REFLEX OSTEO lance son site e-commerce La Maison des Ostéos !

Afin de vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts, nous utilisons des cookies.En continuant de naviguer sur le site, vous déclarez accepter leur utilisation. En savoir plus

Prendre votre RDV
Visiter notre boutique

Tout savoir sur les douleurs au mollet

douleur mollet

Consultez un ostéopathe agréé près de chez vous.

Hero perso - REFLEX OSTEO - le 1er réseau national de permanence en ostéopathie

Si les douleurs au mollet ne sont pas les plus fréquentes, elles peuvent devenir très gênantes, voire être le signe d’une pathologie grave nécessitant une prise en charge urgente ! Quelles sont les différentes causes de douleurs au mollet ? Et quelle doit être la réponse adéquate ?

La douleur au mollet : 3 causes principales

Le mollet est une zone anatomique assez simple : situé entre l’articulation du genou et de la cheville, il est principalement composé du muscle triceps sural qui se prolonge par le tendon d’Achille. Il contient également un réseau veineux riche et plusieurs branches du nerf sciatique qui descendent pour innerver la jambe et le pied.

La douleur au mollet peut être associée à plusieurs autres signes :

  • une diminution des amplitudes de mouvement de la cheville (et parfois du genou) : cela est dû, en général, à des spasmes musculaires.
  • un gonflement ou œdème : il est retrouvé dans les pathologies liées à la circulation du sang et de la lymphe.
  • un engourdissement, des picotements le long du bas de la jambe : cela signe le plus souvent un problème neurologique.
  • une baisse ou perte de force musculaire : elle peut être intrinsèque au muscle ou liée à un déficit neurologique.

Comme vous l’avez peut-être déjà identifié, il existe trois causes principales de douleurs au mollet :

  1. Les douleurs d’origine veineuse/vasculaire.
  2. Les douleurs d’origine musculaire.
  3. Les douleurs d’origine nerveuse/neurologique.

Les causes vasculaires de douleur au mollet

La thrombose veineuse (phlébite) : une urgence !

Son nom doit vous dire quelque chose, et ce n’est pas sans raison : la phlébite est une urgence médicale qui doit être prise en charge le plus vite possible pour éviter l’embolie pulmonaire. Il s’agit de la seule véritable urgence parmi les douleurs du mollet.

La thrombose veineuse du mollet, ou phlébite, survient quand un caillot de sang obstrue une veine du mollet. Ce caillot, si la phlébite n’est pas prise en charge, risque de migrer en remontant par le réseau veineux : s’il parvient jusqu’au poumon, il cause une embolie pulmonaire, c’est-à-dire un infarctus du poumon. On comprend pourquoi elle est si crainte : elle est véritablement dangereuse !

Les signes d’une phlébite, qui doivent vous alerter, sont :

  • une douleur au mollet persistante, qui rend la marche quasi impossible. Elle peut être accompagnée d’un engourdissement, ou se diffuser dans le reste de la jambe.
  • un œdème (gonflement) et un durcissement du mollet, qui peut remonter vers la cuisse.
  • une peau bleuâtre, plus chaude.
  • dans le cas d’une thrombose d’une veine superficielle, celle-ci peut être visible : on observe alors un cordon veineux tuméfié, dur et douloureux au toucher.

Si vous reconnaissez ces signes, consultez immédiatement un médecin ou les urgences.

douleurs veineuses mollet

Varices et insuffisance veineuse des membres inférieures

Bien moins graves que les phlébites, les varices peuvent aussi être la cause de douleurs du mollet. Elles résultent d’une dilatation anormale des veines, sous l’effet de la pression sanguine. Le plus souvent, elles sont associées à une insuffisance veineuse des membres inférieurs.

Comme son nom l’indique, dans cette pathologie, la circulation sanguine ne se fait pas normalement. Il y a donc une stagnation veineuse et un manque d’irrigation sanguine des muscles. Cela peut causer des douleurs type jambes lourdes, des crampes, des sensations de brûlure ou encore des œdèmes. Ces signes sont augmentés par l’inactivité et la chaleur.

Les varices sont le plus souvent traitées avec des bas de contention ou, dans des cas très avancés, par chirurgie. Un traitement ostéopathique peut débloquer certaines structures et favoriser un meilleur retour veineux.

Les causes musculaires : le triceps sural

Le muscle du mollet, le triceps sural, est le plus souvent causal dans les douleurs du mollet. Il est constitué de trois faisceaux musculaires (les 2 jumeaux et le soléaire en profondeur), ce qui lui donne son nom de triceps. Il peut être douloureux dans plusieurs cas.

Les crampes

Elles surviennent souvent la nuit ou bien lors d’efforts trop intenses. Le mollet est la zone du corps où surviennent le plus fréquemment les crampes nocturnes. Elles peuvent toucher tout le monde, y compris les sportifs.

En général, elles sont causées soit par un effort trop important, soit par une déshydratation, une carence en magnésium ou potassium, ou encore par le stress. Un étirement peut les soulager, de même qu’un massage : mais pour éviter qu’elles reviennent, il vous faudra trouver leur cause et agir dessus ! Des compléments alimentaires peuvent être nécessaires pour rétablir le niveau de magnésium et de potassium. Si les crampes sont à répétition, une séance d'ostéopathie peut être envisagée.

