REFLEX OSTEO lance son site e-commerce La Maison des Ostéos !

Afin de vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts, nous utilisons des cookies.En continuant de naviguer sur le site, vous déclarez accepter leur utilisation. En savoir plus

Prendre votre RDV
Visiter notre boutique

L’apnée du sommeil chez l’enfant : un problème sur lequel il ne faut pas fermer l’œil !

apnée du sommeil chez l'enfant

Consultez un ostéopathe agréé près de chez vous.

Hero perso - REFLEX OSTEO - le 1er réseau national de permanence en ostéopathie

Votre enfant est hyperactif, a des difficultés à l’école, ronfle la nuit… Voilà autant de signes qui peuvent refléter une apnée du sommeil. Ce problème, de plus en plus connu chez les adultes, est encore largement sous-estimé chez les enfants. A l’heure actuelle, il concerne 3% de la population pédiatrique. 

Son diagnostic est souvent long de par sa méconnaissance. Il est important de réagir le plus tôt possible, car les conséquences sur la santé et le développement de nos enfants sont nombreuses. 

A quel âge les enfants sont-ils sujets à l’apnée du sommeil ? Quels sont les traitements pour y remédier ? Apprenons à reconnaître les signes de l’apnée du sommeil pour qu’ils puissent rapidement dormir comme des bébés !

Qu’est-ce que l’apnée du sommeil chez l’enfant ?

On parle officiellement de syndrome d’apnée obstructive du sommeil chez l’enfant, ou de son petit nom SAOS ou SAHOS. Selon la Haute Autorité de Santé, il s’agit d’épisodes anormalement fréquents au cours du sommeil, d’interruptions de la ventilation (apnées) ou de réduction significative de la ventilation (on parle alors d’hypopnées). Cela entraîne notamment une diminution du taux d’oxygène dans le sang et des micro-réveils.

Pendant le sommeil, l’air ne parvient pas à circuler librement dans les voies aériennes supérieures (nez et gorge) pour atteindre les poumons et permettre une bonne oxygénation du sang. L’enfant doit produire des efforts supplémentaires pour s’oxygéner, ce qui conduit à des réveils nocturnes fréquents. La qualité du sommeil en est affectée. Il peut également y avoir de brèves interruptions de la respiration pendant le sommeil. Celles-ci passent souvent inaperçues, surtout si l’enfant dort dans une chambre close.

Quand les enfants sont-ils concernés par l’apnée du sommeil ?

Les enfants peuvent présenter de l’apnée du sommeil de quelques mois jusqu’à 18 ans. Tous les âges sont touchés. Cependant, deux périodes semblent très propices au SAOS : de 2 à 8 ans et de 12 à 16 ans.

La majorité des enfants consultent pour l’apnée du sommeil pendant leur scolarité en maternelle et en primaire. Pendant cette tranche d’âge, les végétations et les amygdales, participant à notre immunité, grossissent en raison des fréquentes infections ORL.

Le pharynx contenant les végétations et les amygdales n’a lui pas encore assez grandi. Un conflit peut donc rapidement apparaître à cause d’un contenu trop volumineux pour le contenant. C’est le début de l’obstruction.

Les allergènes, la pollution ou le tabagisme passif viennent encore exacerber ce phénomène.

Apnée du sommeil

L’apnée du sommeil se manifeste essentiellement pendant les phases de sommeil paradoxal de l’enfant, c'est-à-dire lorsqu’il rêve. Cela arrive entre 1 et 5 heures du matin.

Pourquoi les enfants souffrent-ils d’apnée du sommeil ?

L’ensemble des mécanismes impliqués dans l’origine du SAOS chez l’enfant n’est pas encore complètement connu. Cependant, les études médicales révèlent qu’il serait la conséquence d’un rétrécissement des voies aériennes supérieures couplé à un manque de tonus des muscles du fond de la gorge.

