Afin de vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts, nous utilisons des cookies.En continuant de naviguer sur le site, vous déclarez accepter leur utilisation. En savoir plus

Comment prévenir et traiter la lombalgie chronique ?

Comprendre la lombalgie chronique, son traitement avec l'ostéopathe


Vous ressentez une douleur dans le bas du dos ? C’est ce qu’on appelle une lombalgie. 

Le lumbago, aussi appelé lombalgie aiguë, est très courant ; le risque principal est de voir cette douleur aiguë basculer vers une douleur chronique, dont il est beaucoup plus difficile de se débarrasser.

On vous donne tous nos conseils pour éviter que votre douleur dans le bas du dos devienne une lombalgie chronique

Quelles sont les causes de la lombalgie ?

Le lombalgie est causée la plupart du temps par une irritation ou une inflammation des muscles du bas du dos, d'origine posturale le plus souvent (et parfois traumatique). Les mauvaise postures (position assise, de sommeil...), l'âge (tassement discal, arthrose), les traumatismes répétés (TMS), ou bien un accident de voiture peuvent par exemple expliquer ces tensions. Pourtant, la cause d'une lombalgie reste cependant souvent floue ; votre ostéopathe pourra, par son examen attentif, vous aider à trouver les raisons de votre mal de dos.

Une zone en tension dans le bas du dos va venir déclencher une contraction réflexe des muscles de la région lombaire dans le but de protéger la zone. C’est donc en général cette contracture musculaire "reflexe" qui est à l’origine de la douleur du lumbago.

Les lumbagos sont donc majoritairement d’origine mécanique. Très peu de lombalgies aiguës sont symptomatiques, il est rare que la cause soit d’origine infectieuse, inflammatoire ou tumorale.

Mais il y a cependant quelques signes auxquels il est important de faire attention.

Quels sont les signes d’alerte à repérer si vous souffrez d'une lombalgie ?

Bien que les lombalgies soient majoritairement d’origine mécanique, il est possible que la cause soit tout autre, et nécessite une prise en charge médicale. Il est donc important d’être vigilant face à des signes tels que :

  • Un début de symptômes avant 20 ans ou après 60 ans.
  • Un traumatisme violent (accident de la voie publique, chute importante…).
  • Un cancer ou des antécédents néoplasiques.
  • Un contexte de toxicomanie ou d’infection au VIH.
  • La prise prolongée d’un traitement à base de cortisone.
  • Des réveils nocturnes et un dérouillage matinal de plus de 30 minutes.
  • Une fatigue anormale, une anorexie, un amaigrissement inexpliqué…
  • De la fièvre.
  • Une paralysie des membres inférieurs.
  • Des troubles sphinctériens.
  • Une douleur dans la poitrine.

Si en plus d’une douleur vive dans le bas du dos vous ressentez un ou plusieurs de ces symptômes, n’hésitez pas à consulter un médecin rapidement.

Lumbago ou lombalgie aiguë : qu’est-ce que c’est ?

Le lumbago, communément appelé tour de rein, est une douleur intense au niveau des vertèbres lombaires. C’est le mal de dos le plus répandu. En plus de la douleur, le patient peut également ressentir une sensation de blocage. Cette douleur vous fait généralement consulter un ostéopathe en urgence

La lombalgie aiguë, par opposition à la lombalgie chronique, est une douleur avec des caractéristiques bien particulières. C’est une douleur de courte durée, qui dure entre quelques heures et quelques semaines. La cause de la douleur est bien précise, bien que pouvant être inconnue, et la douleur disparait généralement suite au traitement de la cause.

Attention à la lombalgie chronique 

Si vous présentez une douleur en bas du dos depuis plus de trois mois, vous souffrez de lombalgie chronique.

La douleur aiguë est un signal d’alarme du corps humain qui sert à indiquer que quelque chose ne va pas. Lorsqu’on dépasse le stade de lombalgie aiguë pour passer à une lombalgie chronique, la douleur n’est alors plus un signal d’alarme indiquant un problème, elle est le problème. Les douleurs chroniques sont longues et difficiles à soigner, et impactent le quotidien des patients qui en souffrent.

Quels sont les facteurs de chronicisation de la lombalgie ?

  • Des facteurs socio-professionnels : Un travail pénible (troubles musculo squelettiques), une faible qualification de travail et peu de possibilités formation, une insatisfaction personnelle et un faible soutien au travail, un arrêt de travail de longue durée (De 4 à 12 semaines), un travail précaire ou indépendant, un travail stressant ou perçu comme tel, des démarches médico-administratives en cours (conflit médico-légal…), un accident de travail, une situation familiale difficile
    • La tranche d’âge : après 50/55 ans notamment
    • Les facteurs de comorbidité : le diabète, le surpoids, l’obésité…
    • Des facteurs cognitifs : le catastrophisme, les attitudes inadaptées face à la douleur, les attentes irréalistes…
    • Des facteurs émotionnels : l’anxiété, la tendance à la somatisation, la dépression, l’isolement…


    Comment éviter que votre mal de dos se transforme en lombalgie chronique ?

    Il n’y a malheureusement pas de recette miracle.

