Afin de vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts, nous utilisons des cookies.En continuant de naviguer sur le site, vous déclarez accepter leur utilisation. En savoir plus

Traitement de l'endométriose : ces méthodes naturelles qui marchent

endométriose traitement naturel ostéopathie

Les médecines complémentaires naturelles et douces pour lutter contre les douleurs de l’endométriose

L’endométriose est accompagnée de douleurs chroniques lombaires, pelviennes et de dysménorrhées importantes, qui sont principalement dues à l’inflammation présente au niveau de la zone abdominale concernée et de la sphère gynécologique de la femme. Les principaux traitements médicaux présentent bien souvent des limites et laissent les patientes avec une douleur qu'elles finissent par considérer comme incurables.

L'ostéopathie, mais également d'autres thérapies non invasives, permettent d'améliorer significativement les douleurs. Zoom sur ces solutions complémentaires naturelles qui marchent !

Le traitement "classique" de l'endométriose 

Le traitement "classique" de l’endométriose peut être médical et/ou chirurgical. 

  • Le traitement médical hormonal substitutif est couramment utilisé et implique des contraceptifs oraux, des progestatifs, etc… L’administration de ce type de traitement à long terme reste tout de même problématique en raison des effets indésirables graves possibles : hémorragie massive, symptômes au stade de la péri ménopause, manifestation de masculinisation, dysfonctionnement hépatique. 
  • Le traitement chirurgical consiste à retirer les cellules endométriales anormalement présentes au niveau de la zone touchée. Des données cliniques ont montré que le taux de récidive d’endométriose variait entre 20 et 40% dans les cinq ans suivant une chirurgie conservatrice, sauf si les patientes avaient atteint la ménopause ou si une hystérectomie avait été réalisée. 

Ainsi, le traitement curatif de cette pathologie n’est pas toujours possible ou complet et il est souvent très difficile de s’en débarrasser. De plus, c’est une maladie gynécologique qui a des répercussions nettes sur le quotidien de la femme et notamment sur la fertilité, ce qui est très contraignant chez les femmes qui souhaitent absolument avoir un ou plusieurs enfants. 

Les douleurs abdominales, pelviennes et musculo-squelettiques dans le cadre de l’endométriose sont dues à l’inflammation présente au niveau des structures qui s’y trouvent. En effet le processus pathologique de l’endométriose et la fixation de cellules endométriales sur des tissus où elles ne devraient pas se trouver engendre une inflammation importante notamment lors de la période de saignements de ces cellules soit au moment des règles. D’où des douleurs très invalidantes à ce moment-là, souvent peu réactives aux traitements médicaux classiques. 

Il parait donc très important pour une femme de pouvoir se renseigner sur les médecines complémentaires envisageables, d’autant plus que d’après les sondages, beaucoup de patientes voient leurs douleurs diminuer significativement et recommandent vivement l’utilisation des thérapies complémentaires. 

Diminuer les douleurs de l'endométriose grâce aux traitements "naturels" 

Plusieurs thérapies non invasives peuvent être utilisées chez les patientes souffrant d’endométriose.

Les différentes possibilités qui s’offrent à vous :

  • La micro-nutrition,
  • Les plantes,
  • L'acupuncture, 
  • L’ostéopathie,
  • Autres (physiothérapie, lavement aux médicaments à base d'herbes utilisées en médecine chinoise...)

Ces thérapies complémentaires et manuelles sont efficaces pour soulager la dysménorrhée, la dyspareunie et les douleurs musculo-squelettiques lombo-pelviennes. Certaines favorisent la grossesse (traitement de l'infertilité) ou réduisent les masses endométriales, avec des effets secondaires moins désagréables que les traitements hormonaux et chirurgicaux. 

Ces médecines « naturelles » sont principalement utilisées pour traiter ou prévenir les affections musculo-squelettiques ou d'autres affections associées à une douleur chronique ou récurrente. Elles sont souvent indiquées pour tenter de gérer la douleur chronique. Comme l’endométriose est généralement accompagnée de douleurs pelviennes chroniques et de dysménorrhées, ce sont des options qui peuvent être une stratégie de traitement efficace pour assurer un suivi d’accompagnement complet.