Plusieurs facteurs de risque ont été identifiés :

  • L’hypertrophie des amygdales et/ou des végétations : on la rencontre très fréquemment lors de l’apnée du sommeil chez l’enfant. Elle peut être congénitale ou favorisée par de fréquentes infections ORL, un terrain allergène, la pollution… Les voies respiratoires se trouvent réduites.
  • La position de la langue pendant le sommeil : Une position trop en arrière et trop basse de la langue entrave la circulation de l’air vers les voies respiratoires. Elle peut être la conséquence d’un frein de langue trop court ou d’un manque de tonus musculaire.
  • Les anomalies maxillo-faciales : un palais étroit, des mâchoires supérieure et/ou inférieure peu développées sont des facteurs favorisant l’apnée du sommeil. Les enfants apnéiques ont une respiration essentiellement buccale qui peut modifier le développement du visage. Ces bouts de chou ont souvent un visage long et étroit avec un menton en retrait.
  • L’asthme
  • La prématurité : les enfants nés prématurément avant les 8 mois de gestation sont plus sujets au SAOS. Morphologiquement, ils présentent un nez et un cou étroits.
  • Un reflux gastro-œsophagien ou RGO majeur : Les enfants avec de forts RGO souffrent plus souvent d’apnée du sommeil.
  • L’obésité : Comme chez les adultes, l’obésité est un facteur de risque car elle provoque une accumulation de graisses dans le fond de la gorge.
  • Certaines maladies neuromusculaires : C’est le cas le moins fréquent. La commande de la respiration dans le cerveau fonctionne anormalement. Les muscles permettant notre respiration ne sont alors plus activés en permanence.
  • Le facteur génétique : Un enfant de parents apnéiques a plus de risques d’être concerné à son tour.

Un syndrome d’apnée du sommeil chez l’enfant peut être provoqué par un seul de ces facteurs, mais c’est généralement leur combinaison qui est en cause.

Comment suspecter l’apnée du sommeil chez mon enfant ?

Plusieurs signes doivent nous alerter pour amener notre enfant à consulter un spécialiste.

Les signes du sommeil:

En cas de doute, il ne faut pas hésiter à aller écouter le sommeil de son enfant de temps en temps. On peut ainsi repérer :

  • Des ronflements : Il n’est pas normal chez les enfants, sauf bien sûr si leur nez est bouché en période de rhume ! 7 à 12% des enfants ronflent. C’est souvent le signe nocturne le plus identifiable pour les parents. L’intensité sonore est comparable à celle du passage d’un camion. Sans ronflement, il n’y a généralement pas d’apnée du sommeil chez l’enfant. Celui-ci est provoqué par le passage de l’air lors de l’inspiration dans les voies aériennes rétrécies de l’enfant. Le ronflement n’est pas lié à la position de sommeil.
  • Une respiration difficile et bruyante : Le nez et la gorge ne permettant pas un passage optimal de l’air, l’enfant va respirer par la bouche.
  • Des mouvements anormaux de la cage thoracique lors de la respiration peuvent être visibles
  • Des efforts visibles pour respirer : les muscles du cou sont tendus, tout comme ceux du thorax. Les côtes deviennent davantage visibles.
  • Des pauses inspiratoires : D’un coup pendant quelques secondes, la respiration n’est plus audible.
  • Des micro-réveils et un sommeil agité : l’enfant n’a pas un sommeil récupérateur. Il est agité, peut faire des cauchemars et se réveiller très fréquemment.
  • Une position de sommeil typique : Pour essayer de faciliter le passage de l’air dans la gorge, l’enfant dort avec la tête en arrière et le cou en extension.

Trouble du sommeil chez l'enfant

Les signes au réveil :

  • L’énurésie : Votre enfant avait parfaitement intégré la propreté et se remet à faire pipi au lit.
  • Une transpiration importante la nuit : votre bout de chou est en sueur au réveil, les draps sont trempés.
  • La fatigue au réveil : malgré une durée de sommeil satisfaisante, votre enfant se réveille fatigué, même en vacances. Il n’a pourtant aucune difficulté pour s’endormir. Des cernes marquent son visage.
  • La soif au réveil : Lors du lever, votre enfant a la bouche pâteuse, il a soif. Ceci est la conséquence d’une respiration par la bouche pendant la nuit.
  • Des maux de tête matinaux : Ils sont présents dès le lever et peuvent durer quelques heures. L’enfant ressent une pression au niveau du crâne. Ils seraient la conséquence de l’oxygénation insuffisante du sang pendant la nuit.

