REFLEX OSTEO lance son site e-commerce La Maison des Ostéos !

Afin de vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts, nous utilisons des cookies.En continuant de naviguer sur le site, vous déclarez accepter leur utilisation. En savoir plus

Prendre votre RDV
Visiter notre boutique

Douleur au bas ventre chez l'homme : aidez-moi !

douleur du bas ventre chez l'homme

Consultez un ostéopathe agréé près de chez vous.

Hero perso - REFLEX OSTEO - le 1er réseau national de permanence en ostéopathie

Les femmes connaissent bien les douleurs abdominales et particulièrement au niveau du bas ventre. Mais chez l'homme, de nombreux troubles se manifestent également par des douleurs en dessous du nombril !  

Troubles digestifs, musculaires, infections urinaires ou encore troubles génitaux, comment les distinguer ? Comment évoluent elles et quelles dispositions prendre pour soulager vos douleurs du bas ventre chez l'homme (appelées aussi douleurs pelviennes) ?

L'anatomie du bas ventre chez l'homme pour expliquer vos douleurs abdominales

Cette zone, située dans l'abdomen sous le nombril, enclavée entre les deux iliaques (bassin), comprend de nombreux organes, tous fixés les uns aux autres par d’épaisses nappes tissulaires qui permettent leur maintien et leur mobilité les uns par rapport aux autres.

Le système urinaire 

Les reins ne font pas partie du bas ventre, mais les uretères conduisent l’urine depuis le hile rénale jusqu’à la vessie, cette dernière occupant une place centrale dans le petit bassin, juste en arrière de la branche du pubis. 

La vessie surmonte la prostate, dernier organe, en partenariat avec les glandes séminales, traversé par les urines avant la miction définitive des urines via l’urètre.

Le système génital 

Les organes génitaux internes de l’homme ont également une place centrale dans le petit bassin. En plus des glandes séminales et la prostate susditement citées, rajoutons les canaux déférents cheminant depuis les testicules jusqu’à s’aboucher dans la prostate.

Le système digestif

Plus que seulement la partie terminale du tube digestif (partie inférieure du côlon descendant, côlon sigmoïde puis rectum) , il ne faut pas oublier que le bas ventre comprend également toute la partie inférieure de l’intestin grêle, le caecum dans la fosse iliaque droite ainsi que le début du côlon ascendant.

En bas à gauche du bas-ventre, le côlon sigmoïde possède un système tissulaire propre appelé le méso-sigmoïde, le reliant au péritoine vers l'arrière et permettant notamment d’acheminer les vaisseaux pour sa vascularisation.

Le contenu du bas ventre repose sur le périnée

L’ensemble du petit bassin repose sur le périnée (ou plancher pelvien), hamac musculaire supportant médialement l’ensemble de la cavité abdominale. Plus qu’un simple support pour les organes, cette nappe musculaire a un rôle important dans la vascularisation générale. Notamment en synergie avec le diaphragme, muscle principal de la respiration, cloisonnant en haut le caisson abdominal.

Pour en savoir plus sur l'anatomie du bas ventre...

En haut, le petit bassin comprend une grande nappe tissulaire, le péritoine, séparant l’intestin grêle et la fin du tube digestif de la vessie. Le péritoine est une sorte de sac dans lequel se situe la plupart des organes de la cavité abdominale. Cette nappe se pose sur le dôme de la vessie, renforcée par de nombreux ligaments permettant de fixer les organes de la zone.

Dans cette continuité tissulaire, ajoutons également un autre faisceau tissulaire important, entraînant les psoas, en arrière du bas ventre de haut en bas, s’étirant en haut de la loge rénale, jusqu’aux deux fémurs en bas. Ces deux faisceaux tissulaires forment le fascia transversalis.

L’ensemble de ses tissus de haut en bas dans le bas ventre sont quadrillés de l’arrière vers l’avant par deux lames importantes assurant une fixité antéro-postérieure (les lames SRGVP), depuis le sacrum en arrière, jusqu’au pubis en avant, engainant sur son passage successivement le rectum et la vessie chez l’homme.

Douleurs dans la bas ventre : attention à ces pathologies !

La déchirure abdominale 

Lors d’une utilisation excessive des abdominaux, ceux-ci peuvent, au-delà des courbatures, également se déchirer. Prudence donc lors de la reprise d’un sport après des années sans pratique ou lors d’une période d'entraînement particulièrement intense…

La colique néphrétique

Les lithiases urinaires sont pour la plupart asymptomatiques mais parfois, un caillot peut entraîner bien des désagréments : les douleurs d’une colique néphrétique sont très violentes et peuvent donner des douleurs dans le bas ventre, de la fièvre mais également dans le dos (le plus souvent d'un seul côté).Un doute ? N'hésitez pas à consulter un médecin en urgence !

