Afin de vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts, nous utilisons des cookies.En continuant de naviguer sur le site, vous déclarez accepter leur utilisation. En savoir plus

Comment soigner les douleurs au poignet ?

Douleur au poignet
Votre expérience est précieuse ! Partagez-là avec 77065 patients et 778 ostéopathes.

Une douleur de poignet peut être réellement handicapante dans la vie quotidienne. Comment savoir si cette douleur est grave et nécessite une immobilisation ou s’il s’agit d’une douleur bénigne ? Nous allons voir, dans cet article, les différentes pathologies possibles au niveau du poignet et de la main, les symptômes de ces pathologies et la prise en charge ostéopathique quand cela entre dans notre champ de compétence.


Consulter un ostéopathe


Quelques notions d’anatomie pour commencer

Le poignet est une articulation composée des extrémités distales du radius et de l’ulna (anciennement cubitus) ainsi que de plusieurs petits os, les os du carpe formés de 2 rangées.

La première rangée est composée du scaphoïde, du lunatum, du triquétrum et du pisiforme.

La deuxième rangée est composée du trapèze, du trapézoïde, du capitatum et de l’hamatum

Suite aux os du carpe, nous retrouvons les 5 métacarpes puis les phalanges des différents doigts (2 pour le pouce, 3 pour les autres doigts).

De nombreux ligaments entre le radius, l’ulna et les os du carpe assurent la stabilité du poignet. De même, pour la main avec des ligaments entre os du carpe, métacarpes et phalanges. Evidemment, la présence de ligaments induit la possibilité d’entorses du poignet et des doigts.

Afin de permettre les mouvements aussi bien de force, de préhension que de précision au niveau de la main, de nombreux muscles s’insèrent sur les os du poignet et de la main. Nous retrouvons des muscles longs prenant leur origine au niveau du coude et de l’avant-bras mais également des muscles courts propres à la main.

Le nombre d’os, important au niveau du poignet de la main, entraîne la présence de nombreuses articulations, par définition, entourées de leur propre capsule articulaire comportant le liquide synovial, lieu de certaines pathologies.

Les mouvements possibles du poignet sont :

  • la flexion,
  • l’extension,
  • l’inclinaison radiale : plie le poignet vers le radius,
  • l’inclinaison ulnaire : plie le poignet vers l’ulna.

Il n’y a pas de mouvements de rotation à ce niveau. Pour tourner votre main, vous êtes obligé d’engager l’avant bras avec. Il s’agit des mouvements de pronation (paume de main vers le bas) et de supination (paume de main vers le haut) réalisés au niveau de l’articulation entre le radius et l’ulna au niveau du coude.

Pour la suite de l’article, il est important de préciser que la partie externe du poignet correspond au côté du pouce et donc la partie interne au côté de l’auriculaire.

Anatomie et douleurs au poignet

Pathologies du poignet et de la main selon la localisation

Douleur globale du poignet

Lors d’une entorse du poignet, la douleur peut être en interne, en externe ou globale selon le ou les ligaments atteints lors du traumatisme. Les ligaments atteints peuvent être les ligaments latéraux reliant les os de l’avant-bras (radius et ulna) aux os du carpe mais également les ligaments reliant les os du carpe entre eux. Ce type de traumatisme arrive très souvent lors de chutes dans la vie quotidienne. Quant aux sports à risque pour les entorses, il y a les sports de ballons (basketball, handball, volleyball), les sports de combats, les sports où les chutes sont fréquentes (équitation, cyclisme, skateboard, …) et les sports d’hivers (ski, snowboard, patinage). L’exemple type de traumatisme du poignet est le réflexe d’amortir sa chute en posant les mains au sol. Ceci entraîne une hyperextension du poignet et un étirement exagéré des ligaments.

Concernant les symptômes, nous retrouvons une douleur vive sur le coup avec ou sans sensation de claquement ou de craquement puis un gonflement de l’articulation, un œdème plus ou moins important et une mobilité réduite.

Comme pour toute entorse il y a différents stades :

  • entorse bénigne : simple étirement des ligaments,
  • entorse moyenne : rupture partielle d’un ou de plusieurs ligaments,
  • entorse grave : rupture totale d’un ou de plusieurs ligaments avec ou sans arrachement osseux.

Selon la gravité de l’entorse, la prise en charge peut aller du simple repos à l’immobilisation plus ou moins longue du poignet voire jusqu’à la chirurgie en cas de rupture totale de ligaments.

La prise en charge ostéopathique peut se faire plus ou moins à distance du traumatisme selon la gravité de l’entorse. Dès le début ou après la prise en charge chirurgicale si nécessaire, les manipulations ostéopathiques associées à de la rééducation en kinésithérapie sont très bénéfiques pour le patient.

