REFLEX OSTEO lance son site e-commerce La Maison des Ostéos !

Afin de vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts, nous utilisons des cookies.En continuant de naviguer sur le site, vous déclarez accepter leur utilisation. En savoir plus

Prendre votre RDV
Visiter notre boutique

Bruxisme chez l’enfant : comment l'aider à arrêter de grincer des dents ?

bruxisme enfant

Consultez un ostéopathe agréé près de chez vous.

Hero perso - REFLEX OSTEO - le 1er réseau national de permanence en ostéopathie

Si le bruxisme est bien connu chez l’adulte, la situation est bien différente pour les enfants. Nous sommes souvent pris au dépourvu quand nos petites têtes blondes en souffrent. Comment savoir si son enfant bruxe ? Quelles sont les solutions ? Faisons le point sur ce phénomène pour ne plus s’y casser les dents !

Qu’est ce que le bruxisme ?

Le bruxisme est un comportement entraînant des contractions involontaires, répétées des muscles manducateurs avec des contacts occlusaux sans rapport avec la nutrition. Ces contractions des muscles peuvent être continues, provoquant un serrement des dents, ou rythmiques. Ces dernières sont responsables de tapotements, de balancements ou du grincement des dents.

Le bruxisme peut survenir dans des phases d’éveil ou de sommeil.

Lors de l’éveil, le bruxisme se traduit le plus souvent par un serrement des mâchoires. Le grincement des dents est davantage associé au sommeil. Cependant, il se retrouve en phase d’éveil lors de maladies neurologiques.

Quelles sont les causes du bruxisme chez l’enfant ?

On distingue deux types de bruxisme selon les origines :

  • les bruxismes liés à une maladie psychiatrique ou neurologique telles que l’épilepsie, l’autisme, le syndrome de Down ou trisomie 21… Certains traitements pharmacologiques ou drogues peuvent également engendrer un bruxisme.
  • les bruxismes idiopathiques, c'est-à-dire sans cause apparente. L’origine n’est pas encore établie de manière certaine, mais les spécialistes s’accordent pour dire qu’il s’agit d’une réactivation de notre système nerveux central favorisée par l’anxiété, des troubles respiratoires ou certaines périodes de notre sommeil.

L’anxiété, le stress, la vie scolaire ou un changement familial sont des facteurs favorisant l’apparition du bruxisme. L’expression « serrer les dents » l’illustre parfaitement. Il s’agit de tenir face à une situation difficile. Le bruxisme est généralement inconscient, mais en étant attentif on arrive parfois à se corriger. Qui ne s’est pas déjà surpris la mâchoire crispée face à un stress ? Cette situation est normale occasionnellement mais ne doit pas devenir une habitude sous peine d’être problématique.

Via un fonctionnement neurologique, serrer les dents permet de « décharger son stress »
stress bruxisme enfant

Parmi les autres causes de bruxisme idiopathique, on trouve :

  • le sommeil : on repère une fréquence du bruxisme plus importante à certains moments de la nuit. Le sommeil léger, les micro-réveils ou juste avant le sommeil paradoxal sont les moments propices. Les crises de bruxisme chez l’enfant sont généralement courtes mais peuvent représenter cumulées jusqu’à 10 minutes par nuit.
  • des troubles respiratoires : une difficulté à respirer liée à une maladie, une position de la mâchoire, une hypertrophie des amygdales va provoquer une diminution de l’oxygène, source de stress pour l’organisme. L’enfant ouvre automatiquement la bouche en dormant pour faciliter la ventilation. La bouche s’assèche. Le bruxisme permet de favoriser la production de la salive.
  • les otites peuvent favoriser le bruxisme. L’enfant va chercher à positionner différemment sa mandibule pour alléger la pression douloureuse à l’intérieur de l’oreille.

Des études ont permis de démontrer que le bruxisme n’est pas causé par un problème d’occlusion. Celle-ci n’aurait qu’une répercussion minime.

