Afin de vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts, nous utilisons des cookies.En continuant de naviguer sur le site, vous déclarez accepter leur utilisation. En savoir plus

Périostite tibiale : l'ostéopathie évidemment !

periostite-tibiale
Votre expérience est précieuse ! Partagez-là avec 76507 patients et 778 ostéopathes.

La périostite tibiale est définie comme l’inflammation du périoste du tibia, membrane externe de l’os. Elle est plus fréquente chez le jeune sportif en début de saison sportive, notamment chez le coureur, mais aussi dans les sports collectifs où les impulsions du pied sont répétées. Le symptôme principal est la douleur qui se situe, la plupart du temps, sur la partie basse de la face interne du tibia mais qui peut s’étendre à l’os sur toute sa longueur dans les cas avancés. 

L’ostéopathe, avec sa vision globale du corps, va rechercher la cause de cette pathologie, en s’intéressant à d’autres zones que le tibia en lui-même, comme le bassin et la colonne vertébrale particulièrement. En agissant à distance, il va traiter différemment du kinésithérapeute ou du médecin mais en complémentarité.

Mieux comprendre la périostite 

Un peu d’anatomie

Le tibia est l’os porteur de la jambe. Il rentre dans la constitution des articulations du genou et de la cheville. Il est en rapport avec trois compartiments musculaires : les muscles fléchisseurs, les extenseurs et les éverseurs. Ces derniers s’insèrent sur cet os et sur le péroné et sont très sollicités lors des mouvements de la cheville. 

Le périoste entoure l’os sur lequel s’attachent ces muscles. Les auteurs W. Langer et E. Hebgen dans leur livre Manuel d’ostéopathie décrivent : « Le périoste appartient aux fascias du corps. Ils sont une partie du tissu conjonctif formant des faisceaux aplatis, ligamentaires ou capsulaires autour et avec des tissus fonctionnels afin de pouvoir séparer ces derniers entre eux et dans le même temps de les relier. »

Chacun de nos liquides vitaux coule dans des vaisseaux entourés de ces fascias. Ils divisent tout en reliant nos différentes structures anatomiques, ils permettent stabilité et mobilité, soutiennent notre posture et stockent nos émotions.

Comment apparaît la périostite tibiale ?

Il y a deux pistes de recherche :

  • le microtraumatisme qui se crée par une mauvaise propagation d’ondes de chocs de façon répétée provoque une micro-fracture du périoste, membrane richement vascularisée. La rupture des micro-vaisseaux entraîne une nécrose locale puis une réaction inflammatoire permettant le nettoyage des débris cellulaires. Cette réparation dure environ 6 semaines.
  • l’hyper-sollicitation des muscles du tibia provoque un excès de traction et donc une réaction inflammatoire au niveau de leur insertion périostée.

Comment savoir si on a une périostite ?

Le symptôme principal de la périoste tibiale est la douleur au tibia, ressentie plutôt comme une brûlure, située le plus fréquemment sur le bord interne du tibia. Elle peut se diffuser sur une zone de plusieurs centimètres. Elle apparaît à l’effort, à la palpation, et peut être bilatérale. Des tensions musculaires sont aussi présentes sur les muscles des mollets. 

Le diagnostic est clinique : le sportif désigne la zone douloureuse de son tibia et la palpation du tibia par le médecin ou le professionnel est douloureuse. Il peut être utile d’effectuer des examens complémentaires pour éliminer une fracture de fatigue où la douleur est plus localisée. Son temps de guérison est plus long que celui de la périostite tibiale.

Pourquoi j'ai mal au tibia quand je cours ?

La périostite tibiale est souvent liée aux conditions de votre pratique sportive. Certains facteurs favorisent son apparition : 

  • la qualité du terrain : les impacts du pied sur un terrain trop dur sont traumatisants, un sol trop mou fatigue les muscles fléchisseurs. Préférez les terrains meubles comme dans les forêts.
  • des chaussures inadaptées ou usées : demandez conseil à un podologue pour choisir la meilleure paire selon votre foulée (pronatrice ou supinatrice). Il vous conseillera peut-être aussi une paire de semelles s’il le juge nécessaire.
  • une mauvaise foulée : votre attaque au talon est peut-être trop forte. Allégez votre pied au lieu de marteler le sol. Votre podologue vous aidera aussi à travailler cette foulée.
periostite-pied-douleur
  • une reprise sportive trop rapide, un échauffement insuffisant, un surentraînement : votre corps doit se préparer à l’effort de façon progressive et a besoin de repos !
  • une mauvaise alimentation et/ou hydratation : favorisez les aliments alcalinisants (tous les fruits et légumes) et réduisez les aliments acidifiants (produits animaux, sucreries). Ne négligez pas l’hydratation, notre corps est composé à environ 65% d’eau. 
  • des pertes de mobilité articulaire : causées par des troubles posturaux ; des défauts anatomiques comme une différence de longueur de membre inférieur, des pieds plats,  des blessures anciennes… 

Comment soigner une périostite tibiale ?

En parallèle du repos sportif, consultez d'abord un ostéopathe pour agir sur les causes de cette inflammation et un kinésithérapeute pour une rééducation (plusieurs séances).

La prise en charge par le kinésithérapeute consiste, selon le degré d’atteinte, en l’utilisation de l’électrothérapie, d’ondes de choc, de massages, de cryothérapie, d’étirements, de renforcements progressifs, de travail proprioceptif.

L’huile essentielle de gaulthérie couchée, anti-douleur et anti-inflammatoire, est indiquée dans cette pathologie : appliquez en massage quelques gouttes dans une cuillère à soupe d’huile végétale (d’amande douce ou d’olive). 

