Afin de vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts, nous utilisons des cookies.En continuant de naviguer sur le site, vous déclarez accepter leur utilisation. En savoir plus

Hernies discales lombaires et ostéopathie

Traitement de la hernie lombaire

On vous a diagnostiqué une hernie lombaire ? Mais qu'est ce c'est exactement une hernie lombaire ? Comment traiter, soulager et guérir de cette hernie ? Votre ostéopathe peut-il vous apporter une réponse adaptée ? Peut-elle provoquer une sciatique ? Une lombalgie ? Nous vous disons tout sur la hernie lombaire !

Qu'est ce qu'un disque intervertébral ?

Avant d’expliquer la mise en place d’une hernie discale, nous allons donner quelques notions d’anatomie et de physiologie.

Le rachis lombaire, situé au bas du dos, est composé de 5 vertèbres. Entre ces vertèbres se trouvent les disques intervertébraux, éléments en souffrance dans les hernies discales.

Les disques intervertébraux ont pour rôle d’amortir et de répartir les pressions, de supporter les charges. Logiquement, plus nous descendons sur la colonne vertébrale, plus la charge à supporter est importante. Cependant, le corps étant une machine très bien faite, l’épaisseur des disques intervertébraux augmente également de haut en bas.

hernie lombaire

Les disques intervertébraux sont composés de 2 parties :

  • Une partie périphérique : l’annulus fibrosus, un anneau composé de fibres
  • Une partie centrale : le nucleus pulposus, un noyau gélatineux composé de 88% d’eau !

Ce pourcentage d’eau est important. En effet, suite aux charges et aux contraintes subies au cours de la journée, les disques intervertébraux se déshydratent entraînant ainsi une diminution de leur épaisseur. On peut ainsi perdre jusqu’à 2 cm en une journée ! Ne vous inquiétez pas, ils se réhydratent au cours de la nuit mais de moins en moins bien en vieillissant.

Concernant leur mobilité, les disques intervertébraux se déforment selon les mouvements que nous réalisons :

  • Flexion : le noyau est chassé vers l’avant
  • Extension : le noyau est chassé vers l’arrière
  • Inclinaison sur le côté : le noyau est chassé du côté opposé
  • Rotation : le noyau est comprimé et les fibres de l’anneau sont en tension

Comment apparait la hernie discale lombaire ?

Sur une hernie discale, le disque intervertébral s’écrase et se diffuse vers l’avant ou l’arrière. Les plus fréquentes sont les hernies discales postérieures ou postéro-latérales. Elles entraînent également plus de risque du fait de la présence, à l’arrière, des racines nerveuses qu’elles peuvent atteindre.

Suite à des microtraumatismes répétés, le disque intervertébral s’abîme. De plus, dès l’âge de 25 ans commence la dégénérescence des fibres de l’anneau.

Ainsi une hernie discale peut se mettre en place suite à des traumatismes répétés mais également de façon aigue.

Lors d’une flexion du tronc, les plateaux des vertèbres se rapprochent à l’avant et s’éloignent à l’arrière, ainsi le noyau se retrouve chassé vers l’arrière et s’insinue dans les déchirures des fibres de l’anneau préexistantes. En ajoutant à cette flexion un port de charge, il y a une augmentation de la pression qui écrase alors le DIV et le chasse complètement vers l’arrière. En se relevant, les surfaces articulaires des vertèbres se rapprochent et bloque ainsi la hernie à l’arrière sous le ligament longitudinal postérieur (présent à l’arrière des corps vertébraux).

La répétition de ce type de mouvement peut entraîner une augmentation de la hernie discale vers le canal rachidien jusqu’à entrer en conflit avec les racines nerveuses. 

A ce stade les symptômes sont plus ou moins invalidants et varient selon le niveau atteint :

  • Douleurs lombaires
  • Trajets électriques sur le trajet du nerf atteint (cruralgie, sciatique)
  • Sensation de fourmillements
  • Diminution des réflexes ostéotendineux
  • Troubles moteurs, perte de force, …
On peut alors voir apparaitre la fameuse sciatique (douleur dans la fesse et l'arrière de la cuisse), ou bien la cruralgie (douleur sur le devant de la cuisse).

