personne peut ressentir de petites sensations de picotements, des mains plus froides que la normale.

La zone du poignet, composée de deux rangées d’os où s’insèrent et se terminent de nombreux muscles de l’avant-bras. Un poignet « rigide » aura pour effet une sursollicitation des muscles et entraînant ainsi des tendinopathies (Syndrome de De Quervain). Le joueur a souvent tendance à utiliser ses pouces (notamment sur les manettes de jeux ou sur téléphone) et comme un travailleur manuel, la sursollicitation entraîne une atteinte des articulations, ce qui a pour conséquence une arthrose de la zone (rhizarthrose).

Voici de manière générale les principales pathologies liées aux jeux vidéos :

  • La principale atteinte sera la tendinopathie notamment au niveau du pouce
  • Une atteinte des articulations sursollicitées au niveau des doigts (index/pouce) et du poignet
  • A plus long terme une atteinte nerveuse (canal carpien)
  • Une fatigue oculaire entraînant non seulement une baisse du temps de repos mais une contraction des muscles nucaux

Voici à présent les différences retrouvées suivant les supports.

Le joueur sur téléphone portable 


Il s’agit de la catégorie de joueur ayant le plus progressé ces dernières années grâce aux smartphones et compose plus de la moitié des joueurs, tous sexes confondus. Le joueur joue souvent dans les transports en commun, dans son lieu de travail ou à l’extérieur et comme souvent, il s’assoit mal.

Quelles en sont les conséquences ?

  • Un dos vouté entraîne une pression plus importante sur les disques lombaires provoquant à terme des lombalgies telles que des hernies discales.
  • Un syndrome appelé « text-neck », touchant principalement les utilisateurs de smartphone. Elle se traduit par des douleurs nucales centrées pouvant se propager vers les épaules et la tête. Cela est du à une mauvaise position des cervicales lors de l’utilisation du téléphone qui se situe généralement trop bas par rapport au champ de vision. A terme, des douleurs plus problématiques telles que les hernies discales cervicales peuvent apparaître ayant pour conséquence des névralgies cervico-brachiales.


Le joueur sur console de salon

La problématique n’est pas la même, sa position peut être assez variable (canapé, fauteuil) ce qui peut entraîner des lombalgies.

Dans la majorité des cas, les télévisions sont au niveau du fauteuil, voire en hauteur ce qui induit une extension de la tête. Bien que la position normale des cervicales est en extension, une position prolongée sans mobilisation entraîne une certaine rigidité du cou demandant une mobilisation des cervicales. Le risque sera donc une arthropathie non pas vis-à-vis du disque mais de deux petites articulations en arrière appelées apophyses articulaires postérieures. Elles sont souvent responsables d’arthroses dans la vieillesse et provoquent souvent des névralgies radiculaires.

Ici, le joueur a une manette et sera donc bien plus enclin à utiliser ses doigts comparé à un joueur sur mobile. Il y a donc un risque accru notamment au niveau du pouce concernant toutes les arthropathies, tendinopathie et névralgies.

jeux video santé prévention osteopathe


Le joueur sur ordinateur 

Un joueur pc aura quant à lui des troubles posturaux assimilable à celui d'un travailleur sédentaire. Les atteintes concernant ses doigts et ses poignets seront différents suivant le type de jeux auquel il jouera contrairement à un joueur de salon ou sur mobile car sa « manette » sera son clavier et sa souris dans la majorité des cas.

Un joueur de FPS (First Person Shooter) sera très habile de sa souris ainsi que des raccourcis (macros) qu’il aura préconfigurés, accentuant une atteinte sur le membre supérieur droit.

Un joueur de type STR (Stratégie en temps réel) sera quant à lui bien plus habile sur le clavier par le nombre de raccourcis utilisés accentuant une atteinte sur le membre supérieur gauche.

Ostéopathie, prévention et jeux vidéos

Comme toujours, le premier traitement est la prévention.

Prenons tout d’abord les problèmes les plus courants :

  • Avoir une bonne position n’est pas seulement utile lorsque qu’une personne joue, elle est nécessaire dans la vie de tous les jours et est très bien expliquée sur cet article (Article de référence : https://blog.reflexosteo.com/ma-posture-au-travail-comment-etre-bien-assis/ )
  • Pour éviter les tendinopathies/arthropathie/névralgie, la meilleure façon de s’en prémunir est l’étirement et la mobilisation passive. Prenez du temps à bouger vos poignets, étirer vos doigts après une session de jeu (si possible toutes les deux heures, faites une petite pause et détendez -vous)

Concernant le traitement ostéopathique, il est impératif de redonner de la mobilité aux zones concernées.

Comme il a été expliqué précédemment, lorsqu’une personne joue, les atteintes sur son corps ne se font pas uniquement au poignet ni à la nuque mais sur tout l’ensemble de la chaîne du membre supérieur.

Les axes de traitements pour un joueur occasionnel ou régulier se feront :

  • Sur une détente des muscles sursollicités, pour redonner une posture adéquate de la personne. La position statique et non adaptée entraîne bon nombre de complications qui, cumulées, entraînent sur le long terme des douleurs plus difficile à traiter. Attention, les muscles sursollicités ne sont pas forcément les muscles qui produiront une douleur ! 
  • Sur une mobilisation des articulations. L’ostéopathe détectera, par ses tests, ce qu’il appelle une « dysfonction ostéopathique » entraînant une articulation dans un sens mais pas forcément dans l’autre, ce qui a pour conséquence une restriction de mobilité, une tension musculaire plus importante par adaptation du corps.
  • Sur la posture générale du patient. L’ostéopathe travaille surtout sur la globalité et adapte toujours son traitement par rapport au comportement de son patient, de sa façon de se tenir dans l’espace et le temps.

Sur un joueur professionnel, le traitement se base sur le même principe avec un suivi bien plus prononcé et détaillé. Il faut considérer le joueur de eSport comme un athlète et un suivi régulier s’impose pour qu’il ait de meilleures performances dans sa discipline.

Conclusion

Les jeux vidéo font partie intégrante de notre vie entraînant différentes atteintes au niveau du corps. Elles se manifestent différemment suivant le type de joueur ainsi que le support utilisé mais peut se traiter très facilement en ostéopathie.

La meilleure prévention est celle de la mobilité du corps, bouger vous permettra de récupérer bien plus vite tout en vous évitant de nombreux soucis.

Article écrit par Michaël LAMUTH, Ostéopathe DO

Votre navigateur est obsolète!

Mettez à jour votre navigateur pour afficher correctement ce site Web. Mettre à jour maintenant

×