REFLEX OSTEO lance son site e-commerce La Maison des Ostéos !

Afin de vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts, nous utilisons des cookies.En continuant de naviguer sur le site, vous déclarez accepter leur utilisation. En savoir plus

Prendre votre RDV
Visiter notre boutique

Méralgie paresthétique : comment l'ostéopathie peut-elle vous aider ?

meralgie paresthetique et osteopathie

Consultez un ostéopathe agréé près de chez vous.

Hero perso - REFLEX OSTEO - le 1er réseau national de permanence en ostéopathie

Vous ressentez des douleurs ou des sensations de brûlures ou de picotement sur le devant et l’extérieur de votre cuisse ? Vous souffrez peut-être d’une méralgie paresthésique.

La méralgie paresthésique de Bernhardt et Roth, aussi appelée syndrome du nerf fémoro-cutané ou syndrome du nerf cutané latéral de cuisse, est une affection neurologique. Elle constitue ce que l’on appelle un syndrome canalaire de la hanche et de la cuisse.

Un syndrome canalaire se définit comme un conflit entre une structure anatomique (ostéo-fibreuse, musculaire, aponévrotique ou musculaire) et un tronc nerveux périphérique. Ce point de conflit vient en quelque sorte comprimer, étirer ou pincer le nerf. Le nerf en question se manifeste alors par des douleurs à types de fourmillements, de crampes, ou encore de brûlures sur son territoire sensitif.

Dans le cas d’une méralgie paresthésique, quel nerf est atteint ? Pourquoi existe-il un point de conflit ? Et avec quelle structure ? Comment puis-je soulager mes douleurs ? Apprenons-en plus sur ce syndrome ! Voici les réponses à vos questions.

Qu’est-ce qu’une méralgie paresthésique ?

La méralgie paresthésique est un syndrome complexe qui associe des douleurs dans la partie antéro-externe de la cuisse, résultant majoritairement d’un conflit entre le nerf cutané latéral de cuisse (ou fémoro-cutané) et le canal ostéo-fibreux qu’il traverse, au niveau du ligament inguinal (dans l’aine).

C’est un syndrome qui peut toucher les hommes comme les femmes à tout âge. Cependant les études montrent une légère prédominance de ce syndrome chez les hommes entre 30 et 40 ans. En pathologie sportive, la méralgie paresthésique touche le plus souvent des adultes qui pratiquent des sports sollicitant particulièrement les muscles de la hanche et de la paroi abdominale (comme l'athlétisme, la course à pied, le football, musculation…).

Quelques petits rappels anatomiques :

Le nerf fémoro-cutané (ou cutané latéral de cuisse) est un nerf purement sensitif. Il est issu de la deuxième vertèbre lombaire (L2). Le nerf traverse le muscle grand psoas puis le muscle carré des lombes et le muscle iliaque avant de passer sous le ligament inguinal dans un canal ostéo-fibreux. Les atteintes du nerf fémoro-cutané sont majoritairement dues au point de conflit avec le ligament inguinal. À son arrivée dans la cuisse, le nerf se divise en deux : une branche fessière et une branche dite crurale (au niveau de la cuisse). Dans la cuisse ce nerf croise le muscle sartorius et le muscle TFL (tenseur de fascia Lata) pouvant aussi créer un point de conflit mécanique. La branche crurale innerve de manière sensitive la partie antérieure et latérale de la cuisse, jusqu’au genou.

douleur méralgie paresthétique

Comment apparaît une méralgie paresthésique ?

