Afin de vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts, nous utilisons des cookies.En continuant de naviguer sur le site, vous déclarez accepter leur utilisation. En savoir plus

Entorse de Chopart : Si ce n’était finalement pas une entorse de la cheville ?

entorse du pied chopart

Consultez un ostéopathe agréé près de chez vous.

Hero perso - REFLEX OSTEO - le 1er réseau national de permanence en ostéopathie

Si les entorses de la cheville sont très fréquentes avec 6000 consultations aux urgences par jour, l’entorse de Chopart est plus rare et méconnue. Pourtant, son incidence atteint jusqu’à un tiers des traumatismes du pied et de la cheville.

Son diagnostic est difficile. Elle est d’ailleurs souvent confondue avec une entorse de la cheville. Pourtant, son traitement doit être spécifique pour éviter de développer de l’arthrose du pied. Qu’est-ce qu’une entorse de Chopart ? Comment la repérer et la soigner ? Mettons-nous tout de suite à pied d’œuvre !

Mieux connaître le pied

Pour nos premiers pas dans cet article, débutons par un rappel de l’anatomie de notre pied.

Comme pour la main, le pied réunit de nombreux os. Notre attention va se porter particulièrement sur ceux réunis par l’articulation de Chopart ou médiotarsienne.

Ainsi, en arrière de cette articulation, se trouve le tarse postérieur ou arrière-pied formé par le talus et le calcanénum (os du talon). En avant, on trouve le médio-pied formé par les 5 os du tarse antérieur : le naviculaire, le cuboïde et les trois os cunéiformes.

articulation de Chopart et entorse

Maintenant que vous êtes paré pour le scrabble, abordons l’articulation médio-tarsienne. Comme vous pouvez le voir sur le schéma, elle réunit 4 os. On pourrait diviser cette articulation en deux : une sur le versant interne entre le naviculaire et le talus ; et une autre, à l’extérieur, entre le calcanéum et le cuboïde.

Ces articulations ont un rôle fonctionnel primordial pour la mobilité et la stabilité du pied. Lors du déroulé de la marche, elles jouent le rôle d’amortisseur et permettent d’adapter le pied aux irrégularités du terrain.

La stabilité de l’articulation de Chopart dépend de nombreux ligaments qui réunissent les os entre eux. L’articulation calcanéo-cuboïdienne est ainsi stabilisée par 4 ligaments tandis que l’articulation talo-naviculaire en compte 3.

Qu’est-ce qu’une entorse de Chopart ?

Comme toutes les entorses, il s’agit d’une lésion d’un ou de plusieurs ligaments de l’articulation de Chopart.

L’atteinte ligamentaire est classée en différentes catégories :

  • entorse bénigne : les ligaments ont été excessivement étirés
  • entorse de moyenne gravité : les ligaments sont partiellement rompus ou arrachés.
  • entorse grave : les ligaments sont totalement rompus ou arrachés de l’os. Elles représentent 70% des entorses médio-tarsiennes.

Lors de chocs importants, des lésions osseuses du tarse peuvent compléter l’entorse.

Comment se fait-on une entorse du médio-pied ?

Les circonstances d’apparition sont identiques à celles de l’entorse de la cheville, ce qui augmente la confusion entre les deux lésions. Ces deux lésions peuvent même coexister dans près de 23% des cas.

On dit souvent s’être « tordu » le pied.

Pour mieux comprendre, voyons plus en détail ce qui se passe lors du choc.

L’entorse de Chopart survient le plus souvent lors d’un traumatisme dit en inversion (75 % des cas). 22% seront provoqués par une hyperflexion plantaire.

Lors du mouvement d’inversion, il y a une flexion plantaire (pied en position de pointe) et la plante de pied est orientée vers l’intérieur.

