REFLEX OSTEO lance son site e-commerce La Maison des Ostéos !

Afin de vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts, nous utilisons des cookies.En continuant de naviguer sur le site, vous déclarez accepter leur utilisation. En savoir plus

Prendre votre RDV
Visiter notre boutique

Le tassement vertébral : comprendre et prévenir cette fracture vertébrale

fracture tassement vertébral

Consultez un ostéopathe agréé près de chez vous.

Hero perso - REFLEX OSTEO - le 1er réseau national de permanence en ostéopathie

Le tassement vertébral, que l’on nomme parfois « fracture vertébrale », est une atteinte de la trame osseuse au niveau de la colonne vertébrale. S’il ne s’exprime en général que par une douleur dans le dos, il peut avoir de lourdes conséquences lorsqu’il n’est pas pris en charge correctement. Quelles zones touche-t-il exactement, et quels en sont les facteurs de risque ? Quels traitements et quelles préventions sont possibles ? Cet article vous explique tout afin que vous puissiez œuvrer pour votre santé !

Un tassement vertébral, qu’est-ce que c’est ?

Les vertèbres sont composées de plusieurs parties :

  • Le corps vertébral, qui repose sur les disques intervertébraux et est au centre de la colonne ;
  • Un canal dans lequel passe la moelle épinière ;
  • Et trois processus osseux (les apophyses), une à l’arrière et deux sur les côtés, sur lesquelles s’insèrent les muscles.

Le tassement vertébral est une fracture au niveau du corps d’une vertèbre, soit la partie la plus volumineuse et centrale. Il est plus fréquent au niveau des dorsales et des lombaires et ne touche que rarement les cervicales. Si elle n’est pas la fracture avec la plus grande gravité immédiate, il est tout de même important qu’elle soit prise en charge pour évaluer le traitement le plus approprié.

Comment survient un tassement vertébral ?

Les facteurs de risques

Il existe plusieurs causes et facteurs qui augmentent les risques de tassement.

La plus courante est l’ostéoporose : il s’agit d’une maladie qui touche l’entièreté du squelette et qui fragilise la trame osseuse. En effet, elle induit une déminéralisation des os, qui perdent plusieurs minéraux (calcium et phosphore, principalement). Les os sont donc plus fragiles et plus susceptibles au risque de fracture. L’ostéoporose touche majoritairement les personnes de plus de 65 ans, et notamment les femmes.

Plusieurs autres facteurs de risques peuvent être à identifier :

  • Un âge élevé supérieur à 65 ans ;
  • La ménopause, qui joue sur l’équilibre hormonal, ainsi que de façon générale les déficits en œstrogènes ;
  • La prise d’un traitement aux corticoïdes ; 
  • Un déficit en calcium, en vitamine D ou en phosphore ;
  • Une faible masse corporelle ;
  • La sédentarité ;
  • Une insuffisance rénale chronique.

Les mécanismes d’apparition d’un tassement vertébral

La fracture vertébrale peut être causée par deux modes d’apparition principaux. Elle peut être causée par un traumatisme brutal, le plus souvent indirect, lorsqu’elle survient sur un rachis « solide » : une chute sur les fesses, par exemple. Cependant, sur un squelette plus fragile, elle peut être déclenchée par de faibles efforts : un port de charge, un effort de toux, en se relevant d’une chaise voire de façon spontanée.

Comment se manifeste un tassement vertébral ?

Les symptômes de la fracture vertébrale

Le tassement vertébral se manifeste principalement par une douleur au niveau de la vertèbre fracturée. Elle peut aussi irradier dans les muscles et plus rarement donner des douleurs au niveau d’autres vertèbres. Du fait du trait de fracture, la vertèbre est aussi moins haute (d’où le terme de « tassement »). La douleur peut être augmentée lors du mouvement ou dans les efforts de poussée et de pression comme la toux. Occasionnellement, cela peut entraîner un trouble postural de la colonne vertébrale qui sera plus cyphosée (courbée vers l’avant) au niveau thoracique ou plus lordosée (cambrée) au niveau des lombaires. À cause de la douleur mais aussi du mauvais positionnement de la vertèbre, on peut aussi avoir plus de mal à se redresser et à marcher.