La méralgie paresthésique est souvent d’origine mécanique. Elle est issue d’une compression, d’une irritation ou d’un endommagement du nerf fémoro-cutané avec un autre élément anatomique, le long de son parcours. Cette compression peut être causée par :

  • une grossesse,
  • un surpoids ou une obésité,
  • des malformations locales,
  • des spasmes musculaires au niveau de la hanche,
  • le port de vêtement serrés : jeans, uniforme, ceinture, armure militaire, ceinture de sécurité…
  • anomalie métabolique : le diabète (le sucre fragilise les nerfs : neuropathie diabétique), hypo ou hyperthyroïdie, alcoolisme,
  • un neurinome (tumeur bénigne au niveau du nerf),
  • un hématome du psoas,
  • en cas de traumatisme : au cours de la pratique sportive,
  • microtraumatismes : efforts répétés lors de la pratique sportive entraînant une irritation du nerf,
  • à la suite d’un acte chirurgical : complication d’opération d’une prothèse totale de hanche, de l’abdomen, de la région lombaire ou inguinale…
  • cicatrice post-opératoire,
  • fracture du col du fémur,
  • anomalie statique ou dynamique : inégalité de longueur de jambe, scoliose, coxarthrose,
  • complication de maladies infectieuses comme le typhus ou la maladie de Lyme (transmise par les tiques)...

Les origines de la méralgie paresthésique peuvent être diverses mais les facteurs favorisants les plus fréquents restent l’obésité, le diabète et le port de vêtements serrés.

Quels sont les symptômes de la méralgie paresthésique ?

La méralgie paresthésique est une douleur intense et vive dans la région antéro-externe de la cuisse, dans une zone en forme de raquette. Associée à ces douleurs à type de « d’élancement » vous pouvez ressentir divers symptômes sur la face externe de la cuisse :

  • brûlures,
  • fourmillements,
  • picotements,
  • engourdissement,
  • diminution de la sensibilité sur le trajet du nerf,
  • sensation de peau cartonnée.

Ces douleurs et sensations sont généralement augmentées lors de la position statique assise ou debout prolongée, lors de la marche et lors de l’extension ou l’adduction de hanche. Les douleurs ne sont pas dépendantes du mouvement puisque ce nerf est purement sensitif. Elles peuvent cependant être accentuées par les frottements répétés, avec les vêtements par exemple.

diagnostic méralgie paresthétique

Comment se diagnostique une méralgie paresthésique ?

Le diagnostic est assez simple et se base sur les éléments cliniques et la description des signes caractéristiques de ce trouble neurologique par le patient. Il faudra tout de même s’assurer que ce syndrome n’est pas la résultante d’une maladie infectieuse sous-jacente comme évoquée précédemment.

Dans certains cas, votre médecin peut juger nécessaire de vous prescrire un examen complémentaire qui permettra de contrôler et de quantifier l’activité électrique du nerf. Cet examen est l’électromyogramme.

Quels sont les traitements existants contre la méralgie paresthésique ?

Le traitement va majoritairement reposer sur des conseils pour limiter les facteurs favorisant la méralgie paresthésique ou la cause. Au-delà de cela, votre médecin pourra vous prescrire des antalgiques et des anti-inflammatoires pour soulager les douleurs. Dans certains cas, une infiltration de corticoïdes directement dans l’aine peut être prescrite.

Dans certains cas rares, une opération chirurgicale peut être nécessaire pour libérer le nerf comprimé.

Les thérapies manuelles telles que l’ostéopathe ou la rééducation fonctionnelle ont prouvé leurs effets sur les méralgies paresthésiques.

Pourquoi consulter un ostéopathe en cas de méralgie paresthésique ?

L’approche ostéopathique est complètement naturelle ! L’objectif est d’identifier l’origine de la méralgie paresthésique pour agir sur la cause de la douleur et ainsi la soulager.

Avant tout traitement, l’ostéopathe aura un rôle diagnostic. En effet, le patient peut venir en première intention dans son cabinet. L’ostéopathe portera donc une importance particulière à l’anamnèse (interrogatoire, échange avec le patient sur sa douleur) où il pourra recueillir le maximum d’informations permettant de supposer la présence d’une méralgie paresthésique.

Ensuite, votre ostéopathe entamera un examen clinique avec une série de tests. La pratique de l’ostéopathe reste toujours holistique (globale) pour comprendre le patient dans son intégralité. Il viendra tout de même s’intéresser de près à la région pelvienne et abdominale.