C’est le cas typique de la « marche manquée » dans les escaliers, surtout si vous êtes en talons hauts. Mais cela survient également pendant le sport : frappe contrée au football, mauvaise réception de saut, une pierre qui roule en randonnée…

entorse du pied

Comme on peut le voir sur l’image ci-dessus, lors de l’inversion, l’extérieur du pied subit un étirement important alors que l’intérieur subira une force de compression. Cela entraîne des lésions ligamentaires sur l’extérieur de l’articulation du médio-pied.

Près de 75% des entorses de Chopart concernent le médio-pied latéral. Les ligaments reliant le calcanéum (os du talon) et le cuboïde sont donc les plus atteints, tout comme ceux du dos du pied.

Les lésions ligamentaires de l’intérieur de l’articulation médio-tarsienne sont plus rares. Elles surviennent lors d’une éversion. La plante de pied s’oriente vers l’extérieur et une flexion dorsale s’ajoute. Dans ce cas, l’intérieur du pied sera étiré excessivement lésant les ligaments. L’extérieur du pied encaissera une compression importante entraînant parfois des lésions osseuses du cuboïde.

Comment savoir si on a une entorse de Chopart ?

Les signes et symptômes d’une entorse du médio-pied

C’est là toute la difficulté de l’entorse du médio-pied ; ses signes et symptômes ne sont pas spécifiques. Ils ressemblent énormément à ceux de l’entorse de la cheville en raison de la proximité entre les ligaments de ces deux articulations. De plus, ces deux atteintes peuvent être associées.

On retrouve donc :

  • un craquement lors du traumatisme : 58% des patients le ressentent.
  • une douleur : la marche est douloureuse ou parfois même impossible.
  • un œdème du pied : il est souvent localisé sur le dos du pied mais peut s’étendre au-delà de la malléole externe.
  • une ecchymose peut également apparaître sur le cou de pied.

L’examen clinique :

Toute douleur latérale persistante après une supposée entorse de la cheville doit faire rechercher une entorse du médio-pied.

Lors de son auscultation, le médecin va palper attentivement tous les reliefs osseux du pied et les zones d’insertions ligamentaires. Lors d’une entorse du médio-pied, on retrouve souvent une sensibilité du cou de pied. Si elle n’est pas associée à une entorse de la cheville, la région autour de la malléole externe sera indolore.

Le médecin viendra ensuite réaliser quelques tests de l’articulation médio-tarsienne. Pour cela, il maintient fermement le talon, ce qui immobilise l’articulation de la cheville, puis oriente l’avant du pied dans différentes directions. L’articulation de Chopart est alors contrainte, ce qui reproduit une douleur.

En raison de l’intensité de la douleur, il est parfois ardu de réaliser une auscultation précise dans les trois premiers jours de l’entorse. Il vaut mieux alors reporter ces tests quelques jours après le traumatisme.

Les examens complémentaires

Le premier examen réalisé est une radiographie. Elle permet de rechercher une fracture ou une luxation d’un des os du pied. Les médecins la prescrivent très facilement si des zones sont douloureuses à la palpation, qu’il est impossible de réaliser plus de 4 pas ou si le patient est un enfant ou une personne de plus de 55 ans. Les ligaments ne sont pas visibles à la radiographie, mais le médecin recherchera des signes indirects comme des fragments osseux par arrachement ligamentaire. Ces fragments étant souvent de petite taille, ils ne sont pas toujours visibles. 20 à 41% des entorses médio-tarsiennes ne sont pas reconnues à la radiographie.

L’échographie est encore peu utilisée pour le diagnostic du médio-pied. Elle permet pourtant de visualiser tous les ligaments de la face dorsale du pied.

Le scanner et l’IRM permettent de compléter le bilan lorsqu’il y a un doute diagnostic ou que les entorses sont sévères. Leurs interprétations sont délicates et demandent de l’expérience. Une étude médicale en 2018 montre que 83% des entorses du médio-pied ne sont pas diagnostiquées à l’IRM.

Comment soigner une entorse du médio-pied ?

