Important - COVID-19 Les consultations d’ostéopathie en cabinet ou à domicile ne sont actuellement pas assurées. Pour pallier cela, nous avons mis en place des télé-consultations quotidiennes ; des ostéopathes vous donneront conseils pratiques et étirements afin de vous soulager.

Afin de vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts, nous utilisons des cookies.En continuant de naviguer sur le site, vous déclarez accepter leur utilisation. En savoir plus

Syndrome de Kiss : comprendre et traiter avec l'ostéopathie

syndrome de Kiss et traitement ostéopathe
Bébé a une gène au cou ? Prend une position bizarre ? Le syndrome de Kiss est une gène cervicale qui n'est pas à prendre à la légère.

N'hésitez pas à consulter un ostéopathe pour bébé compétent dans sa prise en charge ; vous pouvez nous contacter pour être mis en relation avec un ostéopathe pédiatrique proche de chez vous. En attendant, retrouvez notre article écrit par Stéphanie BIONDO, ostéopathe pédiatrique à Marseille.

Consulter un ostéopathe pour bébé

Le syndrome de KISS c'est quoi ?

Il s'agit d'une gêne positionnelle et fonctionnelle de la colonne cervicale chez le nouveau-né. C'est un chiropracteur allemand, le Docteur Biedermann, qui a donné le nom à ce trouble observé : syndrome de KISS (Kopfgelenk Induzierte Symmetrie Störung) ce qui signifie : troubles de symétrie induits par des vertèbres cervicales.

Ce syndrome n'est pas reconnu scientifiquement et est compliqué à diagnostiquer  car souvent confondu à tort avec d'autres pathologies comme le torticolis congénital, le bassin asymétrique congénital ou encore la plagiocéphalie. Le syndrome de KISS touche 1 enfant sur 4.

Ce syndrome de KISS est un blocage de la jonction entre le crâne et les cervicales.

Il s'agit plus précisément d'un dysfonctionnement rotatoire des deux premières cervicales sous le crâne  entraînant des tensions en permanence dans le corps qui peuvent se traduire par une hyperextension de bébé et divers autres symptômes.

Quels sont les signes qui alertent vers un syndrome de KISS ?

Voici une liste de symptômes présents lors du syndrome de KISS :

  • Trouble de la posture : tête bloquée d'un côté, en extension, rotation et inclinaison contro-latérale, la colonne cervicale est en « virgule » ou en « C »
  • Hyperextension de l'ensemble du rachis
  • Asymétrie du bassin
  • Succion difficile, avale beaucoup d'air à la tétée
  • Suspicion de reflux, régurgitations, vomissements ; rots et gaz importants
  • Coliques
  • Retard et/ou difficultés de l'apprentissage du 4 pattes, de la marche, du langage
  • Pleurs
  • Douleurs chez la maman lors de la tétée

Cette liste de symptômes est ni systématique ni exhaustive, chaque enfant ayant une réaction et un mécanisme d’adaptation lui étant propres.

Pleurs du bébé, syndrome de Kiss et ostéopathie

Pourquoi ces symptômes sont-ils présents ?

Cette zone (base crânienne et premières cervicales) constitue une zone sensorielle ayant des liens étroits avec l’enclenchement du sommeil, l’appareil locomoteur et l’équilibre, les centres végétatifs du cerveau et les centres de commandes principales du cerveau. 

Voilà pourquoi une hypersensibilité de cette zone entraîne de tels symptômes.

L'origine du syndrome de KISS

L'origine de cette lésion fonctionnelle peut être multiple :

  • Mauvaise position du bébé dans l'utérus
  • Accident pendant la grossesse
  • Déroulement stressant de la grossesse
  • Difficultés lors de l'accouchement : utilisation d'instruments, cordon autour du cou, déclenchement, naissance rapide, naissance longue, césarienne …  

De par une ou plusieurs de ces causes, il en résulte que la mobilité de la jonction cranio-cervicale est altérée.

Ni la maman ni le papa ne sont responsables du syndrome de KISS de leur enfant. Les parents sont d'ailleurs plus victimes que responsables de cette situation qui leur échappe.

Ne confondez pas le syndrome de KISS avec :

- Le syndrome de Klippel-Feil  qui est une malformation congénitale des vertèbres cervicales qui ont fusionné entre elles. Cela est visible radiologiquement. La prévalence est estimée à 1 sur 50 000. Les symptômes présents sont : implantation postérieure basse des cheveux, un cou court  et une amplitude limitée des mouvements du cou.

- Le torticolis congénital est défini par une attitude de la tête qui dès la naissance s’incline latéralement dans une direction  alors que le menton est tourné du côté opposé.

- Le syndrome de Sandifer est une pathologie décrite par le britannique Paul Sandifer en 1964  se caractérisant par l'association d'une hernie hiatale et/ou de reflux gastro-oesophagien et d'une posture anormale de la tête chez un enfant. Il y a des contractions musculaires involontaires responsables d’attitudes anormales.

- La brachycéphalie est une déformation de la tête du nourrisson, la tête est en hyper-extension, bébé refuse d’être allongé sur le ventre, il a des difficultés à soutenir sa tête.

