Afin de vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts, nous utilisons des cookies.En continuant de naviguer sur le site, vous déclarez accepter leur utilisation. En savoir plus

La névralgie d'Arnold

Comprendre la névralgie d'Arnold

Vous souffrez d’une névralgie d’Arnold mais vous ne savez pas à quoi cela correspond ? Pas de panique, on vous explique tout.

Le nerf d’Arnold ou nerf grand occipital est le nerf formé à partir de la deuxième racine cervicale (C2). La névralgie d’Arnold se traduit par la douleur ressentie sur le trajet de ce nerf.

Comme toutes névralgies (la sciatique en est une !), la cause de cette douleur demeure la compression de la racine de ce nerf. Cette compression peut être due à de l’arthrose, à une hernie discale ou une affection nerveuse (neuropathie).  

Elle peut également survenir à la suite d’un traumatisme physique ou émotionnel.


Quels sont les signes de la névralgie d'Arnold ?

Si vous souffrez de cette pathologie, vous pourrez vous reconnaître dans la liste des symptômes recueillis chez la plupart des patients atteints de névralgie d’Arnold :

  • Douleur d’un seul côté, « en casque » qui suit un trajet précis partant de la base du crâne (partie occipitale), remontant en arrière de l’oreille et se terminant en arrière de l’œil. Pourquoi ce trajet si précis ? Il correspond en fait à la zone du cuir chevelu innervée par le nerf d’Arnold.
  • Douleur lancinante à type de trajet électrique ou sous forme de brûlures
  • Douleur permanente ou intermittente qui évolue par crises de quelques minutes
  • Douleurs associées au niveau des cervicales.

Comment poser le diagnostic d'une névralgie d'Arnold ? 

Le diagnostic est souvent difficile à poser étant donné la localisation de la douleur. En effet, la névralgie peut être confondue avec une céphalée, une migraine, ou une névralgie faciale. Il est important d’exclure également des pathologies plus graves (dissection de l’artère vertébrale, méningite, artérite temporale…) avant de poser le diagnostic de névralgie d’Arnold. C’est pour ces raisons que le diagnostic est souvent tardif.

En cas de doute, il est judicieux de vous adresser soit à votre médecin, soit à votre ostéopathe afin d’avoir un avis médical. Ils seront capables de vous aiguiller vers la prise en charge la plus adaptée.

Des imageries radiologiques pourront également permettre de mettre en évidence la cause de ces douleurs et de poser le diagnostic.

L’ostéopathie, un remède efficace ?

Le traitement de la névralgie d’Arnold est complexe et suscite généralement une prise en charge pluridisciplinaire.

Le travail de l’ostéopathe consistera à relâcher l’ensemble de vos tensions qui s’exercent au niveau de la sortie du deuxième nerf cervical. L’objectif étant de diminuer la compression du nerf afin de limiter l’inflammation et ainsi, de stopper les irradiations douloureuses.

Concrètement, l’ostéopathe peut agir sur l’articulation ou bien sur les petits muscles qui y sont attachés. Son travail peut s’étendre sur d’autres régions du corps en lien avec la partie haute des cervicales. Il peut ainsi être amené à travailler sur la mâchoire ou la base du crâne.

Ce qu’il faut retenir c’est que chaque prise en charge ostéopathique reste unique et varie pour chaque patient en fonction de l’historique de sa pathologie (post-traumatique/associée à des troubles digestifs…) et des tensions observées.


L'ostéopathie, complémentaire à d'autres thérapies

Au-delà d’une prise en charge ostéopathique, il peut s’avérer nécessaire d’inclure d’autres thérapeutiques en complément.

Il peut s’agir, par exemple, d’infiltrations de corticoïdes si les crises douloureuses sont vraiment trop vives. Cependant, ces infiltrations ne sont pas efficaces chez tous les patients et ne font que masquer les symptômes, elles ne résoudront pas la cause du problème.

La rééducation chez le kinésithérapeute peut également être nécessaire au niveau du rachis cervical.

Enfin, la chirurgie peut être évoquée en cas de de résistance aux traitements médicamenteux ou aux médecines douces, mais en dernier recours ! 



Pour en savoir plus :