Des facteurs très variés peuvent prédisposer l’apparition de ce trouble chez les enfants :

  • un enfant de parents bruxeurs a davantage de risques d’être à son tour atteint par mimétisme ou facteurs génétiques,
  • la posture de l’enfant,
  • un allaitement prolongé au-delà de la première année…

Quelles sont les particularités du bruxisme chez l’enfant ?

Le bruxisme peut débuter dès la sortie des premières incisives souvent vers l’âge de 1 an. Son incidence diminue avec l’âge et l’apparition des dents définitives. Certaines études estiment que 20,5% des enfants entre 6 et 12 ans sont atteints de bruxisme. Il s’agit donc d’un comportement assez répandu qu’il faut savoir détecter afin de le prendre en charge.

On pourrait être tenté de comparer le bruxisme de l’enfant à celui de l’adulte, alors qu’ils sont très différents. Les enfants sont en pleine croissance, les dents de lait sont encore présentes. Elles n’ont ni la même forme, ni la même constitution que celles des adultes. Les dents de lait présentent un émail plus poreux, plus fin et plus fragile. Elles s’usent donc plus rapidement lors des frottements répétés. Ceci expose l’enfant à une hypersensibilité dentaire, des infections ou des désordres de l’articulation de la mâchoire.

Comment savoir si mon enfant bruxe ?

Ce sont souvent les grincements nocturnes qui alertent la famille. Certaines sortes de bruxisme, comme le serrement des dents, sont silencieux et peuvent passer complètement inaperçus.

Quels sont donc les signes pouvant nous avertir ?

  • Les grincements ou tapotements des dents, comme évoqué plus haut. Il est important de garder la porte ouverte la nuit pour faciliter l’écoute.
  • Des maux de tête fréquents, notamment au réveil. Ils sont engendrés par une crispation importante de la mâchoire.
  • L’enfant peut rapporter des douleurs de la mâchoire, juste en avant des oreilles.
  • Un oreiller mouillé ou avec des traces de bave est le signe d’une respiration s’effectuant par la bouche. Cette dernière favorise l’apparition des cernes, des lèvres gercées et des ronflements. Les troubles ventilatoires sont une des causes possibles de bruxisme. Les enfants conversant pendant leur sommeil ou bavant sont 1,6 fois plus exposés.
  • Un état de stress ou d’anxiété.

Attention ces symptômes ne sont que des pistes pour suspecter un potentiel bruxisme. Le diagnostic n’est établi de manière certaine que par le dentiste. Il devra d’abord vous poser différentes questions permettant de mieux connaître votre enfant, réaliser un examen de l’intérieur de la bouche et du visage puis le compléter éventuellement par des examens complémentaires.

bruxisme enfant examen

L’examen permet d’observer :

  • la posture de la tête : elle est souvent antérieure chez les enfants bruxeurs,
  • des cernes, des lèvres gercées signant une respiration par la bouche,
  • la position de la mâchoire,
  • le volume des amygdales ou de la glotte pouvant gêner la respiration,
  • Le volume des muscles de la mastication : il est augmenté par sur-sollicitation en cas de bruxisme,
  • l’usure des dents par frottement des surfaces les unes contre les autres. Les dents deviennent lisses et ont des angles aigus. L’émail s’érode. Ce seul signe ne permet pas d’établir de manière certaine le diagnostic complexe du bruxisme.
  • la présence des empreintes des dents sur les côtés de la langue ou à l’intérieur des joues.

Pour aider au diagnostic, le dentiste peut recourir à des examens complémentaires :

  • les moulages dentaires pour visualiser les surfaces usées des dents,
  • la radiographie panoramique : elle permet surtout d’éliminer d’autres diagnostics,
  • des films colorés permettant de voir les surfaces de contacts dentaires,
  • l’électromyographie : elle évalue l’activité des muscles de la mastication,
  • la polysomnographie : c’est un examen compliqué à mettre en place. Il nécessite une hospitalisation de nuit. Il permet de repérer les troubles de sommeil par un ensemble de mesures : des vidéos, des mesures ventilatoires, une électromyographie des muscles de la mâchoire…

Le diagnostic du bruxisme est ardu. Le jour des examens, l’enfant peut ne pas bruxer, contrairement à son habitude, entraînant ainsi des erreurs de diagnostic.