Les courbatures et contractures

Les courbatures et les contractures, qui sont à ne pas confondre avec les crampes, sont aussi une source de douleur du mollet. Elles surviennent à la suite d’un effort physique (et pas pendant, à la différence des crampes) et sont, en somme, le résultat de la fatigue musculaire. Elles touchent plutôt les coureurs et sont consécutives à un manque d’échauffement ou d’hydratation.

Les courbatures, douleurs causées par l’accumulation d’acide lactique, passent d’elles-même en quelques jours. Les contractures, dans lesquelles on retrouve une tension accrue du muscle, peuvent être plus compliquées à éradiquer : une séance d’ostéopathie vous soulagera rapidement et efficacement. L’application de chaleur peut aussi aider à relâcher le muscle.

L’élongation et la déchirure

Les stades les plus graves des douleurs musculaires sont l’élongation, puis le claquage, puis la déchirure. Ici, les fibres du muscle sont tellement sollicitées au-delà de leur capacité qu’elles se déchirent. Ces pathologies apparaissent pendant l’activité et sont souvent si intenses qu’il est impossible de la poursuivre.

Dans l’élongation, le muscle est étiré au-delà de ses capacités : il lui faut une durée de trois semaines sans sport pour s’en remettre. Dans le claquage, quelques fibres sont rompues. Dans la déchirure, c’est tout une portion du muscle qui est sectionnée. L’arrêt est donc plus long : il faut compter au minimum 45 jours. L’ostéopathe, s’il ne peut pas véritablement réparer le muscle, vous accompagne pour la meilleure rééducation possible.

douleur musculaire mollet

Douleur au mollet et à la cheville : les atteintes du tendon d’Achille

Le tendon d’Achille relie le triceps sural à la cheville. Il peut lui aussi être le siège de pathologies :

  • La tendinite du tendon d’Achille : il s’agit d’une inflammation qui survient lors d’une activité trop prononcée de façon répétée.
  • La rupture du tendon d’Achille : elle constitue une déchirure musculaire, située au niveau de ce tendon.

Une fois de plus, le meilleur traitement est le repos.

Dans la plupart des douleurs d’origine musculaire, on retrouve aussi parmi les causes des blocages articulaires et des tensions myofasciales qui déséquilibrent la mobilité du corps. Ces restrictions doivent être prises en charge par votre ostéopathe.

Les causes neurologiques de douleur au mollet

Sciatique et lombalgies

Vous devez la connaître : la sciatalgie est l’une des douleurs nerveuses qui touche le plus de monde. Elle est souvent associée à une lombalgie, ces douleurs qui prennent le bas du dos, et peut survenir dans un épisode aigu comme de façon plus chronique.

La sciatalgie, qu’on appelle “sciatique” par abus de langage, est causée par une compression du nerf sciatique. Il en résulte des douleurs, engourdissements, fourmillements voire pertes de sensibilité sur le trajet de ce nerf, qui innerve la fesse, l’arrière de la cuisse, le mollet et la partie externe du pied. Dans des cas plus graves, une perte de force peut être ressentie.

L’efficacité de l’ostéopathie n’est plus à démontrer sur la sciatique et les lumbagos ! On vous recommande fortement de faire un tour chez votre ostéopathe si vous pensez souffrir d’une sciatique: il saura vous soulager en quelques séances.

Diabète et neuropathies

Dans certains cas avancés de diabète, les nerfs périphériques sont abîmés. Ces nerfs endommagés ne conduisent plus correctement les messages et peuvent donc envoyer au cerveau des signaux douloureux, des sensations de brûlure ou de picotement. On appelle cela les “neuropathies diabétiques périphériques”. Elles touchent souvent le mollet et plus globalement les membres inférieurs. Elles nécessitent un suivi médical et un suivi des pieds en pédicurie.

osteopathie douleur mollet

L’ostéopathie contre les douleurs du mollet

Comme nous l’avons vu précédemment, l’ostéopathie est une médecine qui est très utile pour soulager la plupart des douleurs du mollet. Après un interrogatoire sur votre douleur et un examen clinique rigoureux, votre ostéopathe utilisera des mobilisations pour rééquilibrer les tensions musculaires, rétablir la mobilité articulaire et soulager les tissus en souffrance. Différentes techniques peuvent être utilisées, et celles choisies le seront toujours en fonction de la pertinence du traitement.

En plus de sa prise en charge, votre ostéopathe vous apporte une plus-value pour comprendre la cause de votre douleur et vous donner les conseils les plus appropriés. Alors, n’hésitez plus : consultez !

Racontez nous votre parcours thérapeutique, vos symptômes,
et votre éventuelle expérience avec l’ostéopathie !

Temoignages

Votre expérience est précieuse ! Partagez-là avec notre communauté de plus de 144462 patients.

Racontez nous votre parcours thérapeutique, vos symptômes, et votre éventuelle expérience avec l’ostéopathie !


Actu - REFLEX OSTEO - le 1er réseau national de permanence en ostéopathie
Votre navigateur est obsolète!

Mettez à jour votre navigateur pour afficher correctement ce site Web. Mettre à jour maintenant

×