Afin de vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts, nous utilisons des cookies.En continuant de naviguer sur le site, vous déclarez accepter leur utilisation. En savoir plus

Quelle est la prise en charge, en ostéopathie, de la descente d’organes ?

Descente d’organes ou prolapsus

Consultez un ostéopathe agréé près de chez vous.

Hero perso - REFLEX OSTEO - le 1er réseau national de permanence en ostéopathie

La descente d'organes, appelée prolapsus, suscite souvent des inquiétudes, notamment chez les femmes enceintes et les jeunes mamans. Cependant, cette condition peut toucher chacun, qu'ils aient eu des enfants ou non, hommes compris. 

Le développement du télétravail, les métiers sédentaires et les longues heures devant nos émissions préférées favorisent une posture affaissée, un corps recroquevillé et une augmentation de la pression abdominale.

Heureusement, des solutions existent !

Comprendre la Descente d'Organes :

Le prolapsus consiste en un glissement d'un organe vers le bas. Il concerne souvent des organes tels que l'utérus, la vessie ou le rectum, mais peut également affecter les reins ou la rate. Ces organes sont normalement maintenus dans la cavité abdominale par un réseau de ligaments. Le prolapsus peut engendrer une sensation de tension, de pression, de lourdeur abdominale ou de pesanteur pelvienne, parfois douloureuse. Dans les cas les plus graves, il peut y avoir une sortie partielle ou totale des organes par les voies naturelles, comme l'utérus durant une toux vigoureuse.

Pourquoi les Organes Descendent-ils ?

Plusieurs facteurs de risque peuvent contribuer à la descente d'organes :

- La grossesse. Pendant la grossesse le foetus pousse les organes sur les côtés pour se faire de la place. Les ligaments viscéraux sont donc étirés pendant toute la grossesse, d’autant plus qu’il y a des hormones de laxité pendant cette période. Après l’accouchement, les viscères sont donc momentanément plus lourd au bout de ligaments distendus. Si la masse foetale à été très importante ( gros bébé , beaucoup de liquides, grossesse gémellaire ), alors c’est un facteur de risque pour un prolapsus par la suite.

- L’accouchement . Au moment de la délivrance, les efforts de poussée répétés, surtout si la position n’est pas adéquate, peuvent tirer les sur les ligaments en même temps que le bébé pointe le bout de son nez. D’autant plus si le travail est très rapide et que le corps n’a pas eu le temps de se préparer correctement ( « bébé boulet de canon » ) , ou bien au contraire si le travail est extrêmement long et que la maman n’est plus du tout dans une position d’étirement physiologique à cause de la fatigue.
L’âge. Avec le temps les tissus ont tendance à se relâcher. Si la posture n’est plus la bonne, les organes finissent par peser sur le périnée, qui finit par se céder sous le poids et bomber vers le bas, accompagnant les organes dans leur descente.

- L’obésité. L’excès de poids se concentre généralement en priorité sur la partie abdominale. La graisse se positionne tout autour des organes, les alourdissants. Cette masse supplémentaire met une force trop importante sur les ligaments, qui se distendent. On retrouve le même mécanisme qui fait que les organes mettent leurs poids sur le périnée (qui n’est pas du tout prévu pour).

- Les sports à impacts ou à poussées excessives. La gymnastique, la musculation, l’athlétisme, l’équitation etc. Si ces sports sont pratiqués à outrance et sans une posture en étirement stricte, sans maintenir la rétroversion du bassin et l’engagement du périnée, sont un gros risque de descente d’organes

- Une étude à mis à jour que plus de la moitié des sportives professionnelles souffraient d’incontinence urinaire. Les études manquent pour le sport masculin.

- Facteur génétique. Certaines personnes ont une prédisposition aux relâchements des tissus. Et donc à l’affaissement du périnée et des tissus de soutiens des organes.

Conséquences d'une Descente d'Organe : 

Comme nous l’avons déjà vu au début, le prolapsus peut engendrer des gênes physiques : pesanteur, lourdeur , tensions, sensation de boule coincée dans le vagin ou dans le rectum.

Mais on peut aussi retrouver d’autres inconforts.

