REFLEX OSTEO lance son site e-commerce La Maison des Ostéos !

Afin de vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts, nous utilisons des cookies.En continuant de naviguer sur le site, vous déclarez accepter leur utilisation. En savoir plus

Prendre votre RDV
Visiter notre boutique

Prévenir l'épisiotomie : Epi-No, bonne ou mauvaise idée ?

proteger perinee accouchement

Consultez un ostéopathe agréé près de chez vous.

Hero perso - REFLEX OSTEO - le 1er réseau national de permanence en ostéopathie

Depuis quelques années, l’accouchement physiologique fait son retour en grâce, améliorant de manière significative les suites de couches, ainsi que le bien être des mamans et des nouveaux-nés. Les récentes prises de parole pour la dénonciation des violences obstétricales, ont elles, permis de révéler au grand public le taux ahurissant d’épisiotomie ne servant à rien. Surfant sur cette vague, d’ingénieux vendeurs d’objets en tout genre ont décidés d’expliquer aux femmes enceintes que leur corps avait besoin d’un artifice pour se préparer à un accouchement physiologique. Mais la méthode Epi-No est-elle vraiment efficace ?

C’est quoi une épisiotomie ?

Une épisiotomie est une incision pratiquée par la sage-femme ou par l’obstétricien.ne durant un accouchement par voie basse, lorsqu’il y a un risque pour le périnée. En effet il arrive que le bébé descende trop vite, ne laissant pas au périnée le temps de se préparer correctement. Ou alors il se peut que la poussée ne soit pas exactement dans le bon axe, mettant une grosse pression sur un endroit du périnée qui risque de se déchirer.


Si une déchirure partielle du périnée n’est pas très grave, en effet on sait maintenant qu’il vaut mieux une déchirure naturelle plutôt qu’une incision chirurgicale. Lorsque le périnée risque de se déchirer entièrement vers l’arrière, il est indispensable de pratiquer une épisiotomie, car le risque est alors d’avoir une communication entre le vagin et l’anus, ce qui entraine des douleurs, des complications, et une récupération longue.

On comprend donc que l’épisiotomie doit être pratiquée dans certains cas. Car elle permet de contrôler et de prévenir des suites de couches pénibles.

Comment prévenir d’une épisiotomie ?

Comme pour tout ce qui touche à une naissance : on ne peut rien prévoir! C’est tout ce qui fait le charme d’un accouchement, il est unique à chaque fois. Même si il existe des techniques d’accouchement physiologique qui permettent de limiter les risque d’une pression sur le périnée, rien ne peut garantir qu’il ne faille pas avoir recours à l’épisiotomie à un moment du travail.

La manière la plus simple de limiter le risque d’abimer le périnée c’est de comprendre ce qu’il se passe pendant un accouchement. Suivre les règles de la nature et donc accoucher de la manière la plus physiologique réduira ce risque.

accouchement episiotomie

C’est quoi un accouchement physiologique ?

Un accouchement physiologique c’est un accouchement qui suit les étapes normales et naturelles de la poussée et de l’expulsion du bébé. Pour cela il faut respecter les bons axes entre l’utérus et le bassin. Et il faut savoir ouvrir le périnée en suivant ces axes.

Dans la plupart des cultures, comme la nôtre avant que la position gynécologique anéantisse les accouchements naturels, les femmes sont en position accroupie pour accoucher.

Cette position aligne l’utérus avec le détroit inférieur du bassin (la partie basse des os iliaques , les ischions, sur les côtés, le pubis à l’avant, et le coccyx à l’arrière).

Dans cette position, la même que pour aller à la selle dans des toilettes à la turque, les ischions peuvent s’écarter un maximum et le coccyx à toute la place pour se reculer. Le détroit par lequel doit passer bébé est donc élargit naturellement. Si le détroit est suffisamment large, le périnée s’adapte, et la maman peut pousser sans risquer de déchirer (ou a minima) son périnée.

Trouver la bonne position d'accouchement

Il est possible d’adopter cette position accroupie sur nos tables de travail européennes. Pour cela il suffit de se tourner vers le dos de la table et de s’y agripper. On peut aussi accoucher à quatre pattes, toujours en faisant face au dos de la table. On peut aussi accoucher allongée sur le côté en remontant bien la cuisse du haut. Ainsi on peut faire toute la place nécessaire a bébé, tout en étant sur une table.

Si la position sur le dos est la plus confortable à l’instant T, en remontant les deux cuisses à fond, le bassin se décolle de la table, il est ainsi possible de faire assez de place pour lé bébé. Il faut juste penser à serrer les genoux tout en écartant les pieds.

Une fois dans la bonne position, la poussée doit se diriger vers l’arrière, comme si l’on poussait pour aller à la selle, sans bloquer la respiration pour ne pas faire de surpression.

