Afin de vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts, nous utilisons des cookies.En continuant de naviguer sur le site, vous déclarez accepter leur utilisation. En savoir plus

L’ostéopathie après un accident de voiture, vélo, moto, trottinette, piéton...

accident de voiture et ostéopathie

Un accident de voiture, de moto, de vélo, trottinette ou piéton… autant d’évènements traumatisants pour le corps, qui peuvent laisser des séquelles immédiates mais également bien des années après.

Bien évidemment, la première chose à faire suite à un accident de la voie publique ou AVP, c’est de consulter un médecin. Il est important de vérifier qu’un traitement médical ou des examens complémentaires (radio, IRM,...) ne sont pas nécessaires.

Une fois ces contrôles passés, pensez à consulter un ostéopathe.

Pourquoi ? Comment l’ostéopathe peut-il aider à abolir voire éviter des séquelles suite à un accident ? On vous explique tout dans cet article.

Pourquoi voir un ostéopathe après un accident de la voie publique ?

Après un accident de la route, une fois les contrôles médicaux effectués, consultez un ostéopathe. Pourquoi ? Comment l’ostéopathe peut-il agir sur le corps après un traumatisme ?

Après un accident, le corps réagit. Même si les contrôles médicaux et radiologiques ne signalent rien d’alarmant, le corps subit des séquelles.

Quelles sont ces séquelles ? Comment le corps réagit suite à un AVP ?

  • La peur liée à l’accident peut bloquer la respiration, et entrainer des dysfonctions au niveau du diaphragme et du thorax en général.
  • Un traumatisme crânien peut entrainer une perte de mobilité au niveau du crâne.
  • La pression de la ceinture ou du volant peut entrainer des douleurs respiratoires, des sensations d’angoisse, une sensation d’oppression thoracique, des douleurs au niveau du sternum et/ou des clavicules…
  • Un accident de la route peut aussi entrainer des douleurs rachidiennes, des raideurs cervicales…

Les tensions présentes au niveau d’une zone précise du corps vont ensuite se propager au reste du corps si on ne fait rien.


L'ostéopathe pour soulager et prévenir les douleurs suite à un accident de voiture ou de la voie publique

Après avoir posé quelques questions afin de déterminer si une prise en charge médicale est nécessaire, l’ostéopathe va venir redonner de la mobilité aux zones lésées/traumatisées. En levant les dysfonctions trouvées, l’ostéopathe permettra au corps de se réadapter et retrouver un équilibre.

Les accidents de la voie publique sont communs, mais souvent mal traités. Même si les radios et les médecins signalent que tout va bien, le corps subit des séquelles qui peuvent rester muettes pendant longtemps. L’ostéopathie permet de traiter efficacement les séquelles d’un AVP, que ce soit un whiplash injury ou des adaptations globales.

Nous vous conseillons de consulter un ostéopathe en urgence, dans les 48 heures après votre accident de la voie publique. Cela permet d'effectuer un premier bilan, d'effectuer des diagnostics d'exclusion et d'agir rapidement sans laisser s'installer tous les phénomènes compensatoires (compensation posturale par exemple). 

Un prise en charge rapide permet d'agir d'autant plus efficacement en prévention de l'apparition des symptômes douloureux (mal de tête, fatigue, douleurs musculaires,...).

Quels sont les motifs de consultation les plus fréquents chez l'ostéopathe suite à un accident de la voie publique ?


accident-entorse


  • Le coup du lapin : cette douleur cervicale est le premier motif de consultation en ostéopathie concernant les suites d'un accident de voiture. Nous y avons consacré notre prochain chapitre.
  • Les entorses : entorse de la cheville, du poignet, du pouce, de l'épaule,... Les entorses sont fréquentes en trottinette, skate, vélo, mais également en voiture.
  • Le mal de dos : une crispation intense, à un faux mouvement, un choc direct... Il est courant d'avoir une douleur au dos suite à un accident de la voie publique.
  • Les douleurs de la cage thoracique : souvent à cause de la ceinture de sécurité, les douleurs du thorax peuvent provoquer également une gène respiratoire, ou une douleur à la respiration (voir notre article sur la précordialgie).
  • Les luxations : la luxation de l'épaule est la plus fréquente (vélo, moto) mais vous pouvez également présenter une luxation du genou ou de la hanche lors d'une accident de voiture violent. L'ostéopathie n'agira pas pour réduire la luxation, mais plutôt en complément de votre rééducation.
  • Les suites chirurgicales : après une fracture par exemple, votre ostéopathe pourra effectuer un travail post-chirurgical afin de limiter les adhérences cicatricielles et optimiser votre récupération.

Traiter et soulager le coup du lapin suite à un accident de voiture

La notion de « whiplash injury » ou « coup du lapin »

L’une des blessures emblématiques d’un accident de la voie publique, c’est le whiplash, traumatisme en coup de fouet ou plus souvent appelé le coup du lapin : la tête part en arrière, provoquant des douleurs au cou.

coup du lapin

Qu’est-ce que le whiplash ?