Les troubles urinaires vont être assez fréquents : il peut devenir difficile de contrôler sa vessie occasionnant des fuites urinaire ( incontinence urinaire ), ou bien de la vider complètement ce qui peut conduire à des injonctions urinaires. Le frottement de la vessie vers le bas peut altérer ses fonctions neurologiques ce qui peut avoir pour conséquences une augmentation du nombre de mixions.

Les troubles digestifs peuvent aussi signer un prolapsus. Par exemple avec des difficultés à retenir ses selles ou ses gaz (incontinences fécales ou gazeuse).

Le fait que l’intestin ou le côlon ne soient plus soutenus correctement change les angles de ces tubes. Il peut dont y avoir un ralentissement ou des difficultés à la digestion.

Surtout qu’il faut savoir que les ligaments viscéraux ne sont pas les mêmes que les ligaments articulaires. Ils n’ont pas que un rôle de soutien et de contention. Ils contiennent la vascularisation et l’innervation des organes. Leur étirement peut donc réduire la fonction de l’organe. On peut donc souffrir de constipation.

Mais le changement d’axe peut aussi rendre plus difficile de vider son rectum, surtout si la vessie est passé au dessus.

Un prolapsus, quel qu’il soit, peut altérer la vie sexuelle en créant des douleurs pendant les rapports (dyspareunies), mais aussi une baisse des sensations, ou une diminution de la libido à cause des inconforts rencontrés.

A force de frottements il peut y avoir des saignements vaginaux ou rectaux dans les cas de prolapsus sévères.

Une descente d’utérus peut obstruer partiellement ou entièrement les trompes de Fallope, ce qui peut occasionner des problèmes de fertilités.

Tout ou partie de ces conséquences peuvent tout simplement altérer la qualité de vie et déprimer la personne concernée. Les impacts sur la vie quotidienne, le travail, le sport, la vie sexuelle, ne sont pas à prendre à la légère. Un suivi psychologique peut être une grande aide pour passer ce cap.

Solutions pour la Descente d'Organes :

Les approches de traitement varient selon la gravité de la situation :

- Kinésithérapie périnéale pour renforcer le périnée et les abdominaux.

- Pessaire, un dispositif inséré dans le vagin ou le rectum pour limiter la saillie des organes.

- Amélioration de la condition physique pour gérer le poids et réduire la masse graisseuse.

- Hormonothérapie pour contrer le relâchement des tissus chez les femmes ménopausées.

- Chirurgie, comprenant plusieurs options pour réparer les parois vaginales ou soutenir les voies urinaires.

Approche Holistique : Ostéopathie, Posture et Abdominaux Hypopressifs :

L'ostéopathie joue un rôle préventif et curatif dans la descente d'organes. En observant la posture, les antécédents et le maintien, l'ostéopathe peut détecter les signaux faibles, libérer les tensions favorisant les hyperpressions abdominales et travailler sur les ligaments viscéraux.

Les exercices d'abdominaux hypopressifs, intégrés dans la technique Pilates, sont essentiels. La posture doit être en auto-étirement, combinée à une respiration contrôlée. Ces exercices aident à renforcer le périnée et à soutenir les organes, supervisés par votre ostéopathe pour corriger les tensions éventuelles.

Conclusion : 

La descente d'organes n'est pas une fatalité. En s'attaquant à ses origines et en adoptant une approche holistique associant l'ostéopathie, la posture et les exercices spécifiques, il est possible de réduire significativement son impact et de retrouver une qualité de vie optimale. Un suivi attentif et des ajustements adaptés peuvent vous aider à traverser cette période de manière sereine.

Racontez nous votre parcours thérapeutique, vos symptômes,
et votre éventuelle expérience avec l’ostéopathie !

Temoignages

Votre expérience est précieuse ! Partagez-là avec notre communauté de plus de 186445 patients.

Racontez nous votre parcours thérapeutique, vos symptômes, et votre éventuelle expérience avec l’ostéopathie !


Actu - REFLEX OSTEO - le 1er réseau national de permanence en ostéopathie

Retrouvez tous nos articles sur le thème "FEMME ENCEINTE"

Votre navigateur est obsolète!

Mettez à jour votre navigateur pour afficher correctement ce site Web. Mettre à jour maintenant

×