REFLEX OSTEO lance son site e-commerce La Maison des Ostéos !

Afin de vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts, nous utilisons des cookies.En continuant de naviguer sur le site, vous déclarez accepter leur utilisation. En savoir plus

Prendre votre RDV
Visiter notre boutique

AVC, hémiplégie et ostéopathie

avc hemiplegie osteopathie

Consultez un ostéopathe agréé près de chez vous.

Hero perso - REFLEX OSTEO - le 1er réseau national de permanence en ostéopathie

Ce que l’on appelle communément « attaque » cérébrale et scientifiquement accident vasculaire cérébral (AVC), représente la troisième cause de mortalité dans les pays industrialisés. Chaque année 150 000 personnes sont touchées par une attaque cérébrale. L’incidence de l’AVC augmente avec l’âge et passe de 1,1% à 3% au-delà de 80 ans. Un tiers des personnes concernées gardent des séquelles neurologiques importantes. La principale conséquence de l’AVC est l’hémiplégie, qui correspond à une paralysie de la moitié du corps. Elle peut être droite ou gauche en fonction de la région cérébrale atteinte. Comment comprendre l’apparition de l’hémiplégie ? Quels sont les solutions pour améliorer la qualité de vie des personnes souffrant d’hémiplégie à la suite d’un AVC ?

Qu’est-ce qu’un accident vasculaire cérébral (AVC) ?

Les accidents vasculaires cérébraux se définissent selon l’OMS par « la présence de signes cliniques de dysfonctionnement cérébral de survenue rapide, durant 24h ou plus ou conduisant à la mort, sans autre cause apparente qu’une origine vasculaire ».

L’AVC est une pathologie brutale et soudaine touchant le cerveau, due à une perturbation de l’irrigation d’une partie de celui-ci. Il existe 2 types de maladie vasculaire engendrant un AVC :

  • un arrêt de l’apport sanguin causé par la présence d’un caillot qui bouche une artère du cerveau (accident ischémique cérébral ou infarctus cérébral). L’AVC ischémique représente 85% des cas.
  • une rupture d’un vaisseau sanguin entraînant un écoulement sanguin dans le cerveau (hémorragie cérébrale).

La partie du cerveau touchée est mal irriguée et peut être plus ou moins endommagée, entraînant de ce fait des conséquences plus ou moins graves.

Les conséquences de l’AVC peuvent être permanentes ou transitoires selon la gravité de celui-ci.

Quels sont les symptômes de l’accident vasculaire cérébral (AVC) ?

Les accidents vasculaires cérébraux engendrent 3 grands symptômes :

  • la présence d’une paralysie faciale : la bouche est de travers, la personne est dans l’incapacité de sourire,
  • incapacité de lever les 2 bras : un bras ou une jambe ne bouge plus,
  • incapacité à répéter une phrase simple : les paroles de la personne qui est en train de faire un AVC sont confuses.

Si un de ces 3 symptômes est présent, il est indispensable de contacter les urgences le plus rapidement possible dès l’apparition des premiers signes ! En cas d’AVC, « le temps c’est du cerveau ».

En effet, l’arrêt de la fluctuation sanguine d’une artère cérébrale entraîne la mort de 1,9 millions de neurones chaque minute.

AVC ostéopathie symptômes

Quels sont les facteurs de risque de l’accident vasculaire cérébral (AVC) ?

Les accidents vasculaires cérébraux sont favorisés par la présence de facteurs de risque cardiovasculaire comme :

  • l’hypertension artérielle,
  • le cholestérol,
  • le diabète,
  • le tabagisme,
  • l’obésité,
  • l’arythmie cardiaque.
Il ne faut pas oublier que la sédentarité fait partie des facteurs de risque de l’AVC.

Lorsque l’AVC est ischémique (85% des cas), la cause principale de l’obstruction de l’artère cérébrale est l’accumulation de dépôts de cholestérol sur les parois des vaisseaux. Le diamètre des vaisseaux va rétrécir (c’est ce que l’on appelle l’athérosclérose) et entraîner, à terme, une obstruction complète de celui-ci. Cette obstruction impute ainsi une partie du cerveau de son irrigation.

Les autres 15% des AVC correspondent à des AVC hémorragiques dont la cause principale est la rupture d’une artère cérébrale fragilisée par l’hypertension artérielle. Cette rupture peut aussi survenir à cause d’une déformation congénitale de l’artère ou à la suite de certains traitements.

Comment diagnostiquer l’accident vasculaire cérébral (AVC) ?

Les signes cliniques évoqués précédemment par le biais des 3 grands symptômes permettent le diagnostic de l’accident vasculaire cérébral. Lors de l’arrivée à l’hôpital, une imagerie cérébrale (IRM cérébral) permet de confirmer la présence de l’AVC mais aussi d’en connaître sa nature (AVC ischémique ou AVC hémorragique).

Comment agir face à un AVC ?

Dans un premier temps, il faut contacter le plus rapidement possible les urgences. Une fois à l’hôpital, l’objectif majeur de l’équipe soignante est de minimiser les risques de dommages irréversibles du cerveau. Pour ce faire, les soignants vont tenter de rétablir au plus vite la circulation sanguine cérébrale en cas d’AVC ischémique et de réduire l’épanchement sanguin en cas d’AVC hémorragique.

Quelles sont les conséquences de l’AVC ?

