Afin de vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts, nous utilisons des cookies.En continuant de naviguer sur le site, vous déclarez accepter leur utilisation. En savoir plus

Ostéopathie et séniors

Tout au long de notre vie, nous accumulons au fil de notre parcours, un certain nombre de traumatismes plus ou moins importants, pouvant être de nature physique (accident, maladie…) ou psychologique (un divorce, la perte d’un proche, le stresse professionnel...) et qui dans les deux cas laisseront une trace plus ou moins marquée sur notre corps et dans notre structure. 

Le corps humain est néanmoins capable de s’adapter à beaucoup de situation et sait retrouver un équilibre, même si de grandes contraintes le restreignent. 

Mais avec les années, quand l’âge avance et sous le poids des traumatismes passés non gérés, le corps peut perdre sa faculté d’adaptation et commencer à compenser. De là apparaissent les douleurs et les problèmes de santé pouvant mener les personnes âgées à perdre la mobilité de leur corps et leur autonomie.

L'ostéopathe permet un traitement complémentaire de nombreuses problématiques rencontrées par les séniors. Avec une population vieillissante, la question de la dépendance des personnes âgées est un enjeu sociétaire. L'ostéopathe y apportera sa contribution précieuse. 
Capture d ecran 2018 10 19 a 10
Capture d ecran 2018 10 19 a 10


La réalité à laquelle font face les séniors

Les personnes âgées font face à un monde en rapide évolution qu’ils ont souvent du mal a comprendre, et qui a du mal a les comprendre. Ajoutons a cela que leur nombre est de plus en plus élevé, et l’espérance de vie s’allongeant, le nombre de pathologies par personne grimpe aussi, et les hôpitaux peinent a accorder a chaque patient le temps nécessaire. Ceci conduit a des dérives ou certaines personnes sont envoyées de service en service, ou d’un spécialiste a un autre, sans que de réelles solutions leur soit vraiment apporté. Dans cette machinerie médicale, les patients en viennent a se désapproprier leur corps, convaincus qu’ils ne peuvent rien a leur situation.

La somme de nos stresses et traumatismes psychiques se somatisent dans notre corps au travers de tentions dans nos muscles menant à la modification de notre posture : « ce n’est pas la gravité qui nous tasse au sol, mais c’est notre pétrification par les tension de nos propres muscles » (GDS). Toutes ces contraintes gênent le corps dans son fonctionnement normal, et c’est en partie ce qui fait qu’une personne peut développer des problèmes chroniques, d’origine articulaire, mais aussi digestive, maux de têtes, troubles du sommeil, de l’appétit, etc.

Ainsi, la perte d’autonomie physique, a laquelle s’ajoute le manque de repère dans notre nouvelle société et le sentiment de vulnérabilité qui en découle, conduisent la personne a l’isolement sociale.

L'ostéopathie pour les séniors

Face à tous ces problèmes, l’ostéopathe peut agir de multiples façons :

  • En travaillant la structure, il pourra rendre la mobilité nécessaire au patient pour retrouver son autonomie dans les taches de la vie quotidienne.
  • Par une action proprioceptive, l’ostéopathe peut aider le patient à se réapproprier son corps, et récupérer un meilleur contrôle de son appareil locomoteur et un meilleur équilibre.
  • Par un travail sur les émonctoires, l’ostéopathe pourra aider le patient à se détoxifier, à mieux supporter un traitement médicamenteux et à en éliminer les substances.
  • Aux suites d’une chirurgie ou d’une chute, l’ostéopathe peux aider le patient à avoir une meilleure récupération.
  • Par un travail sur les membranes, il pourra aider les patients à retrouver un meilleur sommeil.


Prenons comme exemple les problèmes les plus retrouvées chez les personnes âgées :