L’ostéopathe viendra comprimer certains points le long du trajet du nerf fémoro-cutané pour voir si la douleur s’amplifie ou est reproduite, et, ainsi identifier un point de conflit créant une compression sur le nerf. Il va ensuite mobiliser la jambe du patient pour repérer les positions augmentant ou, au contraire, atténuant les douleurs. A l’aide d’une tige avec un bout pointu et un bout plat, l’ostéopathe réalisera un test de sensibilité au niveau de la zone innervée par le nerf concerné, pour vérifier l’intégrité de celui-ci.

Une fois la méralgie paresthésique diagnostiquée, l’ostéopathe aura pour but de soulager les points de conflits pouvant s’exercer sur le nerf fémoro-cutané.

Pour cela, l’ostéopathe pourra utiliser de nombreuses techniques, qu’elles soient fasciales, articulaires, musculaires… Il viendra réduire les tensions au niveau du bassin en travaillant les structures articulaires comme l’iliaque, le pubis, le sacrum et le ligament inguinal. Il viendra, bien évidemment, redonner de la mobilité à la région lombaire, notamment au niveau de la deuxième vertèbre lombaire où sort le nerf fémoro-cutané.

D’un point de vue musculaire, l’ostéopathe pourra travailler, entre autres, sur le muscle psoas-iliaque, le muscle Sartorius et le muscle TFL pour libérer toutes les tensions musculaires pouvant comprimer le nerf lors de son passage.

ostéopathie méralgie paresthétique

Votre ostéopathe, comme toujours, adaptera sa technicité en fonction de vos douleurs, de votre gabarit, de votre âge, de votre morphotype...

Si l’origine de votre méralgie paresthésique est mécanique, une séance d’ostéopathie pourra vous soulager en relâchant les tensions myofasciales qui s’exercent sur votre nerf fémoro-cutané.

La méralgie paresthésique et l’ostéopathie durant la grossesse

Au cours de la grossesse, la pression exercée par le bébé sur le bassin de la maman pourra venir comprimer le passage du nerf fémoro-cutané sous le ligament inguinal ou tout simplement venir perturber la position et, de ce fait, la mobilité du bassin de la maman. Votre ostéopathe interviendra de manière douce dans le but de réduire les contraintes s’exerçant sur le nerf et réajuster les forces qui s’exercent sur le bassin. Il ne faut pas s’inquiéter, toutes les techniques utilisées par l’ostéopathe seront exercées sans aucune contrainte pour le bébé.

Pour ce faire, l’ostéopathe viendra principalement travailler sur le diaphragme, les lombaires, le sacrum, le coccyx, le périnée et le système abdominal de la maman.

Les conseils de votre ostéopathe

Voici quelques conseils simples pouvant aider dans l’amélioration de vos douleurs liées à la méralgie paresthésique :

  • portez des vêtements moins serrés,
  • évitez de mettre des ceintures,
  • les douleurs peuvent s’atténuer lorsque vous dormez avec un coussin entre les jambes,
  • demandez un avis podologique pour un port de semelles si vous avez une différence de longueur de jambe,
  • perte de poids : n’hésitez pas à demander de l’aide à des professionnels de santé (nutritionniste, diététiciens, coach sportifs …).
  • exercices d’étirement et de renforcement des muscles du bassin et de la hanche.
Votre expérience est précieuse ! Partagez-là avec 103014 patients et 887 ostéopathes.
Racontez nous votre parcours thérapeutique, vos symptômes,
et votre éventuelle expérience avec l’ostéopathie !

Temoignages

Votre expérience est précieuse ! Partagez-là avec notre communauté de plus de 103014 patients.

Racontez nous votre parcours thérapeutique, vos symptômes, et votre éventuelle expérience avec l’ostéopathie !


Actu - REFLEX OSTEO - le 1er réseau national de permanence en ostéopathie

Retrouvez tous nos articles sur le thème "ADULTE"

Votre navigateur est obsolète!

Mettez à jour votre navigateur pour afficher correctement ce site Web. Mettre à jour maintenant

×