Afin de vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts, nous utilisons des cookies.En continuant de naviguer sur le site, vous déclarez accepter leur utilisation. En savoir plus

La tétine et troubles de la succion : l'avis de l'ostéopathe pédiatrique

Tétine pour bébé : conseils et ostéopathie
Votre expérience est précieuse ! Partagez-là avec 76994 patients et 778 ostéopathes.
Que penser de la tétine pour mon bébé ?

Vite perdue, accusée de déformer la dentition ou de museler l’expression des petits, la tétine est néanmoins sur toutes les lèvres. Qu'en pense l'ostéopathe pédiatrique ? Il n’est pas indifférent à ce problème et nous allons vous expliquer pourquoi !

Téter : l’apaisement magique du bébé par la succion

    C’est dans le ventre de sa mère que le bébé commence à téter : on l’observe lors d’échographies téter son cordon ombilical, parfois son pouce… Le fait de chercher à téter - même en dehors du besoin de se nourrir - est donc physiologique chez le bébé.

    Pourquoi ? La bouche du bébé est un endroit très riche en récepteurs sensoriels du toucher. Vous savez que votre bébé perçoit le monde d’une façon difficile à imaginer. Ses sens sont, en effet, développés différemment des nôtres. Par exemple, sa vue est floue. A contrario, sa bouche est un moyen extraordinaire pour lui de découvrir ce qui l’entoure.

    Le fait de téter pour un bébé est, grâce à la richesse sensorielle de sa bouche, une source d’apaisement. Les nouveaux-nés trouvent ainsi très souvent une aide pour se calmer lorsqu’on leur propose de téter.

    bébé, tétine et conseils

    A quels moments utiliser la tétine pour apaiser bébé ?

    Certains bébés vont avoir plus besoin de la tétine : ceux qui souffrent de colique, de reflux… 

    On a vu des parents « anti-tétine » obligés de revoir leur position, avec l’arrivée d’un bébé inconfortable ayant un besoin « compulsif » de succion pour se calmer. C’est une bonne idée de conduire ces « bébés compulsifs de la tétine » chez l’ostéopathe pour relâcher les tensions de leur corps.

    La meilleure attitude vis-à-vis de la tétine est de s’adapter à votre enfant. Si votre bébé utilise très souvent la tétine, vous pouvez vous poser la question : En a-t-il vraiment autant besoin ? Par exemple, dans les moments où il s’active et découvre le monde autour de lui ? A-t-il besoin d’une sucette quand il se repose tranquillement, sentant probablement son corps se détendre ?

    Ainsi, les parents devraient veiller à ce qu’une tétine ne soit pas un objet habituel mais qu’elle soit utilisée en dernier recours lorsque l’enfant ne parvient pas à s’apaiser seul (problème dentaire, souffrance physique) permettant ainsi au bébé de s’ouvrir à d’autres stimulations.

    A vous adulte, d’anticiper car quand une habitude telle que sucer une tétine est prise, l’enfant aura beaucoup de mal à s’en défaire.

    Jusqu’à quel âge utiliser la tétine ?

      En grandissant, le nourrisson peut trouver, par lui même, des stimulations qui vont le réconforter : se caresser la joue, se caresser le nez, sentir le contact de ce qui est autour de lui… Le besoin de succion va ainsi nettement diminuer autour de l’âge de 10 mois.

      Mais votre enfant ne se débarrassera pas pour autant toujours volontiers de sa tétine. De l’utilisation de la tétine par nécessité, il est tenté par habitude de la garder. Il l’utilise comme un doudou alors que ce n’est pas son rôle. La tétine peut être tolérée jusqu’à l’âge de 2 ans.

      C’est une négociation parfois difficile avec certains enfants. Les professionnels de l’enfance et l'ostéopathe sont là pour vous conseiller et pour accompagner cette transition.

      L’effet psychologique délétère de la tétine

      Caricaturons un peu : si vous lui accrochez une tétine autour du cou et surtout si vous lui mettez vous même une tétine dans la bouche, dès que quelque chose ne va pas, vous lui évitez de chercher une solution par lui même.

      Il pourrait alors prendre l’habitude d’attendre une aide extérieure lorsqu’un problème survient, plutôt que de chercher une solution en lui même.

      L’utilisation d’une tétine pour se calmer amène aussi une attitude de repli sur soi-même.

      En effet, un bébé qui tète sa tétine va être plus passif, il a souvent le regard moins vif et semble un peu comme tourné vers lui même. Cela ralentit ses activités motrices et limite le babillage du bébé.

      Conseils pour tétine

      Les solutions pour se passer de la tétine

      Dans les moments de détente, le bébé peut prendre son pouce par lui même. Il peut aussi choisir un objet de réconfort qu’il serre bien fort ou avec lequel il se caresse. C’est différent car c’est lui qui choisi ces moyens pour se réconforter. Il apprendra à se passer de son pouce par la suite, cela n’a pas autant de répercussion qu’une tétine (nous reviendrons sur ce point plus bas).

      La plupart des petits enfants se choisissent spontanément un doudou. Il est bon que l’enfant puise le gérer par lui même, qu’il sache où le trouver pour le prendre quand il en a besoin.

