REFLEX OSTEO lance son site e-commerce La Maison des Ostéos !

Afin de vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts, nous utilisons des cookies.En continuant de naviguer sur le site, vous déclarez accepter leur utilisation. En savoir plus

Prendre votre RDV
Visiter notre boutique

Les traitements naturels de la sclérose en plaque

Consultez un ostéopathe agréé près de chez vous.

Hero perso - REFLEX OSTEO - le 1er réseau national de permanence en ostéopathie

La sclérose en plaques est une maladie auto-immune conduisant à une dégénérescence nerveuse. C’est une des première cause de handicap sévère non traumatique chez le jeune adulte. En France, environ 110 000 personnes en sont atteintes, et 5000 nouveaux cas par an sont signalés. Des traitements naturels peuvent être utilisés en complémentarité de la médecine allopathique. Si vous en souffrez n’hésitez plus à consulter cet article : il est fait pour vous !

1. Qu’est-ce que la sclérose en plaques ?

La sclérose en plaques est une maladie auto-immune qui va s’attaquer au système nerveux central (cerveau et moelle épinière). C’est le système de défense du corps (système immunitaire), pour des raisons encore peu ou mal connues, qui va se retourner contre ses propres neurones et plus précisément contre la gaine qui les entoure (la myéline). Ces lésions vont déclencher une réaction inflammatoire qui va engendrer une dégénérescence nerveuse en plaques. D’où le nom de « sclérose en plaques ».

Il existe deux types de sclérose en plaques :

  • La forme rémittente (forme la plus fréquente) correspond à des poussées entre coupés de rémissions jusqu’à une aggravation notoire (environ 20 ans après le début des premiers symptômes)
  • La forme progressive d’emblée correspond à une aggravation lente et continue des symptômes

L’âge moyen d’apparition des premiers signes d’atteintes est environ 30 ans et touche préférentiellement les femmes.

En revanche, l’évolution des symptômes va varier d’une personne à une autre.

2. Les symptômes de la sclérose en plaques

Les symptômes vont évoluer en fonction de l’extension de l’affection et de la zone du système nerveux central qui est atteinte. Ils peuvent s’exprimer sous forme de troubles neurologiques de plusieurs types :

  • Troubles moteurs (faiblesse musculaire dans les membres supérieurs et inférieurs)
  • Troubles de la sensibilité (fourmillements, engourdissements…)
  • Symptômes visuels (baisse de l’acuité visuelle d’un œil, vision double…)
  • Troubles de l’équilibre et de la coordination
  • Troubles urinaires et sexuels
  • Troubles cognitifs (mémoire et parole)
  • Fatigue extrême inhabituelle (fatigue chronique)

Pour autant, la présence d’un seul trouble ne constitue pas le diagnostic de sclérose en plaques. C’est un ensemble de signes et de troubles ainsi que les examens complémentaires (IRM, examens neurologiques, etc.) qui permettront d’établir le diagnostic.

3. Les traitements naturels pour la sclérose en plaque

Ces traitements sont détaillés à titre indicatif et doivent être utilisés en compléments des traitements médicaux. C’est la pluridisciplinarité des traitements qui permettra une prise en charge optimale de la sclérose en plaques.

L’alimentation

L’alimentation a un rôle important dans le traitement de la sclérose en plaque. En effet un régime adapté pourra avoir un effet positif sur l’inflammation et limiter les facteurs qui l'entretiennent.

Quelques aliments pro-inflammatoire (donc à éviter) :

  • Viandes rouges
  • Les graisses et sucres transformés (sodas, gâteaux, plats préparés…)
  • Agrumes / Certains légumes (épinards, tomates, choux fleurs, oignons…)
  • Produits laitiers

Quelques aliments anti-inflammatoire :

  • Fruits (rouges ++)/ légumes (choux, brocoli, radis, cresson…) / légumineuses (haricots secs, fèves, lentilles, pois chiches…)
  • Viandes blanches (modérément) / poissons blancs
  • Huile d’olive / huile de coco
  • Farine de maïs / de seigle /de pois chiche
Il est conseillé de privilégier une alimentation avec des aliments anti-inflammatoire cru et/ou cuits à la vapeur pour faciliter la digestion.

Lorsque la sclérose en plaques s’attaque aux neurones gérant le système digestif il peut y avoir apparition de constipation il est donc aussi important d’avoir une hydratation suffisante et abondante (eau riche en bicarbonate si possible) afin de réhydrater au maximum les selles.

La vitamine D

La vitamine D est une des substances vitales dont l’organisme a besoin mais qu’il ne sait pas produire seul. Elle est synthétisée principalement par la peau sous l’effet de l’exposition au soleil mais également par l’alimentation (notamment par le jaune d’œuf et certains poissons). La vitamine D va avoir un rôle important dans la croissance osseuse (fixation du calcium), dans la tonicité musculaire et sur le système immunitaire.