D’autres troubles peuvent user les dents précocement : les reflux gastro-œsophagiens avec l’acidité, les troubles alimentaires comme l’anorexie ou encore l’utilisation des aérosols dans le traitement de l’asthme.

Quelles sont les solutions pour le bruxisme de mon enfant ?

La première chose à faire est de vérifier qu’il s’agit vraiment de bruxisme.

La prise en charge dépend de l’origine. Plusieurs professionnels peuvent donc intervenir, individuellement ou ensemble, pour traiter le bruxisme de votre enfant.

Prise en charge par un dentiste ou orthodontiste

Le dentiste peut proposer une gouttière afin de protéger les dents. Elle n’a aucune efficacité dans le traitement du bruxisme mais permet de limiter l’usure. Il faut rester vigilant à son emploi chez l’enfant car elle peut gêner la croissance du palais et la sortie des dents définitives.

Il peut réaliser des collages pour aider l’enfant à prendre conscience de son bruxisme. Il permettra également de surveiller l’état des dents et de la mâchoire.

L’orthodontiste peut, dans certains types de bruxismes, proposer des appareils pour intervenir sur l’écartement du palais.

Prise en charge ORL du bruxisme de l'enfant

Une consultation chez un ORL est intéressante pour les bruxismes découlant de troubles de la respiration. Il recherche la présence d’une obstruction : hypertrophie des amygdales, végétations… Si c’est le cas, une ablation peut être proposée.

prise en charge bruxisme enfant

L'ostéopathie pour le bruxisme infantile

L’ostéopathie peut également être une solution. L’ostéopathe vérifiera la mobilité des os de la face, la tension des muscles de la mâchoire, la mobilité des cervicales… Par des techniques appropriées, il permettra de relâcher les muscles contractés et d’agir sur la posture de la tête. Comme nous l’avons vu, les enfants atteints de bruxisme ont un port de tête particulier. Dans les cas de stress ou d’anxiété, votre thérapeute agira sur différentes structures comme le crâne, le ventre ou le diaphragme allégeant la sensation de « boule au ventre » et favorisant la respiration.

Dans le cas d’un bruxisme secondaire à une anxiété, les techniques de relaxation, la sophrologie ou encore une consultation avec un psychologue peuvent aider votre enfant.

Quelques conseils pour être armé jusqu’aux dents face au bruxisme

  • Interdire les chewing-gums qui entraînent des tensions musculaires. En plus, l’enfant a tendance à reproduire le mouvement la nuit.
  • Dormir à plat sans oreiller facilite le dégagement des voies respiratoires et améliore la posture.
  • Appliquer des compresses chaudes sur les mâchoires avant le coucher pour détendre les muscles.
  • Eviter les écrans en fin de journée. Si votre enfant est en âge, une sieste par jour est recommandée.
  • Masser votre enfant au niveau des masséters qui sont des muscles de la mâchoire. Ils sont situés juste en avant des oreilles. On les masse sur un rythme lent en veillant au confort de l’enfant. Les bâillements permettent aussi de relâcher cette zone.

Votre enfant est de nouveau prêt à croquer la vie à pleines dents !

bruxisme enfant solutions
Racontez nous votre parcours thérapeutique, vos symptômes,
et votre éventuelle expérience avec l’ostéopathie !

Temoignages

Votre expérience est précieuse ! Partagez-là avec notre communauté de plus de 144593 patients.

Racontez nous votre parcours thérapeutique, vos symptômes, et votre éventuelle expérience avec l’ostéopathie !


Actu - REFLEX OSTEO - le 1er réseau national de permanence en ostéopathie
Votre navigateur est obsolète!

Mettez à jour votre navigateur pour afficher correctement ce site Web. Mettre à jour maintenant

×