Dans certains cas récidivants et chroniques, la chirurgie peut être envisagée pour un nettoyage osseux mais reste exceptionnelle.

Le meilleur traitement est la prévention, un des rôles de l’ostéopathie. Le traitement ostéopathique consiste à identifier et corriger toutes les dysfonctions articulaires, qu’elles soient locales ou régionales. Via les fascias et en raison de leur inter relation les uns entre les autres dans tout l’organisme, les pertes de mobilité articulaire créent des tensions des structures anatomiques et des troubles posturaux à distance de la zone douloureuse. 

L’ostéopathie pour traiter la périostite

L’objectif de l’ostéopathe est à la fois préventif et curatif : soulager la douleur et retrouver la cause pour éviter les récidives. Il débute par un interrogatoire où il s’intéresse à l’histoire de son patient et non pas seulement à son tibia douloureux : 

  • les circonstances de la survenue de la périostite,
  • les antécédents médicaux (traitements passés et en cours, problèmes de santé), traumatiques (entorses, fractures, accidents), chirurgicaux (opérations, présence de cicatrices),
  • ses habitudes de vie (stress, alimentation, environnement émotionnel)

Il testera et traitera donc toutes les zones qui peuvent être à l’origine d’un excès de contraintes sur le tibia : le bassin, la colonne vertébrale, les genoux, les chevilles. Il peut être amené aussi à corriger des tensions au niveau des viscères. Il relancera la circulation sanguine, il corrigera les déficits de mobilité au moyen de techniques de mobilisation articulaire, de relâchement musculaire, de relâchement fascial. 

osteopathe pour soigner la périostite

L’approche fasciale sur le tibia, la cheville, le genou, le bassin est intéressante pour stimuler l’apport sanguin au niveau de leurs fascias, augmenter leur élasticité et leur permettre une meilleure adaptation aux contraintes d’effort. Il s’agit de techniques douces agissant en profondeur dans les tissus. Le nombre de séances et le temps de guérison dépend du stade de la périostite et de la participation du patient.

Si la périostite persiste au-delà de plusieurs semaines, l’association avec un podologue/posturologue est intéressante afin de corriger votre posture, de retravailler votre foulée, de vous aider à choisir les bonnes chaussures de sport.

Quelques conseils de votre ostéopathe pour soulager votre périostite tibiale

  • L’application de glaçons entourés d’un linge humide réduit la douleur et l’inflammation. A effectuer jusqu’à 3 fois dans la journée pendant 10-15 minutes.
  • L’automassage est possible sur les mollets et le tibia pendant 30 secondes à 1 minute pour diminuer les tensions. Mais ne forcez pas, cela ne doit pas être trop douloureux.
  • Pensez au traitement homéopathique qui est un très bon complément : Arnica montana 5 ch / Symphytum 5 ch / Ruta graveolens 5 chA prendre dès l’apparition de la douleur, 3 granules de chaque tube 3 fois par jour, à distance des repas pendant au moins un mois, et à espacer dès amélioration.
homéopathie et périostite
  • L’ostéopathie ayant un rôle préventif, pensez à venir consulter même si vous ne ressentez pas forcément de douleur ou de gêne importante que ce soit sur votre membre inférieur ou sur votre dos. Nous subissons toute notre vie des traumatismes qu’ils soient physiques, psychologiques ou métaboliques. Le corps est capable de s’adapter lorsqu’il y a une tension ou une dysfonction de mobilité (ce que nous ne ressentons pas), mais si ces dernières sont trop nombreuses, la douleur apparaît. Votre corps n’est alors plus capable de cette autoguérison, surtout si cette douleur devient chronique. La prévention ostéopathique (2 séances par an) permet donc à l’organisme de conserver une mobilité physiologique, de garder son équilibre, et sa capacité d’autoguérison.

Quel étirement faire pour ma périostite tibiale ? 

Ne négligez pas les étirements du tibial antérieur, des mollets et du tendon d’Achille afin d’améliorer leur élasticité et diminuer ainsi le risque de blessure. Préférez les étirements dynamiques avant l’effort et les étirements passifs à distance de l’effort.

Attention aux étirements statiques juste après l’effort : le muscle a besoin d’oxygène pour récupérer. Or, pendant l’étirement, le muscle en est privé. Il vaut mieux marcher pour éviter d’éventuelles blessures.


osteopathe à Paris

Article écrit par Delphine COURTY ENFER

Votre expérience est précieuse ! Partagez-là avec 76507 patients et 778 ostéopathes.
Racontez nous votre parcours thérapeutique, vos symptômes,
et votre éventuelle expérience avec l’ostéopathie !
Le site reflexosteo.com propose gratuitement un service de diffusion de témoignages personnels dans le domaine de l’ostéopathie et la santé. Le contenu des témoignages est sous votre responsabilité. Cet espace n’est pas un moyen d’obtenir un diagnostic médical ni d’obtenir un RDV avec un ostéopathe. Cliquez ici pour obtenir un RDV avec un ostéopathe proche de chez vous.

Retrouvez tous nos articles sur le thème "SPORTIF"

Traitement de la pubalgie avec un osteopathe du sport

Traitement de la pubalgie

Temoignages

Votre expérience est précieuse ! Partagez-là avec notre communauté de plus de 76507 patients.

Racontez nous votre parcours thérapeutique, vos symptômes, et votre éventuelle expérience avec l’ostéopathie !


Actu - REFLEX OSTEO - le 1er réseau national de permanence en ostéopathie
Votre navigateur est obsolète!

Mettez à jour votre navigateur pour afficher correctement ce site Web. Mettre à jour maintenant

×