Lors d’un AVC ischémique, la région cérébrale concernée ainsi que ses neurones se retrouvent en hypoxie : elle ne reçoit plus suffisamment d’oxygène et de sucre. Ces éléments sont normalement apportés par la circulation sanguine et sont indispensables à la survie des cellules cérébrales et des neurones. Si l’hypoxie se prolonge, les cellules meurent et entraînent la perte des fonctions cérébrales associées aux régions atteintes par l’AVC. Si la circulation sanguine est rétablie dans les 6 heures après l’apparition des premiers signes, les conséquences sont réversibles.

L'hémiplégie, séquelle majeure de l'AVC

L’hémiplégie (paralysie d’un côté du corps) est la conséquence la plus importante liée à l’AVC. Après une phase de récupération, l’hémiplégie est plus ou moins sévère. Lorsque l’AVC à touché l’hémisphère gauche, la paralysie se situera du côté droit. En revanche, lorsque l’AVC touche la partie droite du cerveau, la paralysie se situera du côté gauche.

Autres conséquences possibles de l'AVC

L’hémiplégie peut être associées à d’autres troubles :

  • troubles des sphincters,
  • troubles du langage,
  • troubles sexuels,
  • troubles de la sensibilité,
  • et fatigue.

A la suite d’un AVC, l’hémiplégie-elle est flasque ou spasmodique ?

Juste après l’accident vasculaire cérébral, l’hémiplégie est dite flasque, ce qui signifie que les muscles sont « mous ». Le cerveau ne transmet plus les ordres d’exécution des mouvements aux muscles. En cours de récupération et de rééducation, l’hémiplégie devient spasmodique, les muscles sont raides et spastiques, entraînant une flexion des membres. Dans 4 cas sur 5, les personnes souffrant d’hémiplégie post-AVC peuvent remarcher, à l’aide ou non d’une canne et retrouver un certain pourcentage de mobilité au niveau de leur jambe atteinte. En revanche, la mobilité du bras est souvent très difficile à récupérer et les séquelles deviennent dans la plupart des cas irréversibles.

prise en charge après avc

Quelle prise en charge après un AVC ?

Dans les quelques jours après l’AVC, le plus important reste de prévenir les récidives. La fréquence de récidive est la plus élevée dans les 7 jours suivants l’AVC.

Dans les semaines qui suivent, la prise en charge est pluridisciplinaire et fait généralement intervenir des :

  • kinésithérapeutes : rôle dans la rééducation et l’amélioration de mouvements devenus difficiles,
  • ostéopathes : rôle pour pallier aux douleurs séquellaires du handicap moteur et une conservation et amélioration de la mobilité articulaire et tissulaire,
  • ergothérapeutes : trouve des solutions pour que le patient puisse effectuer en autonomie des choses de la vie quotidienne,
  • psychologues : mieux comprendre son handicap, acceptation de soi, retrouver la confiance en soi etc…
  • et orthophonistes : rôle dans les troubles du langage, troubles de la mémoire et perception de l’espace.

L’objectif est de favoriser la plasticité cérébrale, c’est-à-dire la faculté du cerveau à pouvoir utiliser des neurones non lésés pour l’exécution d’une tâche donnée.

L’ostéopathie dans la rééducation post-AVC ?

L’ostéopathe ne pourra, en aucun cas, permettre au patient de retrouver ses fonctions cérébrales ou de diminuer l’hémiplégie. En revanche, son rôle sera dans un premier temps de redonner de la mobilité aux zones du corps touchées par l’hémiplégie pour accompagner le travail du kinésithérapeute en ce qui concerne la rééducation.

Par le biais de techniques douces et manuelles, l’ostéopathe pourra surtout venir pallier les inconforts de vie et douleurs liées à l’hémiplégie du patient.

En fonction de leur mode de vie, de leurs moyens de mobilité, de leur travail, etc., les personnes atteintes d’un handicap moteur tel que l’hémiplégie souffrent de nombreux maux. Les études ont montré l’efficacité sur les douleurs quotidiennes et chroniques chez les personnes souffrant de troubles moteurs. Cependant, des séances occasionnelles ne sont pas suffisantes puisque les contraintes induites par le handicap ne cesseront de causer des douleurs. Un suivi régulier est donc nécessaire pour les personnes atteintes de handicap moteur et d’hémiplégie pour permettre d’avoir un effet positif de plus longue durée sur les douleurs annexes au handicap lié à la pathologie.

avc et ostéopathie

L’ostéopathe va observer les zones douloureuses ainsi que leurs répercussions. Prenons comme exemple la paralysie du bras liée à l’AVC. Le poids du bras paralysé et inactif vient tirer sur les épaules, entraîner une lourdeur qui peut venir tirer jusque dans les cervicales, la mâchoire et le haut du dos. L’ostéopathe va alors mobiliser les articulations et les tissus dans le but de récupérer de la mobilité et de soulager les contractures musculaires. Grâce à des techniques douces et fasciales, l’ostéopathe pourra redonner de la souplesse tissulaire à la partie paralysée pour limiter les rigidités (bien que l’ostéopathie n’ait aucun effet sur la paralysie en tant que telle).

L’ostéopathie ne sera pas une thérapie curative mais une thérapie visant à améliorer le confort et la qualité de vie du patient ayant des séquelles d’un accident vasculaire cérébral.

Racontez nous votre parcours thérapeutique, vos symptômes,
et votre éventuelle expérience avec l’ostéopathie !

Temoignages

Votre expérience est précieuse ! Partagez-là avec notre communauté de plus de 118767 patients.

Racontez nous votre parcours thérapeutique, vos symptômes, et votre éventuelle expérience avec l’ostéopathie !


Actu - REFLEX OSTEO - le 1er réseau national de permanence en ostéopathie
Votre navigateur est obsolète!

Mettez à jour votre navigateur pour afficher correctement ce site Web. Mettre à jour maintenant

×