REFLEX OSTEO lance son site e-commerce La Maison des Ostéos !

Afin de vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts, nous utilisons des cookies.En continuant de naviguer sur le site, vous déclarez accepter leur utilisation. En savoir plus

Prendre votre RDV
Visiter notre boutique

Douleur à la fesse : comprendre et traiter avec l'ostéopathie

douleur a la fesse et osteopathie

Consultez un ostéopathe agréé près de chez vous.

Hero perso - REFLEX OSTEO - le 1er réseau national de permanence en ostéopathie

Les douleurs qui touchent la zone fessière sont fréquentes, et peuvent rapidement devenir douloureuses et handicapantes. Quelles en sont les causes et quels sont les traitements qui peuvent vous soulager ? Nous étudions dans cet article les différentes étiologies et les possibilités pour diminuer les douleurs.

Quelques petits rappels anatomiques pour comprendre les douleurs de la zone fessière

Pour comprendre les douleurs de la fesse, il est intéressant de connaître ce qui la constitue. La fesse, ou encore appelée région glutéale, est située à l’arrière de la hanche, entre le dos et les membres inférieurs. Elle est constituée principalement de muscles. Les muscles glutéaux (grand, moyen et petit) ou encore le piriforme, relient le bassin au fémur et constituent la fesse. Ils permettent la stabilisation et l’équilibre du bassin ainsi que les mouvements des jambes. La fesse est également parcourue par certains nerfs comme le nerf sciatique, le pudendale ou le nerf cutané latéral de la cuisse.

Des os constituent le bassin et donc la fesse. Il s’agit de l’association des deux os iliaques, du sacrum et du coccyx. Ces structures osseuses terminent la colonne vertébrale en supportant le poids du haut du corps. De plus, elles sont reliées aux fémurs (os de la cuisse) pour permettre les mouvements des membres inférieurs et notamment la marche.

De nombreuses douleurs de fesse sont causées par des atteintes nerveuses. Il existe la sciatique, le syndrome du piriforme, la névralgie pudendale ou encore la méralgie. Ajoutées à ces affections, des atteintes musculaires ou osseuses peuvent également entraîner ces douleurs à la fesse. Voici une petite explication de ces termes scientifiques qui peuvent être à l’origine de vos maux.

La sciatique à l’origine d’une douleur à la fesse ?

La sciatique correspond à une douleur située au niveau d’un membre inférieur, sur le trajet du nerf. Elle entraîne des fourmillements ou engourdissements au niveau de la fesse qui descendent derrière la cuisse jusqu’au genou et parfois jusqu’au pied. La sciatique peut également être à l’origine d’une faiblesse musculaire au niveau de la fesse et du membre inférieur atteint. Ces douleurs sont le plus souvent situées sur une seule jambe et sont augmentées par l’effort, la toux, l’éternuement ou encore la position assise prolongée. Au contraire, elles vont être diminuées par la position allongée et le repos. En plus de ces douleurs dans la fesse et les jambes, la sciatique peut être associée à des lombalgies, des douleurs en barre dans le bas du dos.

Le nerf sciatique est un élément très important du corps humain par sa taille et par sa fonction.

Il prend son origine entre les vertèbres du bas du dos (les dernières lombaires et les premières sacrées). Il passe entre certains muscles de la fesse, puis descend dans la cuisse. Arrivé au genou, il se divise en deux branches. Le nerf sciatique permet la sensibilité et les mouvements des membres inférieurs. Une sciatique apparaît lorsque le nerf est comprimé sur son trajet : une inflammation se manifeste et entraîne une douleur. Une hernie discale peut être à l’origine d’une sciatique. Cependant, il faut savoir que toutes les hernies n’entraînent pas de compression du nerf et donc de douleur. L’arthrose, certains traumatismes, des tassements vertébraux, des maladies inflammatoires, une grossesse ou encore des troubles de la posture peuvent également être à l’origine d’une sciatique.

douleur fesse sciatique

Le syndrome du piriforme peut-il entraîner une douleur à la fesse ?

Le piriforme est un muscle du bassin allant du sacrum au trochanter (partie supérieure du fémur). Il permet la stabilisation du bassin et les mouvements de hanche notamment lors de la marche. Le nerf sciatique passe dans ce muscle lors de son trajet. Il est donc possible que ce passage entraîne une compression de ce nerf lorsque le muscle est trop contracté ou trop tendu. Une sur-sollicitation du piriforme, un traumatisme direct sur le muscle, une différence de longueur de jambe ou encore une position assise prolongée peuvent être à l’origine de cette tension. Comme pour la sciatique, cette compression du piriforme sur le nerf provoque une inflammation et des douleurs identiques. Ce syndrome du piriforme sera donc à l’origine de picotement, d’engourdissement dans la fesse qui peuvent descendre dans la cuisse et la jambe. Ces douleurs augmentent lors de la contraction et la compression du muscle comme par exemple lors de la marche, de la course ou de la position assise.

La névralgie pudendale et la méralgie, une cause de vos maux de fesse ?

La névralgie pudendale est une atteinte du nerf pudendal ou nerf honteux interne, qui sort du sacrum et passe entre différentes structures du bassin (piriforme, iliaque, ligament). Il permet l’innervation du périnée, des organes génitaux et de l’anus. Une compression de ce nerf sur son trajet peut donc entraîner des engourdissements, des décharges électriques au niveau du siège, à l’intérieur des fesses et des cuisses. Ces douleurs sont augmentées par la position assise prolongée. Les facteurs favorisants l’apparition d’une névralgie pudendale sont le vélo, l’équitation, une chute ou bien une chirurgie sur la zone.

