Afin de vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts, nous utilisons des cookies.En continuant de naviguer sur le site, vous déclarez accepter leur utilisation. En savoir plus

Insomnie : traitement naturel et ostéopathie

Insomnie et fatigue
Votre expérience est précieuse ! Partagez-là avec 76814 patients et 779 ostéopathes.

Comment guérir de l'insomnie ? Quelles sont les méthodes naturelles pour en venir à bout ? 

La population actuelle est de plus en plus sujette à l’asthénie, appelée dans le langage courant : fatigue. On estime qu’un tiers de la population en souffre et que, pour 10 à 15% de ces personnes, des altérations de leur capacité se font ressentir dans leur quotidien.

La fatigue n’est pas une pathologie mais elle n’est en rien physiologique. Elle résulte, pour le plus souvent, de troubles du sommeil et en particulier d'insomnie...

Consulter un ostéopathe


Comprendre le sommeil pour traiter l'insomnie

Le sommeil est un état physiologique de l’organisme, c’est un état durant lequel la vigilance est suspendue et la réactivité abaissée. On assiste à une perte de conscience temporaire avec une sensibilité sensorielle conservée.

Le sommeil est un besoin vital pour l’être humain, un élément indispensable à la récupération des forces qu’elles soient physiques ou psychiques. Le temps et le besoin de sommeil est sujet-dépendant, ajouté à des facteurs externes. Même si son temps varie avec l’âge, il suit une organisation très précise placée sous le contrôle du cerveau (horloge interne), qui règle le rythme éveil/sommeil (le rythme circadien). Ce rythme est sous influence de 2 hormones, nommées mélatonine (hormone du sommeil) et cortisol (hormone de l’éveil).

Une nuit contient entre 3 et 5 cycles (cycles du sommeil), durant chacun 90 minutes. Durant un cycle, on distingue au sommeil 4 phases que l’on peut répartir en 2 états. Le premier est le sommeil lent et le second le sommeil profond.


Sommeil et explications


Un cycle correspond à la succession des 4 phases, qui sont :

  • l’endormissement : transition entre sommeil et éveil. La respiration ralentit et les muscles se relâchent (c’est dans cette phase qu’il est possible de sursauter avec une impression de tomber dans le vide)
  • le sommeil lent léger : le tonus musculaire diminue davantage. Il est encore possible de se réveiller
  • le sommeil lent profond : on assiste à une baisse de la température du corps, des rythmes cardiaques et aussi respiratoires
  • le sommeil paradoxal : signé par la présence de signes d’éveils en parallèle d’un sommeil très profond avec une activité onirique (phase durant laquelle les rêves apparaissent) très importante. Il y a également des mouvements brusques des pieds ou encore du visage

Le sommeil joue un rôle dans de nombreux processus :

  • la stimulation des sécrétions hormonales (prolactine, insuline, testostérone …)
  • l’immunité
  • l’apprentissage (augmentation des capacités de stockage et de mémorisation)
  • l’accroissement de la vigilance, de l’attention
  • la régénération des cellules musculaires
  • le métabolisme glucidique
  • la maturation du système nerveux (qui diminue avec l’âge)
  • le maintien de la température interne

Comment diagnostiquer une insomnie ?

L’insomnie est un trouble du sommeil (tout comme l’apnée du sommeil, le syndrome des jambes sans repos, le ronflement, l’hypersomnie ou encore la narcolepsie...), qui regroupe différent symptômes : trouble de l’endormissement, réveils survenant au cours de la nuit, sommeil non récupérateur avec fatigue au lever…

Des critères de diagnostic ont été instaurés afin de préciser cette pathologie :

  • c’est une plainte de non satisfaction de qualité ou quantité de sommeil, reliée aux possibles symptômes suivants : difficulté à trouver le sommeil - difficulté à le maintenir : réveils fréquents, difficultés à se rendormir - réveil précoce avec incapacité à se rendormir,
  • la perturbation du sommeil est l’élément déclencheur d’une altération du comportement autant sur le plan social, que personnel, que professionnel,
  • ces troubles se produisent au moins 3 nuits par semaine,
  • ils sont installés depuis au moins 3 mois,
  • les troubles sont présents malgré des conditions propices à l’endormissement (absence de lumière, de bruit …),
  • l’insomnie ne trouve pas son origine dans des troubles types SAS (syndrome d’apnée du sommeil), narcolepsie …
  • elle n’est pas liée à la prise de substances excitantes telles que le café, les drogues, certains médicaments,
  • il n’y a pas d’imputabilité à des troubles mentaux ou des conditions médicales.

Insomnie

Comment traiter l’insomnie ?

L’insomnie peut pousser à avoir recours à divers outils de traitement.

En premier lieu, on retrouve les traitements médicamenteux, comme les somnifères (qui ont un effet sédatif et anxiolytiques) ou bien les agonistes de la mélatonine (identifiée plus haut comme étant l’hormone du sommeil) mais aussi les antidépresseurs qui, à faible dose, peuvent aider.

Il est également possible d’avoir recours à des professions de santé ; la psychologie, l’acupuncture, l’hypnose.

L’ostéopathie, avec son approche globale, prend en compte tous les symptômes, elle permet une identification précise de la cause de ce trouble et propose donc des techniques adéquates.

Insomnie : quand et pourquoi consulter ?

L’insomnie n’a rien d’un trouble bénin. Elle perturbe le quotidien et la qualité de vie de l’insomniaque. La santé et les capacités fonctionnelles sont altérées avec un retentissement proportionnel à la sévérité de cette insomnie.

Nous l’avons dit, le sommeil permet de remplir de nombreuses fonctions, un mauvais sommeil aura donc des répercussions, et ce, sur différents niveaux (émotionnel, physique, psychologique...).