Quel traitement pour soulager et guérir ma hernie lombaire ?

Le repos est conseillé lors de telles douleurs. Mais attention, repos oui, immobilité non ! S’il faut se reposer et faire attention à ses mouvements, il ne faut surtout pas rester sans bouger ! En effet en l’absence de mouvements, la fonte musculaire ne se fait pas attendre et la diminution du tonus musculaire aggrave les douleurs du fait d’un moins bon maintien de la colonne vertébrale.

Médicalement parlant, le cocktail prescrit se compose d’antalgique, d’anti-inflammatoires et de décontractants musculaires. Parfois des infiltrations de corticoïdes sont pratiquées pour soulager les douleurs.

La kinésithérapie a un rôle important à jouer grâce à une amélioration de la posture par des exercices de renforcement des muscles du dos et de l’abdomen ainsi que des assouplissements.

La chirurgie arrive en dernier recours en cas de persistance de douleurs invalidantes, de faiblesse musculaire ou de symptômes graves. Il s’agit dans ce cas d’une ablation partielle ou totale du disque intervertébral.

Quel est le rôle de l’ostéopathie dans le traitement de la hernie lombaire ?

En ostéopathie, des techniques permettent une action bénéfique sur la hernie discale lombaire. 

Pour diminuer les tensions au niveau du disque intervertébral, votre ostéopathe ne travaillera pas forcément sur le disque en lui-même. Après avoir réalisé les tests médicaux pour s’assurer d’aucune contre-indication pour vous prendre en charge ainsi que les tests ostéopathiques sur l’ensemble de votre corps, l’ostéopathe pourra travailler sur plusieurs zones à proximité ou à distance :

  • Les vertèbres lombaires : des techniques permettent de diminuer la pression subie par le disque intervertébral atteint
  • Le bassin : un bon équilibre du bassin permet une bonne posture et un fonctionnement optimal des vertèbres lombaires (à noter que les pieds, la mâchoire et les yeux sont des points également important dans la posture)
  • Les viscères avoisinants : ils peuvent entraîner des tensions supplémentaires sur les lombaires
  • Les fascias : des tensions fasciales au niveau des muscles du dos ou des fesses peuvent aggraver les douleurs

Cette liste n’est pas exhaustive. Etant donné que chaque patient est différent, l’ostéopathe adaptera son traitement selon les résultats de ces tests.

Comment prévenir l'apparition de la hernie lombaire ?

Bien évidemment, l’ostéopathie peut agir en prévention en particulier chez les personnes dites à risque (selon le métier, le sport, l’âge, le poids, …).

Mais vous pouvez également agir par vous-même en appliquant quelques conseils :

  • Boire … de l’eau bien sûr : comme dit précédemment, le noyau du disque intervertébral est composé majoritairement d’eau. En vieillissant, les disques recaptent moins bien l’eau la nuit, une hydratation suffisante au cours de la journée est donc nécessaire.
  • Le gainage : bien plus important que d’avoir un summer body, les muscles du dos et de l’abdomen sont importants pour un bon maintien postural et de la colonne vertébrale.
  • Les étirements : c’est très bien de se muscler mais les étirements sont également importants pour l’assouplissement, la mobilité et le relâchement des tensions.
  • Attention à vos mouvements : on nous a tous déjà dit de bien plier sur les genoux en gardant le dos droit quand on se baisse, encore plus lors de ports de charges. Cela évite de mettre une pression trop importante sur les disques et de les abîmer plus vite que d’ordinaire.

Cet article est proposé par Caroline BAILLET, ostéopathe 

Votre navigateur est obsolète!

Mettez à jour votre navigateur pour afficher correctement ce site Web. Mettre à jour maintenant

×