COVID-19 : Continuez à consulter normalement

Conformément aux directives officielles, notre service national d’ostéopathie reste ouvert, en cabinet ou à domicile. Pour vous rendre chez l’ostéopathe, cochez sur votre attestation la case "soins ne pouvant être assurés à distance ». Nous mettons en place un dispositif exigeant de protection sanitaire.

Afin de vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts, nous utilisons des cookies.En continuant de naviguer sur le site, vous déclarez accepter leur utilisation. En savoir plus

Sevrage alcoolique : traitements naturels et conseils afin d’arrêter l’alcool

sevrage alcoolique traitements naturels conseils

Consultez un ostéopathe agréé près de chez vous.

Hero perso - REFLEX OSTEO - le 1er réseau national de permanence en ostéopathie

En France, 5 millions de personnes estiment avoir des problèmes médicaux, psychologiques ou sociaux en relation avec une consommation excessive d’alcool (environ 7,7% de la population française). Dans cet article, nous vous proposons des solutions naturelles qui aideront à en finir avec la consommation d’alcool.

Consulter un ostéopathe

Le sevrage alcoolique, ça consiste en quoi ?

La dépendance à l'alcool

Avant le sevrage, il y a le phénomène de dépendance. La dépendance est un état pathologique où l’organisme est incapable de fonctionner physiologiquement en dehors de la consommation de la substance responsable. Elle prend naissance dans le cerveau et s’accompagne de la libération de certaines substances chimiques par les neurones (la dopamine, la sérotonine etc). La dépendance crée un état de manque et pousse le corps à réclamer l’absorption d’un produit le plus rapidement possible et en augmenter les doses au fur et à mesure des prises.

Le pouvoir addictif d’un produit est aussi à prendre en compte. En effet, il s’agit de sa capacité à produire une dépendance chez les consommateurs. L’alcool possède un pouvoir addictif évalué à 15% et est très proche du pouvoir addictif du tabac.

Le sevrage alcoolique 

Ensuite, lorsqu’il y a arrêt de la substance dépendante, il y a la période de sevrage. Plus précisément, il s’agit de la période pendant laquelle une personne souffrant d’une dépendance arrête totalement de prendre le ou les produits dont elle dépend et présente ainsi des symptômes comme des tremblements, de l’anxiété, de l’agitation, une dépression, des nausées ou encore un état de malaise général.

En parallèle des différentes thérapies qui vont être proposées dans la suite de cet article, il est important de savoir que vous pouvez vous faire accompagner par un addictologue et/ou un psychologue, un psychiatre, le médecin traitant, un hépatologue, ou un gastro-entérologue afin d’optimiser au mieux la période de sevrage. En effet, les praticiens consultés pourront alors vous aider de différentes façons, chacun ayant un plus à apporter au cours de cette période.

1. Les plantes comme intermédiaire dans le traitement du sevrage alcoolique

De nombreuses plantes sont proposées afin de vivre un sevrage plus serein, la plus connue étant le Kudzu. Le Kudzu est une plante originaire de l’Asie du Sud-Est très présente en Inde, au Japon et en Chine. Son pouvoir se trouve au sein de sa racine. En effet, elle contient des substances très actives comme la daidzine, la daidzéine et la puérarine que l’on regroupe sous le terme d’isoflavones. Ces substances présentent une action calmante et apaisante en agissant sur le système nerveux central. Cela permet alors de calmer les envies et les pulsions liées à l’élément toxique qu’est l’alcool et donc est utile contre l’irritabilité ressentie au cours du sevrage.

De plus, la racine de Kudzu présente d’étonnantes propriétés détoxifiantes. Assurément, elle permet de lutter contre le stress oxydatif engendré par la consommation d’alcool ou encore de cigarettes en stimulant l’action de diverses enzymes permettant le nettoyage du corps humain.

Enfin, elle permet de réguler le transit et est hépatoprotectrice (protection du foie), facilitant ainsi l’élimination des substances nocives.