Les tassements vertébraux n’entraînent en règle générale pas de conséquence sur la moelle épinière.

En revanche, du fait des contraintes musculaires sur le bassin si la fracture a lieu au niveau lombaire, une sciatique ou une cruralgie peut se déclencher.

Quelles conséquences ?

Si le tassement n’est pas pris en charge, et parfois même lorsqu’il l’est, la douleur dans le dos peut se révéler persistante. Nous vous expliquons ci-dessous quelles options thérapeutiques s’offrent à vous pour y remédier.

Dans le cas des fractures ostéoporotiques, si elles ne sont pas prises en charge et qu’elles se succèdent, une cascade fracturaire peut apparaître : la colonne est de plus en plus penchée vers l’avant à cause de la perte de hauteur des vertèbres tassées. Les douleurs et les traitements nécessaires en deviennent d’autant plus lourds. Il est donc important d’être rapidement pris en charge pour éviter cette complication.

tassement vertébral diagnostic

Le diagnostic

Après constatation de ces signes, votre médecin traitant vous orientera vers des examens complémentaires pour vérifier si la fracture est bien avérée et son emplacement exact.

L’examen qui est le plus souvent proposé est la radiographie, qui est réalisée debout. Cette imagerie permet une bonne visualisation du squelette et du trait de fracture. Elle permet également de rechercher si une scoliose ou un spondylolisthésis (glissement de la vertèbre en avant) ont été associés.

Le scanner peut également être utilisé pour préciser l’emplacement du tassement selon certaines angulations avant de choisir un traitement.

En complément, une imagerie par résonnance magnétique (IRM) peut aussi être prescrite pour évaluer les répercussions sur les structures alentours : les disques intervertébraux, les nerfs, les ligaments ; ou rechercher un œdème au niveau de l’os.

Enfin, si l’ostéoporose est suspectée mais n’est pas encore diagnostiquée, vous pouvez être orienté(e) vers un bilan d’ostéodensitométrie osseuse. Il s’agit d’un examen destiné à mesurer la densité minérale des os, à l’aide de rayon X : il est indolore et rapide. La mesure se fait le plus souvent sur la colonne vertébrale et le col du fémur. Il permet donc de quantifier la déminéralisation des os, si elle est bel et bien présente, et d’évaluer le risque de récidive de fractures.

Quels traitements pour un tassement vertébral ?

Plusieurs types de traitements sont possibles et le choix sera fait en prenant en compte plusieurs facteurs comme :

  • L’âge du patient et son état global ;
  • L’emplacement du ou des tassements ainsi que leur(s) nombre(s) ;
  • La douleur et son impact dans la vie quotidienne ;
  • Les activités professionnelles et personnelles à prendre en compte (qui peuvent rendre impossible une immobilisation totale).

Les traitements conservateurs

Pour un tassement de faible gravité n’ayant qu’un impact minime, un traitement dit « conservateur » sera privilégié. Il se concentre sur la prise en charge des symptômes le temps que le trait de fracture se consolide :

  • Des médicaments antalgiques pour la douleur (non-stéroïdiens pour les personnes âgées et ostéoporotiques) ;
  • En complément, on peut recommander de la balnéothérapie pour diminuer le mal de dos ;
  • Une contention pour maintenir le rachis et lutter contre la déformation : le plus souvent, il s’agit d’une ceinture lombaire, bien qu’on puisse parfois prescrire un corset d’immobilisation ;
  • Après la consolidation de la fracture, une rééducation en kinésithérapie et une prise en charge en ostéopathie pour permettre de rééquilibrer la colonne.
traitements fracture tassement vertébral