Détecter le syndrome de Kiss

Conséquence et évolution du syndrome de KISS

A partir de 2 ans, si le syndrome de KISS n'a pas été traité, on parlera alors de trouble KIDD. Cela désigne une dysgnosie et/ou une dyspraxie c'est à dire des troubles de la perception et/ou maladresse, induits par les articulations de la jonction crânio-cervicale.

Les symptômes du trouble KIDD sont les suivants :

- mauvaise posture de 2 à 10 ans

- maux de tête

- troubles du développement de la motricité fine et/ou globale (coloriage, écriture, cloche-pied, maladresse...)

- trouble de la concentration, agitation motrice et hyperactivité

- retard du développement du langage, troubles de l’oralité

Le syndrome de KIDD peut également avoir des conséquences à l'âge adulte et générer des maux de dos chroniques, des douleurs cervicales, des troubles de l'équilibre pouvant aller jusqu'à des vertiges.

L’enfant non diagnostiqué et non pris en charge, va alors poursuivre son développement autour de cette dysfonction de l’articulation cranio-cervicale. Le mieux est donc d'agir le plus tôt possible afin d'éviter l'accumulation des adaptations secondaires.

Quels traitements pour le syndrome de KISS ?

Une prise en charge médicale par le pédiatre est importante pour exclure toute pathologie organique de l’enfant. Souvent une radiographie est prescrite. Cet examen ne permet pas de diagnostiquer un syndrome de KISS mais a une visée de diagnostic différentiel pour éliminer les pathologies citées ci-dessus.

Après la visite médicale, une approche multidisciplinaire est fortement conseillée ! Il faut faire relâcher les articulations, détendre et étirer les chaînes musculaires. Idéalement avec un ostéopathe ou un chiropracteur ainsi qu’un kinésithérapeute spécialisé.

Il est également conseillé de faire examiner votre bébé par une conseillère en allaitement ou un dentiste pédiatrique afin de dépister un éventuel trouble au niveau des freins de la langue. Pour certains bébés ou enfants, il sera aussi intéressant de travailler l’intégration de leurs réflexes archaïques et d’avoir une rééducation logopédique/orthophonique.

La prise en charge du syndrome de KISS est multidisciplinaire et nécessite la consultation de plusieurs spécialistes. Même avec une belle prise en charge par des personnes compétentes, la patience sera la clé de la réussite. 

Lorsque vous sentez que quelque chose gêne bébé, nous vous encourageons à lister tous les indicateurs qui vous posent question et à en parler à votre médecin ou votre ostéopathe.

Syndrome de Kiss et traitement naturel

L'ostéopathe pour soulager bébé et traiter le syndrome de Kiss

L'ostéopathie est une thérapie manuelle efficace pour traiter le syndrome de KISS. Nous rappelons qu'un certificat de non contre-indication aux techniques ostéopathiques, établi par votre médecin, est obligatoire pour la prise en charge des nourrissons de moins de 6 mois.

Le traitement ostéopathique consiste à réaliser des techniques douces, non agressives pour bébé, qui permet de redonner de la mobilité à une articulation dans le respect de la physiologie. L'ostéopathe ne ferra pas craquer bébé. Dans le cas du syndrome de KISS, il s'agit de ré-harmoniser la jonction cranio-cervicale, les parties molles qui s'y attachent et bien évidemment vérifier qu'il n'y ait pas de tension sur l'axe cranio-sacré et le bassin. Un bilan global doit donc être réalisé. C’est cette globalité que l'ostéopathie s’emploie à traiter chez l’enfant comme chez l'adulte.

Beaucoup d’enfants présentent des symptômes atténués de ce syndrome de KISS et le traitement sera adapté à chacun d’entre eux .

Pendant la séance ostéopathique, bébé peut être amené à pleurer, non pour la douleur, mais simplement car c'est un moyen de s'exprimer. Le relâchement des tensions tissulaires peut également entraîner des pleurs pendant ou après la séance. Pas d'inquiétude !

Sur Paris et partout en France, de nombreux ostéopathes sont spécialisés en ostéopathie pédiatrique et travaillent avec des pédiatres et autres médecins pour traiter le Syndrome de Kiss.

Consulter un ostéopathe pour bébé

Les résultats à attendre de la séance d'ostéopathie

La consultation ostéopathique va permettre la libération du blocage de la base du crâne à l'origine du syndrome de KISS. 

Les jours suivants, bébé va s'adapter à cette nouvelle mobilité. 

Le traitement est fini si l'ostéopathe constate que la mobilité est maintenue trois semaines après, lors de la consultation de contrôle. 

A noter que plus le traitement a lieu tôt, et plus l’efficacité est importante. Il peut donc nécessiter plusieurs séances si l’enfant est vu plus tardivement.

Syndrome de Kiss et ostéopathie



Article écrit par Stéphanie BIONDO, ostéopathe pédiatrique à Marseille

Ostéopathe pédiatrique à MArseille
Votre navigateur est obsolète!

Mettez à jour votre navigateur pour afficher correctement ce site Web. Mettre à jour maintenant

×