Pour ce qui est de la quantité et du moment de prise, 300 mg le matin avant de petit-déjeuner et 300 mg le soir avant de se coucher suffisent à donner des résultats satisfaisants.

plantes sevrage alcoolique

D'autres plantes peuvent vous aider :

  • La passiflore, plante originaire du Mexique et d'Amérique du Sud, peut être aussi utilisée en tisane pour ses vertus sédatives et apaisantes car elle est considérée comme un anxiolytique naturel.
  • La bardane, tout comme le Kudzu, présente des propriétés détoxifiantes et facilite ainsi l’élimination des substances toxiques présentes dans l’organisme.

L’ensemble de ces plantes ne présentent pas d’effet d’accoutumance ni de dépendance et peuvent donc se consommer sur de longues durées, pendant l’ensemble des étapes du sevrage alcoolique.

2. Sevrage alcoolique : avoir un bon accompagnement

Le sevrage peut être pris en charge dans un centre de soins d’accompagnement et de prévention en addictologie (CSAPA) ou encore avec une association d’entraide. Ces aides permettent de garder un contact social durant cette épreuve et ainsi de trouver du soutien de la part d’un professionnel ou simplement d’une personne en thérapie pour permettre la réussite de ce sevrage.

accompagnement sevrage alcoolique


3. L’acupuncture comme remède naturel dans le sevrage alcoolique

La thérapie par acupuncture peut aussi être une aide précieuse pour se débarrasser de l’addiction à l’alcool. De ce fait, lors d’une séance d’acupuncture, des effets neuro-endocriniens locaux et leur impact à distance sont développés à partir de la stimulation des points spécifiques par de petites aiguilles disposées en réseau sur la peau et à l’origine de la régulation de tous les viscères. Dans le cas de l’acupuncture, la stimulation des réseaux neuronaux va entraîner une modification de la perception de la douleur, quelque chose d’agréable (ici, l’alcool), va avoir sa perception modifiée et devenir désagréable.


4. L’hypnose : une solution contre les symptômes du sevrage alcoolique

L’hypnose peut être utilisée afin de permettre au patient d’expérimenter une détente profonde en explorant en toute sécurité ses capacités pour modifier sa perception physique, émotionnelle et mentale de lui-même de sorte à diminuer la réactivité aux stimuli (stress, anxiété etc). A cette occasion, le thérapeuthe peut proposer de s’ancrer dans une zone de sécurité en vous associant le plus souvent la représentation d’une scène plaisante à une sensation corporelle rassurante. Cette zone de sécurité permet la suppression des sensations liées au manque en lui substituant un sentiment de félicité naturelle.


5. L’ostéopathie, une solution efficace dans le cadre d’un sevrage alcoolique

Un traitement ostéopathique des tissus touchés par la maladie alcoolique (foie, intestins, cerveau …) et par le trouble anxieux tend, selon plusieurs études, à réduire l’anxiété et les impulsions des patients alcooliques, cela représentant des effets secondaires au sevrage.

Pour débuter, l’ostéopathie peut être indiquée durant les périodes de sevrage alcoolique car le système de “détoxification du corps” est grandement altéré de par l’ingestion excessive et régulière d’alcool. Effectivement, le drainage opéré majoritairement par le foie ne peut alors s’effectuer de manière optimale et doit donc être potentialisé. De plus, l’ostéopathie permet de stimuler l’immunité du patient ainsi que son système neuro-hormonal, lui donnant des capacités d’auto réparation. Des techniques dans la zone abdominale peuvent être effectuées car celle-ci est considérée comme le “deuxième cerveau” du corps humain : elle est parcourue par de nombreux neurones et sécrète les mêmes neuromédiateurs que le cerveau. Une action dans cette zone permet alors d’envoyer un message nerveux et hormonal aux différents organes, qui pourront alors mieux fonctionner.

ostéopathie sevrage alcoolique
De surcroît, l’ostéopathie est un très bon allié dans le traitement des troubles anxieux pouvant être associés à la période de sevrage engagée.