L’arthrose du poignet est fréquente. Il s’agit d’une usure chronique du cartilage présent au niveau des os du poignet. La douleur est globale au niveau du poignet et s’aggrave avec le temps. Au fur et à mesure, l’articulation devient raide et la mobilité devient limitée et douloureuse. La douleur est aggravée aux mouvements et soulagée au repos.

La polyarthrite rhumatoïde est une maladie inflammatoire. Elle se déclare entre 40 et 60 ans la plupart du temps (parfois plus tôt). Elle touche en premier les articulations des mains, des poignets et des pieds. Elle évolue par crise et entraîne une inflammation des articulations qui gonflent et deviennent douloureuses en particulier la nuit. Les articulations sont également chaudes et rouges (signes de l’inflammation). Le patient présente également une raideur des articulations au réveil qui disparaît dans l’heure après avoir mobilisé les articulations. C’est une maladie évolutive avec des crises de plus en plus fréquentes et une aggravation de la douleur, de la raideur et une difficulté de plus en plus importante à mobiliser les articulations atteintes.

Douleur devant le poignet

Le syndrome du canal carpien est une pathologie très fréquente en particulier dans certains métiers (coiffeuse, secrétaire, serveuse …). Il s’agit d’une compression du nerf médian dans le canal carpien se situant au niveau de la face antérieure du poignet. Cette pathologie apparaît plus souvent chez les femmes vers 40 – 50 ans.

Deux tests médicaux permettent de diagnostiquer un syndrome du canal carpien : un reproduit la douleur et les fourmillements dans les doigts à la percussion à l’avant du poignet au niveau du canal (signe de Tinel) et l’autre reproduit les fourmillements à l’hyperflexion du poignet pendant une minute (test de Phalen).

On retrouve, en plus de la douleur à l’avant du poignet, des fourmillements dans les 3 premiers doigts, des douleurs nocturnes, des brûlures, des engourdissements et une irradiation au niveau de l’avant-bras. Le fait de secouer la main a tendance à soulager les douleurs et les fourmillements. L’évolution est progressive et le syndrome peut se développer sur les deux mains en commençant souvent par la main dominante.

L’ostéopathie peut soulager ces douleurs. En toute logique, plus la prise en charge est rapide, plus les résultats sont efficaces. L’idéal est l’ostéopathie en prévention pour les métiers à risque pouvant présenter cette pathologie. Selon le stade, l’opération peut devenir inévitable pour traiter la compression.

La maladie de Dupuytren ou fibromatose palmaire est une contracture d’évolution progressive de fascia palmaire, ce qui entraîne une déformation des doigts en flexion. On la retrouve plus fréquemment chez des hommes de plus de 45 ans. Les symptômes présents sont la présence de nodule douloureux à proximité du majeur ou de l’annulaire et la formation d’une corde superficielle au niveau de la paume de la main. L’ostéopathie peut permettre de soulager les douleurs et de « ralentir » un peu l’évolution mais cela reste malheureusement une maladie évolutive.

Douleur au poignet

Douleur derrière le poignet

Les douleurs derrière le poignet sont relativement rares. En ostéopathie, on peut retrouver des plaintes à ce niveau là avec la description d’une douleur, souvent augmentée lors de l’appui de la main sur une surface avec une hyperextension du poignet. Ceci est la plupart du temps du à une dysfonction (perte de mobilité) du lunatum, petit os du carpe pouvant parfois même se luxer.

Douleur interne du poignet

Le syndrome du canal de Guyon est une compression du nerf ulnaire au niveau du canal de Guyon, lieu de passage du nerf au niveau du poignet. Pathologie beaucoup moins fréquente que le syndrome du canal carpien, on retrouve une douleur au niveau de la partie antéro-interne du poignet, des fourmillements sur le trajet du nerf ulnaire, une douleur et des fourmillements à la percussion au niveau du canal.

Douleur externe du poignet


La fracture du scaphoïde

La fracture du scaphoïde entraîne une douleur au niveau de la partie antéro-externe du poignet c’est-à-dire en avant et en dehors (= tabatière anatomique). Bien entendu, il s’agit d’une pathologie traumatique nécessitant une prise en charge en urgence et une immobilisation (souvent longue de plusieurs mois). Les signes présents sont une douleur augmentée à la palpation du scaphoïde, à la mobilisation du pouce et au mouvement de pronation contrariée (contre la force du praticien). On peut également retrouver un épanchement au niveau de la tabatière anatomique. Cependant, ces signes peuvent également être ceux d’une entorse bénigne, il est donc important de faire une radiographie du poignet pour confirmer ou non le diagnostic de fracture du scaphoïde. Malheureusement, du à une faible vascularisation à ce niveau, la consolidation de cet os est très longue et entraîne souvent une perte de mobilité partielle.