La ptose abdominale

D’abord, l’ensemble des tissus suspenseurs peuvent se fibroser, créer des adhérences non-essentielles et ainsi entraîner des troubles fonctionnels des organes et des douleurs associées. 

De plus, en cas d’hypotonie des abdominaux, il peut y avoir une ptose des organes, c’est-à-dire, une distension vers le bas des tissus suspenseurs de l’organe sous l’effet de la gravité. Si cette distension arrive naturellement avec l’âge, mentionnons ici que la sédentarité, un manque d’activité physique ou une intervention chirurgicale peuvent induire une ptose

Notons ici qu’une ptose peut être structurelle (visible à l’imagerie) ou simplement fonctionnelle (c’est-à-dire non visible à l’imagerie mais non pas coupable pour autant de troubles fonctionnels de l’organe concerné). Ces douleurs manifestant de cette ptose peuvent s’installer progressivement avec le temps.

Les douleurs du bas ventre provenant du système digestif

L’ensemble des maladies inflammatoires des intestins (MICI, diverticulite) peuvent donner des douleurs dans le bas ventre en plus de troubles digestifs.

Notons que les douleurs des organes en dessous du péritoine sont pour la plupart ressenties dans le bassin et le dos plus que dans le bas ventre.De plus, la vascularisation des organes peut être troublée induisant également des troubles des organes mal perfusés. Notons que les douleurs au bas ventre sont souvent associées à des tableaux cliniques plus précis en fonction des systèmes touchés (urinaires, digestif ou genital).

L'appendicite

Notons ici une étiologie phare donnant des douleurs au bas ventre est l’appendicite : inflammation du caecum dans la fosse iliaque droite, souvent diagnostiquée chez les jeunes. La résection de l’appendice par chirurgie est le traitement type. Suite à cette chirurgie, les tissus peuvent créer des adhérences cicatricielles pouvant induire des troubles fonctionnels digestifs. Ces adhérences cicatricielles peuvent être traitées par ostéopathie. De manière plus générale, les adhérences tissulaires abdominales sont souvent bien accompagnées vers une solution par un traitement ostéopathique.

La hernie inguinale

Lors d’un effort intense, une vive douleur dans le bas ventre peut survenir. Sous une trop forte pression abdominale le péritoine s’invagine dans l’aine (hernie inguinale) ou encore dans le canal inguinal (point faible dans la paroie abdominal dans le bas-ventre permettant notamment d’acheminer les vaisseaux et canaux déférents depuis les testicules), au niveau du nombril. Ces hernies peuvent s’infecter, il faut donc bien écouter cette douleur afin de consulter rapidement pour ne pas la laisser évoluer.

Quelques conseils pour prévenir vos douleurs abdominales 

Pour se prémunir des douleurs au bas ventre, nous pouvons désormais conseiller plusieurs éléments. Bien évidemment, il s'agit juste de quelques conseils généraux ; nous vous conseillons de consulter un médecin pour obtenir des conseils spécifiques et vous proposer une prise en charge adaptée à votre mal au ventre.

  • Une nutrition équilibrée, pour éviter les troubles du tube digestif.
  • Une hydratation appropriée pour éviter de sursolliciter le système rénal
  • Une bonne tonicité de la ceinture abdominale : ne pas faire l’économie du sport

Enfin, une bonne respiration. Celle-ci demande une bonne respiration abdominale (épaules basses, sans tirer sur le cou)... avec un périnée engagé musculairement. La rééducation du périnée est bien connue chez les femme enceintes en post partum, notamment après une grossesse extra-utérine. Mais il faut savoir que l’engagement du périnée est fondamental chez les grands athlètes dans de nombreux sports!

Le pilate est le sport privilégié qui porte l'attention sur la musculation du “centre”, à savoir l’engagement des abdominaux et du périnée en synergie avec une respiration contrôlée. Pour autant, l’ensemble des sports de gainage reposent sur cette hygiène. Alors à vous de choisir selon vos préférences !



Racontez nous votre parcours thérapeutique, vos symptômes,
et votre éventuelle expérience avec l’ostéopathie !

Temoignages

Votre expérience est précieuse ! Partagez-là avec notre communauté de plus de 144584 patients.

Racontez nous votre parcours thérapeutique, vos symptômes, et votre éventuelle expérience avec l’ostéopathie !


Actu - REFLEX OSTEO - le 1er réseau national de permanence en ostéopathie

Retrouvez tous nos articles sur le thème "TROUBLES DIGESTIFS"

Votre navigateur est obsolète!

Mettez à jour votre navigateur pour afficher correctement ce site Web. Mettre à jour maintenant

×