Des études ont montré la relation entre le taux d’exposition au soleil (donc de synthétisation de la vitamine D) et la diminution de la prévalence de la sclérose en plaques. Il a également été démontré que les profils génétiques associés à une faible production de vitamine D avaient deux fois plus de chances de développer la maladie.

L’état actuel des recherches laisse à penser que supplémenter son alimentation en vitamine D peut donc être un moyen de prévenir et de diminuer les chances de déclarer cette affection. Et qu’une fois atteint, elle permettrait de diminuer l’activité de la maladie.

L’activité physique

Il est important de connaître les effets de l’activité physique sur l’organisme afin de comprendre en quoi elle peut être bénéfique pour prévenir et ralentir l’activité de la sclérose en plaques :

  • Meilleure circulation sanguine / augmentation de la puissance cardiaque
  • Meilleure oxygénation des muscles / plus grande solidité des articulations
  • Augmentation de la force et de la souplesse
  • Augmentation du métabolisme

Les sports, tels que la natation et le cyclisme, vont donc permettre aux personnes atteintes de sclérose en plaques de diminuer leurs symptômes et d’avoir une meilleure gestion de leur corps. Il a été démontré que 30 minutes d’activité physique par semaine ont un effet favorable sur les symptômes (spécifiquement l’équilibre, la fatigue et la mobilité) en ayant un effet sur le déficit musculaire.

Techniques de relaxation

Les techniques de relaxation ont une action sur le stress physique et psychique. Or lorsque l’on est atteint de sclérose en plaques ces deux aspects sont fortement impactés à cause du handicap que cette maladie peut créer sur la vie quotidienne. Pratiquer certaines activités peut donc avoir un effet bénéfique sur la qualité de vie :

  • Le yoga, il en existe plusieurs types mais cette pratique consiste en une série de mouvements dans un état méditatif en s’appuyant sur la respiration.
  • Le Tai-Chi, pratique issu des arts martiaux traditionnels chinois qui consiste en une maîtrise du corps avec des mouvements lents et fluides.
  • La méditation, pratique spirituelle qui permet d’atteindre un état de pleine conscience. Pratiquée quotidiennement, la méditation permet d’être plus serein et de retrouver la paix intérieure.
  • Les massages permettent de diminuer la sécrétion de l’hormone du stress (cortisol) et favorise la détente musculaire et peuvent donc avoir un effet sur la qualité de vie des patients.

Acupuncture

L’acupuncture est une branche de la médecine traditionnelle chinoise. Elle consiste à planter de très fines aiguilles sous la peau afin de stimuler des points précis ( décrits au nombre de 361) se trouvant sur des canaux énergétiques (décrits au nombre de 12 paires). La stimulation de ces points d’acupuncture a pour effet de permettre de relancer et de rétablir la circulation de ce flux énergétique corporel.

Avoir recours à l’acupuncture, en complémentarité, peut permettre d’améliorer de manière significative les symptômes, la qualité de vie et de potentialiser le traitement de la sclérose en plaques.

4. L’ostéopathie comme traitement de la sclérose en plaques

L’ostéopathie est une médecine manuelle qui par des manipulations et des techniques vise à rétablir l’équilibre dans l’ensemble des systèmes du corps.

Dans le cas de la sclérose en plaques, avoir recours à l’ostéopathie permet une amélioration des symptômes et de la qualité de vie des patients. Le thérapeute va investiguer :

  • La structure (squelette et muscles) pour rechercher et équilibrer les dysfonctions afin de limiter les contraintes exercées. Le but étant de lever les restrictions de mobilité que cette pathologie induit.
    • Rachis (surtout jusqu’à L2/L3 puisque la moelle épinière va jusqu’à ces lombaires)
    • Crâne car l’atteinte se passe notamment au niveau du cerveau (système nerveux central), des dysfonctions vont apparaître sur la structure qui l’entoure (ostéopathie crânienne)
    • Les membres qui sont la conséquence de l’atteinte
  • Les structures innervées par les nerfs atteints
  • L’axe crâne-sacrum pour la fatigue

Le praticien se devra aussi de prodiguer des conseils aux patients pour potentialiser le traitement. Les conseils porteront essentiellement sur des exercices de proprioception, de posture ainsi que d’étirement et gainage musculaire.

Racontez nous votre parcours thérapeutique, vos symptômes,
et votre éventuelle expérience avec l’ostéopathie !

Temoignages

Votre expérience est précieuse ! Partagez-là avec notre communauté de plus de 115110 patients.

Racontez nous votre parcours thérapeutique, vos symptômes, et votre éventuelle expérience avec l’ostéopathie !


Actu - REFLEX OSTEO - le 1er réseau national de permanence en ostéopathie

Retrouvez tous nos articles sur le thème "ADULTE"

Votre navigateur est obsolète!

Mettez à jour votre navigateur pour afficher correctement ce site Web. Mettre à jour maintenant

×