    Du côté du patient, il est important de maintenir une activité physique et ne pas tomber dans un cercle vicieux. En cas d’arrêt de travail, n’hésitez pas à reprendre dès l’arrêt des symptômes si ceux-ci disparaissent avant la date de reprise. Reprendre le travail de façon précoce améliore le pronostic.

    Du côté du soignant, il est important de rassurer le patient : 90% des lombalgies guérissent spontanément en moins de 4 à 6 semaines. Il faut faire attention à ne pas systématiquement prescrire d’examens complémentaires, notamment d’imagerie, excepté en cas de drapeau rouge. Il est important également de mettre en place un traitement médicamenteux adapté, qui va permettre au patient de continuer de pratiquer une activité physique.

    Les antécédents de lombalgie consistent en un facteur de chronicisation en soit, il est donc d’autant plus important de bien soigner la douleur d’un premier lumbago, afin que celle-ci ne se réitère pas.

    Comment l’ostéopathie peut-elle traiter la lombalgie chronique ?

    L’un des moyens le plus classique et efficace pour traiter votre lombalgie chronique est bien-sûr l'ostéopathie.

    L’ostéopathe se base sur le mécanisme lésionnel du lumbago, c’est-à-dire la manière dont le patient s’est fait mal, pour traiter la douleur.

    Pour l’ostéopathe, le lumbago peut être traumatique suite à un effort brusque ou un faux mouvement. Il peut également être secondaire à un problème viscéral, notamment au niveau du colon, de l’intestin grêle, des reins ou encore des organes génitaux. Le lumbago d’origine viscérale est causé par un manque de mobilité ou une dysfonction des organes de l’abdomen qui, via leurs attaches sur la colonne lombaire, peuvent « bloquer » une ou plusieurs vertèbres. Ce mécanisme lésionnel sera déterminé par l’ostéopathe durant l’interrogatoire en début de consultation.

    traitement de la lombalgie chronique avec l'ostéopathe

    L’ostéopathe réalisera ensuite des tests afin de savoir quelles sont les zones à traiter. Dans le cas d’un lumbago, votre ostéopathe pourra examiner et traiter certaines zones stratégiques :

    • Les lombaires, évidemment. Celles-ci vont être traitées par des techniques sur les fascias si la douleur est trop importante. Les thrusts ou techniques qui « craquent » peuvent être possible si la zone n’est pas hyperalgique ou en fin de séance après avoir bien détendu les tissus.
    • Le bassin, qui est a proximité immédiate des lombaires. Une torsion du bassin peut par exemple perturber l'équilibre des tensions de la zone lombaire. Le sacrum, à l'arrière du bassin, est également une zone essentielle à examiner. Le bassin est en quelque sorte le socle de votre colonne vertébrale !
    • Les cervicales peuvent maintenir des dysfonctions lombaires si elles ne sont pas traitées.
    • Les viscères abdominaux, traités en fonctions de ce que l’ostéopathe retrouve pendant l’interrogatoire et les tests.
    • Le crâne est une zone très importante à traiter en cas de lumbago car si les membranes qui s’attachent à ce niveau sont trop en tension, cela peut verrouiller la zone lombaire.

    L’ostéopathe étudiera votre posture et pourra observer d'éventuelles dysfonctions à distance de votre dos expliquant une modification de votre équilibre (par exemple une cheville mal soignée suite à une vieille entorse, ou bien une cicatrice occasionnant une adhérence et peut-être une perturbation posturale). 

    Votre praticien adapte son traitement et ses techniques en fonction de la cause et de l’intensité de la douleur du patient.

    Conclusion

    La lombalgie est très répandue dans la population ; le risque d’une lombalgie aiguë ou lumbago est de passer à une douleur chronique, bien plus difficile à supporter et à supprimer. 

    Les facteurs de chronicisation sont nombreux, et certains ne sont pas dépendants de la volonté du patient. Il est cependant possible d’éviter la lombalgie chronique en maintenant une activité physique et en évitant les arrêts de travail prolongé. L’esprit ayant un effet important sur le corps, il ne faut pas se décourager et rester positif ! Et puisque le meilleur moyen d’empêcher une douleur aiguë de devenir une douleur chronique est de l’éliminer, n’hésitez pas à consulter un ostéopathe pour votre lumbago !

    Bibliographie

    • https://www.ameli.fr/rhone/assure/sante/themes/lombalgie-aigue/comprendre-lombalgie, consulté le 19 août 2019
    • https://www.e-cancer.fr/Patients-et-proches/Qualite-de-vie/Douleur/Douleur-aigue-chronique, consulté le 19 août 2019
    • https://www.pourquoidocteur.fr/MaladiesPkoidoc/22-Lombalgie-aigue-avant-tout-soulager-la-douleur-et-maintenir-une-activite/p-205-DIAGNOSTIC-Lombalgie-aigue, consulté le 19 août 2019
    • https://www.sante-sur-le-net.com/maladies/rhumatologie/lumbago/, consulté le 19 août 2019
    • http://www.sistepaca.org/node/248, consulté le 19 août 2019
    • https://www.ameli.fr/rhone/medecin/sante-prevention/pathologies/lombalgies/eviter-chronicite, consulté le 19 août 2019
    Votre navigateur est obsolète!

    Mettez à jour votre navigateur pour afficher correctement ce site Web. Mettre à jour maintenant

    ×