      Quand l’enfant grandit, un encouragement ou une marque d’affection d’un adulte de confiance suffira souvent à le réconforter. Il retrouve ainsi une énergie nouvelle sans avoir recours à son doudou, sans régression ou repli sur soi même. Il apprend ainsi au fur et à mesure, à se passer de la tétine ou de son pouce.

      Tétine et problèmes de dentition

      En grandissant, l’enfant doit passer de la succion (prévue pour absorber des liquides) à la mastication. La tétine et le pouce utilisés excessivement vont maintenir des mouvements de succion au delà de la normale.

      Un peu comme les vagues sculptent une falaise, les mouvements de la langue modèlent la croissance de la bouche : chez les enfants qui maintiennent une habitude de succion trop tardivement, la langue ne va pas venir appuyer suffisamment sur leur palais. Le palais va manquer de stimulation et ne va pas pouvoir s’étaler autant en largeur qu’il le devrait. Les dents définitives vont ainsi manquer de place pour s’aligner.

      Cependant, cette évolution est multi-factorielle.

      Un orthodontiste (Patrick Fellus) avait ainsi étudié l’alignement dentaire chez les petits chanteurs à la Croix de Bois. Beaucoup de ces enfants, inscrits au pensionnat, suçaient leur pouce tardivement. Mais sur 62 de ces petits chanteurs, 8 seulement avaient besoin d’une correction orthodontique. Le chant chez ses enfants, grâce au travail musculaire qui l’accompagne, avait pallié les déformations.

      Quelle tétine choisir ? 

      Tétine en caoutchouc, bibs, mam, dodie, moustache, physiologique, anatomique... Il existe une multitude de tétine qui existent sur le marché !

      Est-ce qu’une tétine peut-être physiologique ?

        Malgré les promesse des fabricants, aucune tétine ne peut se prévaloir d’être physiologique !

        En effet, un objet qui maintient la bouche en ouverture et empêche le mur dentaire de se fermer ne peut pas être ergonomique. La physiologie de l’occlusion : c’est que les dents du hauts soient en contact avec celles du bas, cela est indiscutable.

        Aucune tétine ne peut se prévaloir d’être physiologique, contrairement à ce que certaines marques affirment !

        Le petit Machouyou est une solution intéressante pour aider un enfant de 2-3 ans à se passer de la tétine parce que justement, ce n'est pas une tétine ! Inventée par un dentiste, ce dispositif est mastiqué par l'enfant (pour remplacer la succion). Cette mastication ne sera pas addictive - l'enfant ne risque donc pas d'y devenir accro - et surtout le fait de mastiquer va aider les dents à se repositionner.


          Le pouce est-il une bonne solution ?

          Le pouce ne pose pas le même problème que la tétine :

          • déjà parce que l’enfant n’a pas peur de le perdre.
          • il le retire aussi spontanément de sa bouche lorsqu’il joue, qu’il court…

          L’enfant prendra ainsi naturellement moins souvent son pouce qu’une tétine.

          Rappelons aussi qu’avec le pouce l’enfant est autonome ; avec la tétine, l’enfant est dépendant d’un objet extérieur. Cela a une incidence psychique, probablement différente d’un enfant à un autre, sur la façon de se concevoir capable de se rassurer seul.

          L’idéal pour l’enfant est d’arriver à se passer de son pouce vers l’âge de 4 ans. Cela se fait souvent plus facilement que la tétine pour les raisons expliquées justes avant. Si il n’y a pas de déformation dentaire, on peut même laisser l’enfant prendre son pouce au de là de cet âge.


          Pour résumer

          Le recours à la tétine est un choix qui doit être adapté en fonction chaque enfant et des événements de la vie (déménagement, arrivé d’un bébé…). Il n’existe pas de réponse toute faite ou arrêtée au sujet de la tétine. Les professionnels, comme les ostéopathes, sont là pour vous accompagner dans ce choix.

          Si cet article vous a intéressé, vous pouvez en apprendre plus à propos de Solène Chavane en visitant son site internet https://osteoparischavane.fr/

          Votre expérience est précieuse ! Partagez-là avec 76994 patients et 778 ostéopathes.
          Racontez nous votre parcours thérapeutique, vos symptômes,
          et votre éventuelle expérience avec l’ostéopathie !
          Le site reflexosteo.com propose gratuitement un service de diffusion de témoignages personnels dans le domaine de l’ostéopathie et la santé. Le contenu des témoignages est sous votre responsabilité. Cet espace n’est pas un moyen d’obtenir un diagnostic médical ni d’obtenir un RDV avec un ostéopathe. Cliquez ici pour obtenir un RDV avec un ostéopathe proche de chez vous.

          Temoignages

          Votre expérience est précieuse ! Partagez-là avec notre communauté de plus de 76994 patients.

          Racontez nous votre parcours thérapeutique, vos symptômes, et votre éventuelle expérience avec l’ostéopathie !


          Actu - REFLEX OSTEO - le 1er réseau national de permanence en ostéopathie
          Votre navigateur est obsolète!

          Mettez à jour votre navigateur pour afficher correctement ce site Web. Mettre à jour maintenant

          ×