Les traitements chirurgicaux

Dans des cas plus graves, notamment si les fractures sont multiples et que les risques de récidives sont élevés, des traitements chirurgicaux peuvent être indiqués. Ils visent à consolider le corps de la vertèbre. Il en existe plusieurs :

  • La vertébroplastie ou cimentoplastie : le trait de fracture est stabilisé à l’aide de ciment spécial biocompatible.
  • La kyphoplasie ou cyphoplastie : sur le même principe, le tassement est renforcé avec un ciment acrylique, en ayant au préalable utilisé un ballon pour redonner à la vertèbre sa conformation d’origine.
  • La pose de vis ou d’implants : elle est plus rare et en général utilisée dans les cas de fracture traumatiques.

L’apport de l’ostéopathie

L’ostéopathie trouve sa place dans la prise en charge du tassement vertébral une fois que le trait de fracture est de nouveau solide. En effet, il est contre-indiqué de manipuler la zone tant qu’elle ne s’est pas réparée, sous risque d’aggraver la déformation. Par la suite, l’ostéopathe travaillera sur la zone qui a été lésée ainsi que sur l’ensemble de la colonne vertébrale afin de diminuer les blocages qui ont pu être causés par la fracture et les diverses adaptations mises en place pour pallier à la douleur et au manque de mobilité. Ainsi, elle favorisa une meilleure rééducation.

De plus, en rééquilibrant les tensions exercées sur l’ensemble des muscles, l’ostéopathe permet de diminuer les douleurs résiduelles. Dans les cas de chirurgie, l’ostéopathe travaille également sur la cicatrice pour éviter les séquelles post-opératoire et les adhérences de fibrose.

Mais ce n’est pas tout !

L'ostéopathe joue aussi un rôle dans la prévention de la récidive.

En effet, plus les contraintes qui s’exercent sur une vertèbre, qui plus est déjà fragilisée, sont fortes et chroniques, plus elle a de risque de céder lors d’un effort. Ainsi, l’ostéopathe identifie les causes de tensions, qui peuvent être mécaniques, viscérales, ou même d’origine ancienne liées à des antécédents, et corrige ces problématiques pour épargner la zone.

ostéopathie tassement vertébral

Des conseils pour prévenir l’apparition de fractures tassements

Une bonne hygiène de vie est indispensable pour limiter l’apparition des fractures tassements ! Voici quelques bonnes habitudes à prendre si vous présentez d’ores et déjà des facteurs de risque à ces fractures :

  • Diminuer voire arrêter l’alcool, le tabac et la caféine.
  • Pratiquer une activité physique et sportive régulière pour entretenir le bon fonctionnement du système musculo-squelettique.
  • Prendre en charge de façon médicale et médicamenteuse l’ostéoporose lorsqu’elle est présente.
  • Adopter un régime alimentaire équilibré pour diminuer les risques de carences en minéraux.
  • Opter pour une supplémentation en vitamine D pour une bonne fixation du calcium sur les os.
  • Consulter votre ostéopathe régulièrement pour un bilan préventif.
Racontez nous votre parcours thérapeutique, vos symptômes,
et votre éventuelle expérience avec l’ostéopathie !

Temoignages

Votre expérience est précieuse ! Partagez-là avec notre communauté de plus de 115114 patients.

Racontez nous votre parcours thérapeutique, vos symptômes, et votre éventuelle expérience avec l’ostéopathie !


Actu - REFLEX OSTEO - le 1er réseau national de permanence en ostéopathie

Retrouvez tous nos articles sur le thème "MAL DE DOS"

Soulager son mal de dos en voiture

Mal au dos en voiture ?

Mal au dos à droite

Mal au dos à droite

Pourquoi j'ai mal au dos ?

Pourquoi souffre-t-on du dos ?

Mal de dos et gainage

Mal au dos la nuit

Douleur au dos la nuit

Votre navigateur est obsolète!

Mettez à jour votre navigateur pour afficher correctement ce site Web. Mettre à jour maintenant

×