Une approche crânienne de l’ostéopathie peut alors être envisagée, cela dans le but d’agir sur le système nerveux autonome et de permettre à celui-ci de mieux fonctionner pour ainsi mieux gérer ses émotions.

En résumé, l’ostéopathie permet la libération des restrictions de mobilité, une amélioration de la circulation sanguine et lymphatique et l’élimination des toxines, donnant lieu à un meilleur état de santé global chez le patient.

La prise en charge peut s’étaler sur plusieurs consultations, cela sera évaluable à la première consultation lorsque l’analyse complète aura lieu. L’ostéopathie se révèle donc particulièrement intéressante dans le soulagement des troubles psychosomatiques accompagnant le sevrage alcoolique. Il est aussi important d’aller voir un thérapeute en qui vous avez entièrement confiance et avec qui vous vous sentez à l’aise, car celui-ci va vous accompagner lors d’une importante étape de votre vie.

6. Les conseils de votre ostéopathe pour un sevrage alcoolique

Le premier conseil que votre ostéopathe peut vous fournir est d’être bien suivi par des professionnels dès le commencement du sevrage.

Souvent, lors du sevrage, le stress et/ou l’anxiété se font plus ressentir, cela pouvant ainsi être des symptômes très handicapants.

Divers conseils peuvent être donnés afin de vivre les possibles états anxieux du mieux possible :

  • Vous pouvez tout d’abord apprendre à mieux respirer : pratiquez la respiration abdominale lorsque vous ressentez les premiers signes de l’anxiété apparaître. Cela vous permettra de relaxer votre corps au maximum. Etendez-vous sur le dos, les mains placées le long du corps. Puis, inspirez par le nez en gonflant le ventre, bloquez votre respiration pendant quelques secondes et expirez par la bouche en vidant totalement vos poumons et en creusant le ventre. Vous pouvez répéter cet exercice une dizaine de fois pour calmer votre stress ainsi que votre anxiété.
  • Le simple fait de marcher dans un endroit calme et bucolique peut vous aider à vous détacher de cet état désagréable. En effet, la marche est un puissant anti-stress naturel et très bénéfique.
  • Vous pouvez aussi serrer les poings comme si vous étiez en colère, prenez une grande inspiration et relâchez un peu vos poings en expirant. Desserrez les poings un peu plus chaque fois et terminez en étirant vos doigts au maximum. Cela apaisera vos points d’anxiété.
  • Rappelez vous pourquoi vous avez arrêté de boire, cela vous motivera et vous fera relativiser !
  • Consulter un ostéopathe dans le but de diminuer les effets que peuvent provoquer le stress et l’anxiété.

Consulter un ostéopathe

Votre expérience est précieuse ! Partagez-là avec 90064 patients et 846 ostéopathes.
Racontez nous votre parcours thérapeutique, vos symptômes,
et votre éventuelle expérience avec l’ostéopathie !
Le site reflexosteo.com propose gratuitement un service de diffusion de témoignages personnels dans le domaine de l’ostéopathie et la santé. Le contenu des témoignages est sous votre responsabilité. Cet espace n’est pas un moyen d’obtenir un diagnostic médical ni d’obtenir un RDV avec un ostéopathe. Cliquez ici pour obtenir un RDV avec un ostéopathe proche de chez vous.

Temoignages

Votre expérience est précieuse ! Partagez-là avec notre communauté de plus de 90064 patients.

Racontez nous votre parcours thérapeutique, vos symptômes, et votre éventuelle expérience avec l’ostéopathie !


Actu - REFLEX OSTEO - le 1er réseau national de permanence en ostéopathie

Retrouvez tous nos articles sur le thème "ADULTE"

Votre navigateur est obsolète!

Mettez à jour votre navigateur pour afficher correctement ce site Web. Mettre à jour maintenant

×