La tendinite de De Quervain


La tendinite de De Quervain est une ténosynovite de deux muscles du pouce : le tendon du court extenseur du pouce (extension du pouce) et le tendon du long abducteur du pouce (éloignement du pouce des autres doigts). On retrouve une douleur aigüe au niveau de la partie antéro-externe du poignet et de la base du pouce, une douleur à la palpation, à l’étirement des muscles et à la contraction contrariée de ces derniers. Cette tendinite apparaît en général lors de torsions répétées du poignet notamment lors de certains sports comme la gymnastique ou le tennis. Comme pour toute tendinite, le repos est fortement conseillé. Une association d’ostéopathie et de kinésithérapie donne généralement de bons résultats.

La rhizarthose

La rhizarthose correspond à de l’arthrose localisée au niveau de l’articulation à la base du pouce (entre l’os trapèze du carpe et le premier métacarpien). C’est la localisation d’arthrose la plus fréquente au niveau du poignet et de la main en particulier chez les femmes de 50 ans. En plus des signes habituels d’arthrose, la raideur de cette articulation évolue jusqu’à la déformation du pouce en forme de Z. Concernant la perte de mobilité, elle mène à une impossibilité de saisir un objet entre le pouce et l’index, c’est la perte de la pince pouce – index. Cette pathologie peut mener à une opération avec pour but de conserver au mieux la mobilité.

Douleur des doigts

Les entorses des doigts sont extrêmement fréquentes dans de très nombreux sports : sports de ballons à la main (basketball, handball, volley …), sports avec serrage des doigts (judo, …). Repos et immobilisation sont les maîtres mots. Douloureuses sur le coup, ces entorses ne sont pas plus dérangeantes que ça ; ainsi, elles ne sont pas forcément traitées correctement pouvant alors entraîner des déformations des doigts.

Douleur au poignet et ostéopathie

Prise en charge ostéopathique d’une douleur au poignet

Pour commencer l’ostéopathe vous posera nombre de questions pour préciser la localisation de votre douleur, depuis quand vous l’avez et les caractéristiques de cette douleur. Suite à cette anamnèse, il réalisera des tests médicaux pour éliminer les pathologies qui n’entrent pas dans son champ de compétence ou diagnostiquer une pathologie précise (syndrome du canal carpien par exemple à confirmer par des tests mais souvent très reconnaissable à la description des symptômes par le patient).

Ensuite, il réalisera ses tests ostéopathiques pour repérer les différentes pertes de mobilité et tensions pouvant expliquer les douleurs. Comme pour tout motif de consultation, le praticien réalisera les tests sur l’ensemble de votre corps. En effet, en ostéopathie on considère le corps comme un tout et on le traite dans sa globalité quel que soit la raison de votre venue au cabinet.

Suite à son traitement par des manipulations ostéopathiques, en particulier au niveau du membre supérieur, des cervicales et du crâne pour une douleur du poignet, le praticien vous donnera des conseils à suivre pour les jours suivant la consultation mais également des bonnes habitudes à prendre pour votre santé et votre bien être.

Consulter un ostéopathe



Caroline Baillet, ostéopathe DO

Article écrit par Caroline Baillet, ostéopathe DO à Salviac

Votre expérience est précieuse ! Partagez-là avec 77065 patients et 778 ostéopathes.
Racontez nous votre parcours thérapeutique, vos symptômes,
et votre éventuelle expérience avec l’ostéopathie !
Le site reflexosteo.com propose gratuitement un service de diffusion de témoignages personnels dans le domaine de l’ostéopathie et la santé. Le contenu des témoignages est sous votre responsabilité. Cet espace n’est pas un moyen d’obtenir un diagnostic médical ni d’obtenir un RDV avec un ostéopathe. Cliquez ici pour obtenir un RDV avec un ostéopathe proche de chez vous.

Temoignages

Votre expérience est précieuse ! Partagez-là avec notre communauté de plus de 77065 patients.

Racontez nous votre parcours thérapeutique, vos symptômes, et votre éventuelle expérience avec l’ostéopathie !


Actu - REFLEX OSTEO - le 1er réseau national de permanence en ostéopathie
Votre navigateur est obsolète!

Mettez à jour votre navigateur pour afficher correctement ce site Web. Mettre à jour maintenant

×