Penser à mobiliser son corps

Il est possible d’améliorer l’ouverture du périnée en faisant une traction sur les bras. Par exemple en attrapant le haut de la table, ou bien des lianes, ou encore le ou la conjointe. En tractant quelque chose ou quelqu’un on remonte le diaphragme d’une manière automatique. Comme le périnée travaille en synergie avec le diaphragme, si le diaphragme est engagé vers le haut, alors le périnée aussi : il remonte en s’ouvrant.

En poussant ainsi, le périnée remonte pendant que bébé suit son chemin. On expulse le contenu sans expulser le contenant. Le périnée est préservé. Si vous souhaitez en savoir plus sur l'accouchement physiologique, nous avons un article dédié à ce sujet.

accouchement physiologique

Pourquoi la méthode Epi-No n’est pas une bonne solution ?

La méthode Epi-no consiste à insérer un ballonnet dans le vagin pendant la grossesse, et à le gonfler de plus en plus fort au fur et à mesure. Ainsi le périnée est censé s’habituer à cet étirement et donc ne pas se déchirer le jour J.


Sauf que….

Sauf que le périnée est le seul frein contre la gravité pour éviter les accouchements précoces. Il est là pour s’assurer que le col reste bien fermé , et bébé bien au chaud dans le ventre de sa mère. Expliquer à une femme enceinte qu’il est une bonne idée de se dilater elle-même son périnée avant même l’accouchement, est une idée aussi absurde que dangereuse.

La future mère doit au contraire s’assurer que son périnée est suffisamment tonique pour ne pas s’ouvrir pendant la grossesse.

Le périnée est un ensemble de muscles, dont ceux qui permettent à l’urètre et au rectum de rester fermés, sauf quand on souhaite faire ses besoins. Les étirer de force risque d’endommager les commandes nerveuses de ces organes, et donc risque de créer des incontinences à long terme.

Enfin, un muscle étiré de force se contracte. Ça s’appelle un réflexe myotatique. Aussi, utiliser épi-No pendant une grossesse risque de créer des contractions précoces, a priori surtout quand la mère se relève après sa séance de torture…..

Epi-no vs. les études scientifiques

En 2016, le Collège Royal des Obstétriciens et Gynécologues britannique à publié une étude randomisé pour évaluer les effets de la méthode Epi-No sur les traumatismes du périnée en prénatal. Résultat : La probabilité que l’utilisation d’Epi-No soit bénéfique sur les lésions du périnée pendant l’accouchement sont très faibles.

En 2018, une étude sur la littérature française et anglaises sur PubMed à propos d’Epi-No conclue que le dispositif Epi-No n’apporte pas de bénéfice en matière de protection du périnée.

En 2018 toujours, le Collège National des Gynécologues et Obstétriciens Français ne recommande pas l’utilisation de la méthode Epi-No au cours de la grossesse pour prévenir des lésions du périnée pendant l’accouchement.

accouchement comprendre son corps

Comprendre son corps, le meilleur moyen de le préserver.

Les concepteurs de la méthode Epi-No prospèrent sur la peur des femmes d’être abimées, déchirées. Mais le meilleur moyen de lutter contre la peur, c’est l’information. 
C’est aussi la maitrise de son corps.

Aussi pour toutes les futures mamans qui ont des questions, le mieux est toujours d’en parler à ses soignants. Ils sont là pour répondre à vos questions.

Comprendre comment fonctionne un périnée est indispensable pour le maitriser.

Pratiquer le pilates est une très bonne solution pour comprendre comment utiliser son périnée correctement. Apprendre à le sentir, à le contracter, mais aussi à le détendre.

La pratique du yoga prénatal est aussi une très bonne idée pour apprendre à se positionner correctement. Cela permet aussi de conserver une bonne tonicité musculaire, et apprendre à se relâcher quand il le faut. Pensez à effectuer votre préparation à l'accouchement, avec votre sage-femme et avec votre ostéopathe.

En post-partum, et qu’il y ait eu une épisiotomie ou pas, consulter votre ostéopathe spécialisé en périnatal pour vérifier l’intégrité des structures. Votre sage-femme ou votre kinésithérapeute pourra aussi faire une rééducation du périnée et des abdominaux pour récupérer totalement.

En résumé : comprenez votre corps, il n’a pas besoin d’artifice pour l’aider. La nature l’a créé très performant. Souvent les réflexes instinctifs indiquent la bonne conduite des choses.

Apprenez à écouter votre instinct, pas les publicitaires. En cas de doute, parlez-en-nous !

Bonne grossesse et bon accouchement !

Racontez nous votre parcours thérapeutique, vos symptômes,
et votre éventuelle expérience avec l’ostéopathie !

Temoignages

Votre expérience est précieuse ! Partagez-là avec notre communauté de plus de 139518 patients.

Racontez nous votre parcours thérapeutique, vos symptômes, et votre éventuelle expérience avec l’ostéopathie !


Actu - REFLEX OSTEO - le 1er réseau national de permanence en ostéopathie

Retrouvez tous nos articles sur le thème "FEMME ENCEINTE"

Votre navigateur est obsolète!

Mettez à jour votre navigateur pour afficher correctement ce site Web. Mettre à jour maintenant

×