  • Diabète : il s’agit d’un dérèglement hormonal aboutissant à une mauvaise gestion de la glycémie. Par une action viscérale (notamment sur le pancréas) et crânienne (ou se trouve le centre hypothalamo-hypophysaire, chef d’orchestre de notre activité hormonale) l’ostéopathe pourra aider le corps a mieux gérer son équilibre hormonal.
  • Insuffisance rénale : les reins filtrent environ 1 litre de sang par minute. Si l’irrigation sanguine d’un rein (ou des deux) est gênée et qu’il reçoit moins bien le sang artériel, il ne pourra pas accomplir correctement son travail de filtration. Le sans moins bien renouvelé pourras être source de multiples problèmes au sein de l’organisme. En rééquilibrant la structure et en libérant la libre circulation du sang vers ou en provenance du rein, l’ostéopathe pourra soulager un rein fatigué, et redonner de la santé a son patient.
  • Pose d’une prothèse de hanche : a la suite d’une telle opération, tous les os, ligaments et membranes de la zone ont été brutalisés, voire modifiés (découpés et recousus). On retrouvera des adhérences cicatricielles, et la forme de l’articulation ayant été altérée, une nouvelle biomécanique de la hanche doit se mettre en place. Ces éléments anatomiques lésés et stressés doivent donc en plus s’adapter a un nouveau mode de fonctionnement, et ce après une immobilisation plus ou moins importante. L’ostéopathe pourra alors détendre ces muscles, travailler les fibroses des muscles et ligaments, ainsi qu’aider le corps a « recalculer » le bon mouvement de la hanche, diminuant le retentissement fonctionnel de l’opération.
  • Infarctus du myocarde : c’est ici un problème résultant d’un défaut dans l’apport de sang artériel au cœur passant par les artères coronaires (bouchon de cholestérol, cage thoracique sous pression, artère compressée… les facteurs sont nombreux). En libérant la colonne vertébrale, les cotes, les clavicules et le sternum, l’ostéopathe permettra un meilleur mouvement du diaphragme (qui gère les pressions abdominale et thoracique) et améliorera la circulation sanguine dans cette zone, diminuant les risques d’infarctus. ATTENTION : les signes d’infarctus peuvent varier en fonction du sexe et l’âge de la personne, si vous suspectez un infarctus, rendez vous directement chez vote médecin.
  • Arthrose : elle résulte d’une mauvaise distribution de la pression sur les surface d’une articulation, résultant a une usure précoce des cartilages. En rééquilibrant les contraintes musculaires et ligamentaires autour d’une articulation, et en rendant une meilleure irrigation sanguine aux cartilages endommagés, l’ostéopathe pourra aider à diminuer les symptômes douloureux, et sur le moyen/long terme, récupérer une bonne physiologie articulaire si le problème est pris suffisamment tôt.
  • Polyarthrite rhumatoïde : c’est une maladie auto-immune induisant une inflammation et un gonflement des articulations par surproduction de lubrifiant articulaire. Par une action sur la structure, l’ostéopathe permettra une meilleure gestion de ses liquides par les articulations et aidera à les faire dégonfler lors des crises. Les maladies auto-immunes sont de plus en plus attribuées aux déséquilibres du microbiote intestinal (c'est-à-dire sa flore bactérienne), et un ostéopathe, par un travail viscéral, pourra préparer le système digestif à un réensemencement de sa flore, et potentialiser la réussite du traitement.
  • Cancer : lorsqu’une tumeur grossit, elle compresse les tissus situés directement autour d’elle. Les cellules saines se retrouvant sous pression recevant moins bien les substances nutritives vont avoir tendance a se transformer en cellules cancéreuses, entrainant le grossissement de la tumeur. On appelle ce phénomène la mécanotransduction. L’ostéopathe étant capable de relâcher les tensions des tissus en agissant sur la structure, il est un atout de plus en plus reconnu dans le traitement de nombreux cancers, permettant d’endiguer la progression des tumeurs, potentialiser le traitement en libérant les artères irrigants la zones, amenant ainsi plus efficacement les cellules du système immunitaire et les substances curatives sur la zone atteinte. Cela permet des thérapies moins lourdes, plus efficaces, et des récupérations plus rapides.

Mais si l’ostéopathie est un bon outil dans le traitement et la récupération, elle est avant tout une médecine préventive. En effet, un suivi régulier par un ostéopathe compétent permettra d’anticiper et de retarder, voir même éviter l’apparition de certains problèmes de santé liés au vieillissement. Elle sera aussi d’une grande aide dans l’accompagnement de maladies chroniques telles que l’asthme, les maladies cardiovasculaires, les troubles digestifs, certains cancers et maladies neuro-dégénératives.

Ajoutons que s’il est utile de travailler le corps, un travail sur l’esprit est souvent nécessaire pour les patients voulant aller plus loin dans l’amélioration de leur condition de santé car les deux sont indissociables. Il est en effet très bénéfique de faire un travail sur le psychique avec un thérapeute approprié, en parallèle d’un suivi ostéopathique.

Se réapproprier son corps : l’importance du toucher

Un des gestes social les plus indispensable à notre sentiment d’acceptation dans la société est le contacte physique. Les personnes âgées isolées ou non, sont des personnes recevant très peut d’attention physique et de gestes d’affection. Ce facteur contribue à leur sentiment d’isolement, et même si l’on reconnait de mieux en mieux le rôle du toucher dans nos rapports sociaux, et leur importance pour notre bonne santé émotionnelle, les personnes âgées continuent de souffrir du manque de contact physique.

L’ostéopathe travaillant avec ses mains, et ce de façon la moins invasive possible, apporte une attention palpatoire réelle à l’état physique de son patient, et ce simple fait constitue une des forces du traitement ostéopathique. A travers ce contact physique direct, il est donné au patient de ressentir son corps, d’identifier des sensations, et de se reconnecter a ce corps souvent délaissé. Ceci aide les patients à se réapproprier leur corps et ainsi a se sentir mieux concerné et attentif à leur état de santé.


Ostéopathie et soins palliatifs

Pour les patients en fin de vie se trouvant en soins palliatifs, souvent atteins de pathologies lourdes, l’ostéopathe peut intervenir pour le confort du patient. Par un travail spécifique, il pour l’aider à soulager de certaines douleurs permettant ainsi de diminuer les médicaments.  Ces patients étant le plus souvent immobiles, voir allongés, l’ostéopathe pourra, par un travail doux de mobilisation du corps, permettre aux liquides du circuler et ainsi éviter des problèmes de stase tels que les escarres, tout en permettant à la circulation sanguine de mieux acheminer les médicaments prescrits. C’est aussi ici que le toucher a toute son importance pour ces patients sous surveillance médicale constante se trouvant de se fait dans un isolement accru. L’ostéopathe étant un praticien qui prend le temps d’établir un réel diagnostique en interrogeant l’individu, son histoire et son corps, il accorde à son patient une attention humaine souvent absente dans les structures hospitalières. La personne retrouve son statut d’humain, et non de malade ou de mourant, et au travers les mains de l’ostéopathe, pourra sentir la vie dans son corps et obtenir la chaleur de l’attention humaine, si importante à la construction d’une alliance thérapeutique d’accompagnement en fin de vie.