Les signes dans la journée :

  • La somnolence et des siestes fréquentes : L’enfant ne dormant pas comme un loir la nuit, la fatigue s’accumule. Il a donc tendance à somnoler dans la journée, devant les dessins animés ou à l’école par exemple. Il est constamment fatigué.
  • Un comportement agressif, des changements d’humeur ou de l’hyperactivité : Ils sont la conséquence du manque de sommeil. L’enfant change progressivement, il devient agressif, irritable, hyperactif… Ces enfants sont souvent qualifiés de « difficiles ». Chez 25 à 50% des enfants souffrant d’un trouble de déficit de l’attention avec hyperactivité (TDAH), on remarque des troubles du sommeil.
  • Une cassure dans la courbe de poids : Les enfants victimes d’apnée du sommeil ont souvent un faible appétit ou une difficulté à s’alimenter. La courbe de poids progresse insuffisamment. Par contre, une apnée du sommeil majeure chez un enfant double son risque d’être obèse à l’adolescence.
  • Une difficulté à se concentrer et à la mémorisation : L’apprentissage devient ardu. A cause du manque de sommeil, ces enfants peuvent être en échec scolaire.

Comment diagnostiquer et traiter l’apnée du sommeil chez l’enfant ?

Le diagnostic :

    Si vous suspectez votre enfant de faire de l’apnée du sommeil, il est important d’en parler à son pédiatre. Ce dernier pourra vous orienter vers un ORL ou un pneumo-pédiatre spécialisé dans les troubles du sommeil. Celui-ci vous posera quelques questions pour connaître les habitudes de sommeil de votre bout de chou, avant de l’ausculter.

    Différents examens existent pour déceler l’apnée du sommeil. Celui de référence est la polysomnographie. C’est un bien long mot pour désigner une combinaison d’enregistrements pendant que votre enfant est dans les bras de Morphée : électrocardiogramme, électroencéphalogramme, données sur la respiration… Elle nécessite souvent une nuit d’hospitalisation, mais ne permet pas à elle seule le diagnostic.

    Ce dernier est difficile. On en entend peu parler, pourtant il concerne 3% des enfants. A titre de comparaison, l’asthme concerne 10% de la population pédiatrique.

    Les traitements de l’apnée du sommeil :

    Le traitement de l’apnée du sommeil dépend de la cause. Comme nous l’avons vu, les raisons peuvent être variées. Une prise en charge multidisciplinaire est donc recommandée.

    Un traitement d’orthodontie, de l’exercice en cas de surpoids ou une opération pour retirer les amygdales ou les végétations peuvent être proposés.

    Les appareillages nocturnes pour la respiration sont rarement utilisés chez les enfants.

    Vous avez désormais toutes les informations pour dormir à nouveau sur vos deux oreilles !

    L'ostéopathie : diagnostic et complémentaire aux traitements médicaux

    Il n'est pas rare que l'ostéopathe oriente le diagnostic vers l'apnée du sommeil. En complément des traitements médicaux cités plus haut, un suivi ostéopathique pour l'apnée du sommeil de votre enfant peut s'avérer efficace. L'ostéopathe pour enfant utilisera des techniques crânienne visant à la relaxation de l'enfant. Notez toutefois que l'ostéopathie ne remplace pas le suivi avec un ORL.

    Consulter un ostéopathe

    Racontez nous votre parcours thérapeutique, vos symptômes,
    et votre éventuelle expérience avec l’ostéopathie !

    Temoignages

    Votre expérience est précieuse ! Partagez-là avec notre communauté de plus de 148982 patients.

    Racontez nous votre parcours thérapeutique, vos symptômes, et votre éventuelle expérience avec l’ostéopathie !


    Actu - REFLEX OSTEO - le 1er réseau national de permanence en ostéopathie
    Votre navigateur est obsolète!

    Mettez à jour votre navigateur pour afficher correctement ce site Web. Mettre à jour maintenant

    ×