Le whiplash est une blessure liée à un mécanisme d’accélération/décélération. Lors d’un choc, notamment postérieur, la tête part en arrière puis en avant brutalement, pendant que le thorax et le bassin sont fixés au siège par la ceinture de sécurité. Cela peut entrainer des lésions au niveau des cervicales, mais aussi des plaintes plus générales au niveau de l’ensemble du corps.

Attention, le coup du lapin est très fréquent lors d’accidents de voiture mais peut aussi arriver suite à des traumatismes divers. Il existe même une notion de whiplash émotionnel, suite à un choc émotionnel fort.

Quels sont les symptômes du coup du lapin ?

Les manifestations du whiplash sont très variées :

Ces symptômes sont généralement chroniques et persistent dans le temps malgré une prise en charge médicale.

Comment l’ostéopathe soulage et traiter le coup du lapin ?

Pour traiter un coup du lapin, l’ostéopathe doit libérer l’axe crânio-sacré, lésé lors du choc.

L’axe crânio-sacré, qu’est-ce que c’est ? C’est l’occiput, le sacrum, et les membranes de tension réciproque qui relient ces deux structures.

Lors d’un traumatisme en coup de fouet, ou un choc émotionnel fort, les membranes qui relient l’occiput et le sacrum se tendent. En se tendant, ces membranes bloquent l’occiput et le sacrum, ce qui engendre tous ces symptômes divers et variés. C’est ce que l’ostéopathe doit travailler pour traiter un patient ayant subi un whiplash.

Une fois l’axe crânio-sacré libéré, la suite du traitement se passe comme tout traitement ostéopathique, c’est-à-dire que le traitement est patient-dépendant. L’ostéopathe va libérer les tensions propres à chaque patient qui découlent de l’accident et/ou du whiplash.


Si vous voulez retrouver vos capacités à 100% après un accident de la voie publique, contactez un ostéopathe.


Les premiers réflexes après un accident de voiture

Quels sont les réflexes à adopter si vous êtes témoins d’un accident de la route ?

Si les secours sont déjà présents, n’encombrez pas les lieux, circulez.

Si vous êtes témoins d’un accident de la voie publique et que les secours ne sont pas encore là, voire pas encore alertés, vous devez porter assistance. Il faut alors protéger, alerter et secourir : PAS.

1 - Protéger

    Il est avant tout important de veiller à ce qu’il n’ait pas d’aggravation de l’accident.

    • Garez-vous à 100/150 mètres après l’accident, pour ne pas risquer d’aggraver l’accident et ne pas gêner l’arrivée des secours.
    • Coupez le contact des véhicules accidentés et mettez le frein à main.
    • Utilisez les feux de détresse, si possible.
    • Faites descendre et mettez à l’abri derrière la barrière de sécurité ou dans un champ tous les occupants valides des véhicules accidentés, ainsi que ceux de votre véhicule.
    • Balisez les lieux de l’accident dans les deux directions.
    • Si possible, placez dans chaque sens de la circulation des personnes faisant des signes.
    • S’il fait nuit, éclairez les véhicules accidentés.
    • Ne fumez pas, et faites attention à ce que personne ne fume, pour limiter les risques d’incendie.
    • Ne modifiez pas l’état des lieux, dans la mesure du possible.

    2 - Alerter

      Alertez les secours le plus rapidement possible, chaque seconde est importante. Si vous êtes sur l’autoroute, favorisez l’utilisation des bornes d’appel, cela facilitera votre localisation par les secours.

      Il est important que vous donniez des renseignements complets aux services de secours :

      • Donnez l’emplacement exact de l’accident.
      • Précisez le nombre et le type de véhicules accidentés.
      • Donnez des informations sur les blessés (leur nombre, leur état…).

      3 - Secourir

      En attendant l’arrivée des secours, il est important de savoir ce qu’il faut faire, mais aussi ce qu’il ne faut pas faire :

      • Parlez au(x) blessé(s) afin de le ou les rassurer et le ou les maintenir éveillé(s).
      • Couvrez le blessé : une personne en état de choc a toujours froid.
      • Si le blessé saigne abondamment :
      • Comprimez la plaie pour stopper l’hémorragie.
      • Fixez le pansement avec une bande serrée, mais pas trop.
      • Ne placez un garrot qu’en cas de nécessité absolue sans oublier l’heure à laquelle vous l’avez posé. Attention, on n’enlève jamais un garrot qui a été posé, seuls les professionnels de santé peuvent le faire !

      Si le blessé respire mal ou ne respire plus :

      • Desserrez ses vêtements.
      • Débarrassez sa bouche des corps étrangers (caillot de sang, terre, dentier…).

      Attention, en cas d’accident, il y a des choses à ne surtout pas faire comme :

      • Donner à boire à un blessé.
      • Transporter un blessé grave dans sa voiture.
      • Retirer le casque d’un motocycliste blessé.
      • Laisser le blessé exposé au froid ou aux intempéries.
      • Déplacer un blessé ou le sortir d’une voiture, sauf pour le protéger d’un danger imminent.



      Bibliographie

      Votre navigateur est obsolète!

      Mettez à jour votre navigateur pour afficher correctement ce site Web. Mettre à jour maintenant

      ×