 

1 - Ostéopathie et endométriose :

L’ostéopathie apporte un soulagement significatif au niveau des douleurs de l'endométriose en diminuant des facteurs susceptibles d’augmenter l’inflammation : zones et structures en tensions, manque de mobilité, manque de circulation, etc… 

L'ostéopathie apportera ainsi un confort de vie aux femmes souffrant d'endométriose par des techniques douces et non douloureuses. Ces techniques (ostéopathie viscérale, crâniennes, tissulaire par exemple) permettent aux tissus de s'oxygéner et donc de récupérer plus facilement. 

Après une chirurgie, l'ostéopathe travaillera les adhérences cicatricielles qui peuvent provoquer des douleurs profondes ou superficielles.

L'association de l’ostéopathie et d’une alimentation favorable, riche en oligo-éléments et en agents anti-inflammatoires peut être très intéressant dans le cadre de l’inflammation et des douleurs dans l’endométriose.

2 - L’alimentation :

C’est un atout majeur pour accompagner de nombreuses pathologies chroniques : endométriose, diabète, obésité, ostéoporose, maladies cardiovasculaires, cancers, pathologies digestives, ostéo-articulaires, thyroïdiennes, dermatologiques, neurologiques… Toutes ces maladies chroniques sont multifactorielles et les patients peuvent trouver un apaisement dans la nutrition. 

Une alimentation antioxydante et anti-inflammatoire pour diminuer les douleurs :

- Alimentation riche en omégas 3 : Augmenter les apports en oméga-3 permet de diminuer la production des prostaglandines pro-inflammatoires issus des oméga-6 donc diminuer l’inflammation et vraisemblablement la douleur. 

- Alimentation riche en fibres végétales, composée de nombreux nutriments essentiels et antioxydants (légumes verts ++) : fruits et légumes de qualité bio, légumineuses, … 

- Plutôt du Sans Gluten :  Lors d’une étude (2012), 200 femmes souffrant d’endométriose suivent une alimentation sans gluten pendant 12 mois : 75% des femmes indiquent une amélioration significative des symptômes. Il s’agit d’une étude moindre échelle, elle ne prouve rien mais nous pouvons la prendre en compte. 

- La consommation excessive de viande rouge provoque une inflammation et du stress oxydant et semble augmenter les risques d’endométriose (2004).

3 - La complémentation en micro-nutrition : 

  • Zinc, 
  • Manganèse, 
  • Calcium, 
  • Magnésium, 
  • Sodium, 
  • Potassium, etc… 

Ce sont des oligo-éléments qui peuvent jouer chacun un rôle très précis notamment lorsqu’ils sont bien doses. Il convient d’en parler à votre médecin, votre naturopathe, ou votre micro-nutritionniste ou se renseigner simplement auprès d’un laboratoire.


4 - Une solution avec les plantes : 

  • Curcuma, puissant anti-inflammatoire (extrait de plantes curcumine) 
  • Achillée millefeuille, viorne, pivoine (au niveau de l’utérus : décongestion, diminution des douleurs, équilibre sphère hormonal)
  • Le Puerarin (extrait de plantes)
  • Le Resvératrol (extrait de plantes)
  • Thé vert, etc… 

5 - La médecine traditionnelle chinoise :

L’acupuncture, la pharmacopée chinoise, le massage tui na, la moxibustion et la diététique, peuvent être un bon complément et un soulagement pour les femmes souffrant d’endométriose. L’acupuncture est utilisée dans le but de diminuer les dysménorrhées et les douleurs pelviennes. C’est une thérapie à visée énergétique.

Cet article est écrit par Marie RAYBAUD, Ostéopathe à Cannes et alentours (St Tropez...)

Marie RAYBAUD ostéopathe Cannes








Vous pouvez contacter notre réseau national d'ostéopathes ; nous vous mettrons en relation avec un ostéopathe proche de chez vous compétent dans le traitement de l'endométriose. Notre réseau national permet une prise en charge ostéopathie adaptée pour les patientes souffrant d'endométriose. 

Votre navigateur est obsolète!

Mettez à jour votre navigateur pour afficher correctement ce site Web. Mettre à jour maintenant

×