Concernant la méralgie, il s’agit d’une atteinte du nerf cutané latéral de cuisse. Il prend naissance entre quelques vertèbres lombaires, et termine son trajet, en différentes branches, au niveau de la cuisse. Sa fonction permet la sensibilité de la partie latérale de la cuisse, et c’est pour cela qu’une compression de ce nerf est à l’origine de douleurs dans cette zone. Ces engourdissements ou picotements à la face latérale de la cuisse peuvent également remonter dans la fesse du côté atteint. Cette compression, comme pour beaucoup des atteintes nerveuses, peut être due à une grossesse, un traumatisme, un surpoids, un déséquilibre postural ou encore une pression trop importante et fréquente sur la zone.

Une douleur à la fesse après un traumatisme

Après une chute, un accident de voiture ou un choc violent, une fracture des structures osseuses du bassin peut survenir et entraîner de fortes douleurs à la fesse. Un traumatisme sur le coccyx, petit os qui termine le sacrum, peut entraîner une forte douleur qui irradie souvent au niveau de la fesse. Ces douleurs peuvent apparaître après une chute directement sur les fesses, mais également plusieurs petits chocs (équitation, vélo...) ou l’accouchement. Cette sensation de brûlure est augmentée par la position assise et diminue en position couchée sur le côté notamment.

Lors d’un accident de voiture ou d’un choc violent sur la zone, des fractures du sacrum ou encore de l’ischion peuvent se produire. Les douleurs occasionnées sont très invalidantes. En effet, en plus de l’intensité de la douleur, ces traumatismes empêchent également tous les mouvements des membres inférieurs dont la marche.

Il est important de préciser que chez les personnes âgées, une légère chute de sa hauteur peut avoir des conséquences importantes.

En effet, avec l’âge et l’ostéoporose, les os sont plus fragiles et les atteintes osseuses sont donc plus fréquentes.

Ces chocs et fractures peuvent venir léser des structures anatomiques situées dans le bassin (artère, nerf, muscle) et être à l’origine de plus grosses complications. Il est donc nécessaire de consulter un professionnel de santé pour poser le diagnostic et permettre le traitement le plus adapté.

douleur fesse chute

La tendinite des fessiers, la cause de ces douleurs ?

La tendinite correspond à l’inflammation d’un tendon des muscles de la fesse et le plus souvent le moyen fessier. Ce muscle permet comme l’ensemble des structures musculaires du bassin, la marche et la stabilisation du bassin. Le moyen fessier se termine par un tendon sur le grand trochanter (partie supérieure du fémur). Lorsque ce tendon est sur-sollicité, une inflammation apparaît ce qui provoque une douleur à la fesse qui peut descendre dans la cuisse et le genou. Différents facteurs peuvent venir augmenter la tension sur ce tendon comme des micro-traumatismes, une pratique sportive, un déséquilibre postural ou encore des mouvements répétés.

L’ostéopathie et les autres traitements pour diminuer ces douleurs à la fesse

Pour traiter ces douleurs de fesse, la prise en charge pluridisciplinaire semble être la plus efficace. Certains médicaments peuvent être prescrits pour diminuer les douleurs (anti-inflammatoire, infiltration aux corticoïdes). La kinésithérapie, à l’aide de massage, de rééducation, de renforcement musculaire et des exercices de proprioception, peut venir diminuer ces différents maux. Si l’origine des douleurs est liée à la posture, le podologue pourra prescrire des semelles afin d’éviter une trop grande sur-sollicitation des muscles stabilisateurs du bassin.

L’ostéopathie, par sa prise en charge globale, est d’une grande aide dans le traitement de ces différentes douleurs de fesse.

Tout d’abord, le praticien pourra diminuer les tensions sur les muscles et les causes de la compression des nerfs. Il pourra également redonner de la mobilité aux lombaires et au bassin pour éviter les adaptations et les contractions musculaires associées. Ajouté à cela, l’ostéopathe pourra améliorer la mobilité et les appuis des membres inférieurs, souvent à l’origine de tensions sur les muscles fessiers. Cela permettra également de diminuer les adaptations réalisées par le corps humain qui peut être à l’origine, avec le temps, d’autres douleurs.

douleur fesse ostéopathie

Enfin, comme pour toute douleur du corps, il est conseillé d’avoir une bonne hygiène de vie afin de diminuer les facteurs de risques. Cela passe par une alimentation saine afin d’éviter une surcharge pondérale qui peut augmenter les tensions sur le bassin. De plus, une bonne alimentation assure une meilleure qualité des tissus et diminue ainsi le risque de blessure. Ajouté à cela, une activité physique régulière permet un corps en meilleur santé avec un fonctionnement optimal. Enfin, la position et l’ergonomie au travail sont également importantes. Maintenir une position longtemps peut entraîner des pressions et des douleurs. Il est donc nécessaire de se lever régulièrement et de bouger quelques minutes tout au long de la journée.

Afin de diminuer la douleur mais également d’éviter les récidives, une prise en charge pluridisciplinaire est nécessaire.

Pour déterminer le traitement le plus adapté, il est important de poser le diagnostic auprès d’un professionnel de santé. Cela permet, en plus, d’éviter les complications.

Racontez nous votre parcours thérapeutique, vos symptômes,
et votre éventuelle expérience avec l’ostéopathie !

Temoignages

Votre expérience est précieuse ! Partagez-là avec notre communauté de plus de 118764 patients.

Racontez nous votre parcours thérapeutique, vos symptômes, et votre éventuelle expérience avec l’ostéopathie !


Actu - REFLEX OSTEO - le 1er réseau national de permanence en ostéopathie
Votre navigateur est obsolète!

Mettez à jour votre navigateur pour afficher correctement ce site Web. Mettre à jour maintenant

×