Le diagnostic de l’entorse de Chopart n’est donc pas aisé. Il est pourtant déterminant pour permettre un traitement adapté et une meilleure récupération. En effet, cette entorse peut laisser des séquelles, notamment lorsque le traitement initial est inadapté. La présence d’arrachement osseux peut être un facteur défavorable pour la guérison. A terme, de l’arthrose peut se développer sur le médio-pied.

Comme pour la majorité des entorses, le traitement est essentiellement fonctionnel.

Dans un premier temps, le médecin conseillera :

le repos

L’élévation du pied en position assise ou allongée : garder le pied en hauteur favorise le drainage de l’œdème

L’application de glace pendant 15 ou 20 minutes : on évite de la mettre directement en contact avec la peau. On peut renouveler l’application.

Des antalgiques : ils sont prescrits pour lutter contre la douleur.

la contention par une attelle

L’immobilisation pour une entorse de Chopart isolée est plus stricte que pour une entorse de la cheville. Eviter de remettre votre attelle datant de votre ancienne entorse de cheville (attelle standard). Celle-ci bloquera l’arrière-pied qui est non lésé et provoquera une augmentation des contraintes sur l’articulation médio-tarsienne.

Pour permettre une guérison des ligaments du médio-pied, l’attelle doit limiter la flexion plantaire et dorsale du pied. Des bottes de marche sont donc prescrites. La durée d’immobilisation n’excède pas 6 semaines, temps de la cicatrisation ligamentaire. Une durée plus longue favoriserait une raideur du pied et de la cheville.

Suivant la gravité de l’entorse, l’appui est limité ou supprimé à l’aide de béquilles. La reprise d’appui sera progressive en respectant la douleur.

Des séances de kinésithérapie sont recommandées. Elles permettront d’aider au drainage de l’œdème puis de favoriser la reprise d’appui. La rééducation aidera à récupérer une marche fluide.

Le traitement chirurgical est exceptionnel

Le temps de récupération est plus long que celui d’une entorse de la cheville. Il n’est pas rare de retrouver des douleurs 3 mois après l’entorse.

L’ostéopathe peut-il m’aider à me remettre sur pied ?

L’ostéopathe est une aide précieuse dans le cadre des entorses. Il permet de redonner de la mobilité aux articulations et de favoriser le drainage du pied. Il serait dommage de s’en priver ! Il faut par contre choisir le bon moment pour le consulter.

Si vous ne présentez pas de lésions osseuses, vous pouvez consulter votre ostéopathe immédiatement après le traumatisme. Il est souvent plus confortable d’attendre 5 jours afin que votre pied commence à dégonfler. Votre ostéopathe redonnera de la mobilité aux os du pied mais il ne s’arrêtera pas là. Il investiguera probablement les membres inférieurs ou le bassin. Les compensations articulaires et les mécanismes d’adaptation sont fréquents.

Une consultation précoce permettra d’aider votre pied à dégonfler et redonnera de la mobilité aux articulations. Il est important de vérifier qu’il n’y ait aucune dysfonction avant de commencer la kinésithérapie. La rééducation s’en trouve facilitée. Vous partirez sur de bonnes bases pour faire vos exercices.

Si vous présentez des lésions osseuses, il est recommandé d’attendre la consolidation avant de bénéficier des bienfaits d’une consultation d’ostéopathie.

Vous remarquerez sûrement en fin de séance que la marche est plus facile ou que votre pied s’appuie différemment au sol…

Racontez nous votre parcours thérapeutique, vos symptômes,
et votre éventuelle expérience avec l’ostéopathie !

Temoignages

Votre expérience est précieuse ! Partagez-là avec notre communauté de plus de 190895 patients.

Racontez nous votre parcours thérapeutique, vos symptômes, et votre éventuelle expérience avec l’ostéopathie !


Actu - REFLEX OSTEO - le 1er réseau national de permanence en ostéopathie

Retrouvez tous nos articles sur le thème "ADULTE"

zinc alimentation bienfaits

Les bienfaits du zinc

Votre navigateur est obsolète!

Mettez à jour votre navigateur pour afficher correctement ce site Web. Mettre à jour maintenant

×