Afin de vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts, nous utilisons des cookies.En continuant de naviguer sur le site, vous déclarez accepter leur utilisation. En savoir plus

Quelle est l'efficacité de l'ostéopathe dans le traitement des trouble de la fertilité ?

fertilite-osteopathe-traitement-naturel
Tomber enceinte grâce à l'ostéopathie ? L'ostéopathie permet en effet d'agir sur les troubles de la fertilité. Mais quelle est son action précise ? L'ostéopathe peut-il réellement m'aider à tomber enceinte ?

L’ostéopathie connait un champ d’application très large mais son action sur la sphère gynécologique est encore peu connue même si son action sur l’infertilité est de plus en plus abordée.

Pourtant, elle apporte une véritable réponse à de nombreux troubles gynécologiques grâce à des techniques classiques en ostéopathie : le traitement du cadre osseux (bassin, lombaires), un travail crânien (contrôle hormonal), diaphragmatique, et de manière générale le repérage et le traitement des tensions gênant l’acheminement vasculaire et nerveux de la sphère gynécologique (cicatrices, ptoses viscérales, tensions vertebrales…).

L’ostéopathie n’a pas pour but de remplacer la médecine traditionnelle mais propose un complément d’action souvent très intéressant.
Son action est d’autant plus pertinente lorsque la cause de l’infertilité est inexpliquée, sans cause anatomique, hormonale, ou physiologique décelée.

Procréation et ostéopathie

Les retours de nombreuses patientes qui sont tombées enceintes grâce à l’ostéopathie m'ont convaincus d’écrire sur le sujet.

Aujourd’hui, je traite régulièrement des patientes avec cette problématique avec beaucoup d’humilité ; la plupart cherchent à tomber enceinte depuis plusieurs années.

Certaines ont trouvé une solution grâce à l’ostéopathie. A noter toutefois que ces résultats sont bien moins flagrants pour les infertilités en rapport avec des pathologies sous jacentes (causes hormonales, obésité, anomalie anatomique, antécédents chirurgicaux etc…) sur lesquelles l’ostéopathie n’a pas d’impact.

A vrai dire, j’étais sceptique lorsque j’ai commencé à voir mes premières patientes pour ce motif de consultation, cartésien dans l’âme et sans véritable étude scientifique à grande échelle à l’appui sur ce sujet, je n’étais pas certain de l’efficacité que pouvait avoir l’ostéopathie.

Mais plusieurs de mes patientes sont finalement tombées enceintes suite au travail que nous avions effectué ensemble. 

L’ostéopathie manque cruellement de travaux de recherche, car ils sont très couteux. Son efficacité et sa pertinence dans certains champs, comme le domaine de la procréation ne sont pas mesurés, mais le retour des patients est lui très encourageant. Et il me semble que vous patient, êtes les plus en mesure d’apprécier l’efficacité de l’ostéopathie sur telle ou telle problématique à l’heure actuelle.

La médecine traditionnelle se tourne (trop) directement vers la PMA (Procréation Médicalement Asisstée), avec l’AMP (assistance médicale à la procréation) et la FIV (Fécondation In Vitro). Alors que l’ostéopathie pourrait être une solution avant toute solution invasive, comme celles citées précédemment.

J’évoque ici seulement quelques cas issus de mon expérience personnelle ; en cela mon apport expérimental est bien maigre. Il est aussi difficile de montrer qu’une patiente ne serait pas tombé enceinte de toute façon. Seule une étude statistique bien menée montrerait l’indiscutable « action positive » de l’ostéopathe.

tomber enceinte avec l'ostéopathie

Si elle s’avère positive, quelle est la véritable action de l’ostéopathe sur l’infertilité ?

  • « Le principe actif »

Comme nous l’avons brièvement évoqué dans l’introduction, l’ostéopathe possède de véritable outils thérapeutiques dans son travail sur l’infertilité. Ces techniques (tissulaires, articulaires, ligamentaires, viscérales..) s’appuient sur des données anatomo physiologiques bien concrètes.

Voici un principe de base : une région mal vascularisée (ici la sphère gynécologique) recevra un apport nutritif plus faible ; ainsi, son fonctionnement ne sera pas optimal et donc l’organe (utérus/ovaire) ne remplira pas ou mal son rôle. Cette vascularisation est assurée par les tissus de soutient, ou ligaments ; lorsque ces derniers sont en tension (raisons mécaniques, cicatricielles, faciales…), l’ostéopathe va le repérer et travailler la tension de manière à retrouver une bonne « élasticité » (garante d’un meilleur apport nutritif et ainsi d’un meilleur fonctionnement du système reproducteur).

