Afin de vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts, nous utilisons des cookies.En continuant de naviguer sur le site, vous déclarez accepter leur utilisation. En savoir plus

Conflit sous acromial : quel traitement ?

conflit sous acromial et douleur à l'épaule

Vous avez une douleur à l'épauleet on vous a diagnostiqué un conflit sous-acromial.

Vous voulez savoir à quoi cela correspond ? Quelles sont les causes possibles de ce conflit ? Quels traitements peuvent être mis en place ? Et surtout, est-ce-que votre ostéopathe peut soulager les douleurs qui en découlent ? Cet article est fait pour vous !

Qu’est-ce que le conflit sous-acromial ?

Le conflit sous-acromial est un rétrécissement de l’espace sous-acromial entraînant un conflit entre la tête humérale, le tendon du muscle supra-épineux, la bourse sous-acromiale et l’acromion. 

Ce rétrécissement entraîne un frottement plus important responsable d’une inflammation ainsi que d’une douleur antéro-externe de l’épaule aggravée lors de l’élévation antérieure et latérale du bras à hauteur d’épaule et d’une perte de mobilité. La structure en souffrance est le tendon du muscle supra-épineux le plus fréquemment mais peuvent aussi être atteints les autres tendons des muscles de la coiffe des rotateurs. Cette douleur est due à un pincement de cette structure tendineuse au niveau de l’espace sous-acromial restreint, formé par l’acromion au-dessus et la tête humérale en-dessous.

La souffrance du tendon résulte d’une inflammation mécanique de ce dernier suite à des contraintes le plus souvent répétées de compression et de cisaillement sur le tendon mais également sur la bourse sous-acromiale, structures passant dans l’espace sous-acromial alors diminué.

La bursite sous-acromiale est une inflammation de la bourse séreuse située entre l'acromion, le tendon du muscle supra-épineux et la tête humérale. L'articulation présentant une bursite peut être rouge, chaude et œdématiée. L’absence de l’ensemble de ces signes ne signifie pas qu’il n’y a pas d’inflammation. La douleur peut se révéler la nuit. Le patient présente une raideur et une période de dérouillage au réveil.

douleur de l'épaule


Quels sont les causes de conflit sous-acromial ?

Les causes de conflit sous-acromial sont les suivantes et, en fonction des patients, elles peuvent s’additionner, favorisant ainsi le conflit. Nous pouvons donc retrouver :

  • un conflit mécanique entre les tendons de la coiffe des rotateurs, la bourse sous-acromio-deltoïdienne et la voûte coraco-acromiale ;
  • une faible vascularisation de la face profonde des muscles et des insertions musculaires associée à l’âge du patient et/ou à une surcharge fonctionnelle entraînant ainsi une dégénérescence précoce des tendons
  • les muscles de la coiffe des rotateurs ne jouant plus leur rôle de stabilisation de la tête humérale sous la voûte coraco-acromiale et permettant alors son décentrage soit vers le haut (par l’action ascensionnelle du muscle deltoïde), soit en position antéro-interne par les muscles de la coiffe des rotateurs les moins touchés dans le conflit sous-acromial
  • une surcharge fonctionnelle occasionnelle ou régulière de par les activités sportives ou professionnelles sur un terrain déjà dégénératif et/ou de conflit

Dans le conflit sous-acromial, la physiopathologie s’explique par une articulation gléno-humérale en dysfonction par un défaut de centrage et une ascension responsables d’un rétrécissement de l’espace sous-acromial alors à l’origine de la souffrance du ou des tendons des muscles de la coiffe des rotateurs par frottement de ces derniers sur la tête humérale.

Quels signes présentent un patient souffrant de conflit sous-acromial ?