Plusieurs études témoignent qu’une privation de sommeil aboutit à :

  • une diminution de la vigilance,
  • une diminution de l’énergie,
  • une perte de poids malgré une bonne alimentation,
  • une hypothermie,
  • une diminution des défenses immunitaires (plus facilement sujets aux virus saisonniers),
  • un risque accru de maladies cardio-vasculaires (AVC, diabète, hypertension artérielle…),
  • une perturbation métabolique (prise de poids, perte de poids, faim accrue, perturbation de la glycémie),
  • une irritabilité, nervosité, angoisse,
  • des chercheurs ont également mis en évidence un lien hypothétique entre le manque de sommeil et la maladie d’Alzheimer.

Afin d’éviter au mieux ces conséquences, il est utile, pour ne pas dire nécessaire d’avoir recours à une prise en charge.

L’insomnie peut trouver son origine dans un dérèglement du système nerveux autonome aussi appelé végétatif. Ce système est composé de 2 parties, le système nerveux sympathique et le parasympathique. Le trouble résulterait d’un déséquilibre de ces 2 constituants. Ce système nerveux contrôle la plus grande partie des fonctions du corps : la fréquence respiratoire et cardiaque, la digestion, la circulation artérielle veineuse.

Insomnie et ostéopathie

Que va faire l’ostéopathe pour lutter contre l'insomnie ?

Puisque le trouble provient d’une perturbation du système nerveux, l’ostéopathe va chercher à travailler sur toute cette organisation en s’intéressant aux zones les plus en lien.

Le but de l’ostéopathe va être d’accompagner le corps, de le mettre dans les conditions les plus optimales à retrouver l’homéostasie, c’est-à-dire l’équilibre des deux composantes du système.

Ceci va passer par des techniques diverses qui seront organisées sur plusieurs (deux ou trois) consultations, organisées et espacées dans le temps.

L’ostéopathe fera appel à plusieurs approches (tissulaire, respiratoire, structurelle, crânienne et digestive).

  • Une approche vertébrale. Le but étant de lever toutes dysfonctions pouvant favoriser la stimulation d’une composante par rapport à l’autre et faire basculer la balance en faveur de l’un, au dépend de l’autre. L’ostéopathe regardera le rachis dans son ensemble, partant des cervicales aux lombaires, avec une attention plus spécifiques sur 3 zones, la charnière cervico-thoracique, la 4ème vertèbre thoracique et la charnière thoraco-lombaire
  • Une approche respiratoire sur les différents diaphragmes (thoraciques, et supérieur). Cette mobilité est une fonction primordiale, vitale, elle permet la respiration, mais au delà de ça, elle permet également le brassage de la cavité abdominale, et par ce brassage, une action digestive.
  • Une approche digestive. Afin de s’assurer qu’aucune dysfonction n’est présente, pouvant perturber la mobilité digestive et engendrer des mises en tension et également pour une action indirecte sur la sécrétion de mélatonine via l’intestin.
  • Une approche crânienne. Cette approche constituera la plus grande partie de l’investigation et du traitement. En effet, elle permettra d’agir directement sur le système nerveux autonome. Par cette action locale, on aura des effets et répercussions à distance.

Et après, quel rôle a l'ostéopathe pour l'insomnie ?

La réaction face au traitement peut être diverse et variée, c’est pourquoi la répartition des séances (en nombre et dans le temps) sera dépendante du patient.

Afin de voir l’évolution, la répercussion de ce trouble, différents paramètres pourront être relevés par l’ostéopathe lors de l’interrogatoire du début de séance comme :

  • réveil précoce le matin ou au milieu de la nuit,
  • besoin de se lever la nuit pour aller aux toilettes,
  • froid ou chaud pendant la nuit,
  • agitation pendant le sommeil.

Ces paramètres pourront être quantifiés et mesurés lors de la première consultation, puis au début des suivantes, ce qui permettra un suivi précis et une mise en relief de l’axe d’évolution, en parallèle de la plainte subjective.

L’ostéopathe pourra à la fin du suivi transmettre divers conseils afin de favoriser au mieux la qualité du sommeil sur le long terme :

  • avoir des horaires de coucher et de lever le plus réguliers possible,
  • profiter d’un temps calme avant le coucher (favoriser un livre aux écrans)
  • éviter les excitants le soir (café, cigarette…)
  • pratiquer une activité physique dans la journée (de préférence avant la fin d’après-midi)

Voici un de nos articles pour compléter ces informations : Conseils pour mieux dormir : quelle position adopter

Consulter un ostéopathe


Ostéopathe pour l'insomnie


Coralie Silbermann
Ostéopathe agrée

Votre expérience est précieuse ! Partagez-là avec 76814 patients et 779 ostéopathes.
Racontez nous votre parcours thérapeutique, vos symptômes,
et votre éventuelle expérience avec l’ostéopathie !
Le site reflexosteo.com propose gratuitement un service de diffusion de témoignages personnels dans le domaine de l’ostéopathie et la santé. Le contenu des témoignages est sous votre responsabilité. Cet espace n’est pas un moyen d’obtenir un diagnostic médical ni d’obtenir un RDV avec un ostéopathe. Cliquez ici pour obtenir un RDV avec un ostéopathe proche de chez vous.

Retrouvez tous nos articles sur le thème "STRESS"

Temoignages

Votre expérience est précieuse ! Partagez-là avec notre communauté de plus de 76814 patients.

Racontez nous votre parcours thérapeutique, vos symptômes, et votre éventuelle expérience avec l’ostéopathie !


Actu - REFLEX OSTEO - le 1er réseau national de permanence en ostéopathie
Votre navigateur est obsolète!

Mettez à jour votre navigateur pour afficher correctement ce site Web. Mettre à jour maintenant

×