Voici un exemple d’application : une mauvaise vascularisation de l’utérus rend la muqueuse moins apte à retenir l’embryon. De ce fait, la nidation sera plus difficile, même si la fécondation a eu lieu. Le traitement ostéopathique va consister à redonner une bonne mobilité au bassin et aux organes de la reproduction. Cela favorise une meilleure vascularisation, une ovulation de meilleure qualité, et de meilleures chances à aboutir à la nidation.

  • L’effet placebo

Il est par ailleurs fort probable que dans les différents « succès » rencontrés, une bonne partie soient liés non pas à l’action thérapeutique directe mais à son effet dit « placebo ».

La forte composante psychologique dans les troubles de la fertilité est-elle alors à exclure pour se consacrer à une vision exclusivement mécaniste ? Surtout pas et ce serait une grave erreur ! D’ailleurs, la médecine allopathique elle-même l’a également bien compris, et fait les yeux doux à ce fameux effet placebo.

Jean-François Bergmann, spécialiste à l’hôpital Lariboisière à Paris, avance que « la façon dont un médicament est donné participe pleinement à l’effet pharmacologique. Il doit l’être avec conviction ». Le cadre thérapeutique, le comportement du praticien a alors une importance non négligeable.

La part de l’effet placebo dans le traitement de l’infertilité par l’ostéopathie est difficilement quantifiable. Quoiqu’il en soit, comme tout traitement (médicamenteux ou autre), cette part existe sans aucun doute. La question à se poser serait plutôt alors celle de l’importance de son « principe actif », c’est à dire de l’efficacité directe des techniques ostéopathiques (étude avec groupe témoin).

Zoom sur le traitement ostéopathique pour le traitement de l'infertilité

Une fois éliminées les causes médicales de l'infertilité et établi que le système reproducteur ne présente pas de lésions anatomiques, l'ostéopathe se penche sur la possibilité qu'il présente ce qui s'appelle des troubles fonctionnels : le système fonctionne mal.  En effet, la plupart des troubles de la fonction reproductive ne présentent pas de lésion de l'appareil reproducteur.

La fonction d'un organe est optimale quand celui-ci a une bonne mobilité, soit propre (comme les trompes utérines qui ont un mouvement péristaltique, qui fait qu'elles se contractent d'elles-mêmes pour permettre le déplacement de l'ovocyte), soit par rapport aux structures environnantes.

On parle de restriction de mobilité quand la structure ne bouge plus correctement.

Cette restriction de mobilité peut être acquise : un choc, un traumatisme émotionnel, une adaptation à une autre restriction, à un autre endroit du corps...

Une structure qui perd en mobilité n'est plus correctement irriguée par le système vasculaire ; les éléments indispensables à sa nutrition lui parviennent moins bien, en moins grande quantité, et l'élimination des toxines qu'il produit se fait avec difficulté. Par réaction en chaîne, toutes les structures environnantes finissent par souffrir de cette perte de mobilité.

Le rôle de l'ostéopathe étant de restaurer la mobilité au sein des structures en restriction, il peut donc améliorer la fonction de ces structures, y comprit celles qui sont impliquées dans la reproduction.

Les causes et conséquences d'un dysfonctionnement de l'appareil reproducteur peuvent être multiples (au niveau de la glande hypophysaire, des organes reproducteurs, d'un étage vertébral sous contrainte où la sortie d'un nerf contrôlant les organes reproducteurs serait affectée...)


Quelques petits conseils de l'ostéopathe pour optimiser le traitement ostéopathie des troubles de la fertilité

  • Une bonne alimentation
  • Une activité physique régulière
  • Un bon environnement (attention aux polluants chimiques, électromagnétiques : mettre son téléphone portable ailleurs que dans une poche avant du pantalon pour commencer !)
  • Un bon contexte psychologique (chercher des solutions pour éliminer les sources de stress qui peuvent l'être ?)

Si aujourd’hui, aucune étude à grande échelle ne permet d’asseoir l’ostéopathie dans le cercle médical traditionnel en place pour traiter l’infertilité, nul doute que l’ostéopathe y jouera un rôle de plus en plus déterminant.

Les solutions médicamenteuses mises systématiquement en avant et en première intention constituent une aberration, du moins pour les infertilités idiopathiques. Essayez en première intention des méthodes naturelles visant à vous détendre et à optimiser vos fonctions gynecologiques (ostéopathie, acupuncture, naturopathie, yoga, médecine chinoise, sophrologie...). 

Vous êtes ainsi de plus en plus nombreuses à solliciter votre ostéopathe pour les problèmes d’infertilité, et vous avez raison ! Pour être mis en relation avec un ostéopathe spécialisé dans la prise en charge des troubles de l'infertilité proche de chez vous, vous pouvez cliquer sur le lien ci dessous (mise en relation gratuite).

Je souhaite consulter un ostéopathe spécialisé

Nos articles en lien avec "FERTILITE"

Votre navigateur est obsolète!

Mettez à jour votre navigateur pour afficher correctement ce site Web. Mettre à jour maintenant

×