Lors d’un rétrécissement de l’espace sous-acromial entraînant un conflit sous-acromial, les signes suivants peuvent être retrouvés :

  • Douleur face antéro-externe de l’épaule
  • Douleur à l'épaule la nuit mais aussi augmentée à l'effort et calmée au repos
  • Douleur peu intense avec une sensation plus importante de gêne
  • Apparition progressive et de façon intermittente
  • Aggravation de la douleur lors de l’utilisation du membre supérieur dans les mouvements d’ouverture du bras dans les premiers degrés
  • Aucune position ne soulage les douleurs
  • Evolution progressive et souvent chronique
  • A terme, retentissements dans la vie quotidienne dès l’utilisation de l’épaule et du bras dans les grands mouvements

Comment se fait le diagnostic de conflit sous-acromial ?

Le diagnostic se fait grâce à des tests médicaux spécifiques de l’épaule. Si ces tests sont douloureux, ils sont alors considérés comme positifs et permettent alors de poser le diagnostic de conflit sous-acromial. On réalise alors un examen complet de l’épaule en vérifiant les mobilités actives (réalisées par le patient) et passives (réalisées par le praticien) de l’épaule mais également en testant la sensibilité du membre supérieur et la force des différents muscles.

Le seul examen complémentaire prescrit pour confirmer un conflit sous-acromial est la radiographie.

Une fois le diagnostic posé, il faut mettre en place un traitement afin de soulager les douleurs, d’éviter la chronicité du conflit sous-acromial et à terme une souffrance par frottements excessifs des tendons passant entre l’humérus et l’acromion (pouvant mener à une rupture de la coiffe des rotateurs).

Quels traitements sont actuellement proposés ?

Le traitement médical se compose de :

  • Repos : on arrête toute activité sportive responsable de la douleur et on adapte son poste de travail pour éviter les positions favorisant la mise en place du conflit
  • Anti-inflammatoires voire infiltrations dans l’espace sous-acromial
  • Rééducation : permet d’ouvrir l’espace sous-acromial pour empêcher le conflit

Après 1 mois de rééducation, si les douleurs sont toujours présentes, on réalise des examens complémentaires afin d’éliminer une rupture de la coiffe des rotateurs.

En absence de rupture tendineuse, dans le cas où le traitement médical avec la rééducation ne fait pas effet au bout de 3 mois, un traitement chirurgical peut être indiqué. Il consiste à réduire l’épaisseur de l’acromion afin d’agrandir l’espace sous-acromial. Suite à l’opération, de la rééducation est à nouveau nécessaire pendant 1 à 2 mois. La reprise des activités physiques et professionnelles doit se faire progressivement !

Que peut apporter l’ostéopathie dans la prise en charge d’un conflit sous-acromial ?

L’ostéopathie agit en complémentarité du traitement médical et/ou chirurgical et de la rééducation. Une prise en charge pluridisciplinaire est optimale pour ce type de pathologies et permet une meilleure récupération.

Lors de ses séances, l’ostéopathe a pour but « d’ouvrir » l’espace sous-acromial pour diminuer le conflit et les frottements. 

Suite aux tests qu’il réalisera, il cherchera à éliminer les tensions tissulaires excessives qui empêchent le fonctionnement optimal de l’épaule et qui peuvent favoriser et aggraver le conflit sous-acromial. Et surtout, il traitera les dysfonctions articulaires présentes qui favorisent le conflit sous-acromial et ainsi les frottements répétés (recentrage et décoaptation de la tête humérale).

osteopathe-epaule-douleur

Cette pathologie étant souvent chronique, même en l’absence de douleurs, des séances d’ostéopathie réalisées de manière annuelles (voire trimestrielles selon l’activité professionnelle et sportive) permet la prévention des atteintes tendineuses et des douleurs.

N'hésitez pas à consulter un ostéopathe pour prévenir et traiter les tendinites. N'attendez pas qu'elle soit trop inflammatoire ! 

Article écrit par Caroline BAILLET, ostéopathe DO

Sources :

http://www.ccos.fr/conflit-sou...

http://www.chu-rouen.fr/page/s...

Votre navigateur est obsolète!

Mettez à jour votre navigateur pour afficher correctement ce site Web. Mettre à jour maintenant

×